Championnats du monde (F) : Entre dossard jaune et médailles d’or, qui pour briller ?

0
Ligue 1

Après plus de deux semaines de repos, le monde du biathlon se donne rendez-vous à Antholz (Italie) du 13 au 23 janvier, à l’occasion des Championnats du monde. Si les différentes épreuves peuvent permettre aux leaders du classement général de s’expliquer, c’est aussi l’opportunité pour d’autres biathlètes de tirer leur épingle du jeu. Le fait de décrocher une médaille mondiale peut même permettre à certains de sauver une saison jusqu’ici décevante.

Aujourd’hui, zoom sur les athlètes féminines à suivre de près pendant les dix jours de compétition.

 

Eckhoff-Wierer, duel pour un dossard

Contrainte de quitter prématurément Pokljuka (Slovénie) lors de la dernière étape de Coupe du monde, Tiril Eckhoff est de retour. Malade après avoir pris part à l’individuel, elle est restée à l’écart de son équipe en effectuant sa préparation chez elle, en Norvège. Elle devrait donc arriver à Antholz dans de bonnes conditions pour tenter de décrocher un nouveau titre mondial, après celui obtenu en 2016, sur le sprint. Autre enjeu de taille, elle tentera également de conforter son dossard jaune de leader du classement général de la Coupe du monde, elle qui compte seulement 15 points d’avance sur Dorothea Wierer. Pour cela, Eckhoff devra retrouver son meilleur niveau, celui qui lui permet de réaliser actuellement la meilleure saison de sa carrière, à l’image de ses six victoires en huit courses avant l’étape de Pokljuka.

Sa dauphine et principale adversaire au classement général de la Coupe du monde, Dorothea Wierer, joue gros lors de ces Championnats du monde à domicile. Auteure d’une saison en demi-teinte, la faute à des problèmes de dos notamment, l’Italienne reste pourtant en course pour décrocher un deuxième gros globe de cristal consécutif. Devant son public, elle aura également à cœur de briller et de défendre son titre mondial obtenu sur la mass-start en 2019.

 

Quelques médailles à aller chercher

Et si quelques outsiders venaient se mêler à la fête ? Parmi elles, Lisa Vittozzi. L’Italienne déçoit, avec des résultats loin de ceux que l’on pouvait espérer, après sa deuxième place au classement général de la Coupe du monde en 2018-2019. Mais, ses dernières prestations à Pokljuka (quatrième de l’individuel et deuxième de la mass-start), peuvent nous laisser croire à un réveil de la biathlète transalpine. En effet, en décrochant son premier podium de la saison, Vittozzi a peut-être retrouvé la confiance nécessaire pour s’illustrer à domicile.

Autre biathlète en forme actuellement, Hanna Oeberg va tenter de défendre son titre mondial obtenu sur l’individuel la saison passée. La Suédoise, actuellement troisième au classement général de la Coupe du monde, à 68 points de Tiril Eckhoff, peut aussi tenter de réduire cet écart. Pour cela, elle devra poursuivre sa série en cours de quatre podiums lors des quatre dernières courses.

Il faudra également compter sur l’Allemande Denise Herrmann, très rapide sur les skis, vainqueure de l’individuel à Pokljuka et championne du monde de la poursuite en 2019. Marte Olsbu Roeiseland et Ingrid Tandrevold, compatriotes de Tiril Eckhoff, sont elles aussi capables de réaliser de belles performances.

 

Qu’attendre des Françaises ?

Côté Français, les espoirs de titre mondial sont minces, la faute surtout à une irrégularité au tir. Pour preuve, Justine Braisaz fait partie des skieuses les plus rapides, mais se montre trop imprécise derrière sa carabine. Cela l’empêche parfois de rivaliser avec les meilleures. Mais, à l’image de sa médaille de bronze obtenue la saison passée sur l’individuel, elle peut espérer monter sur le podium à Antholz. Elle est d’ailleurs la seule biathlète française à avoir remporté une course cette saison, là-aussi sur un individuel (à Östersund).

A l’inverse de Justine Braisaz, Anaïs Bescond peut compter sur un tir fiable, mais éprouve plus de difficultés sur les skis. Elle est actuellement la Française la plus régulière, en attestent ses deux podiums à Pokljuka, et peut également rêver d’une médaille mondiale, elle qui avait décroché l’argent sur l’individuel en 2016. Enfin, Julia Simon, cinquième et meilleure française au classement général de la Coupe du monde, peut elle aussi s’illustrer en terres italiennes, à condition corriger ses erreurs au tir.

 

Si quelques têtes d’affiches se détachent, les courses féminines de ces Championnats du monde s’annoncent pourtant indécises. Duel pour le dossard jaune, opportunité de décrocher un titre mondial, ou volonté de sauver une saison décevante : les enjeux sont multiples. Les meilleures biathlètes mondiales ne s’y trompent pas et se donnent rendez-vous à Antholz dès le 14 février, date de la première course individuelle.

 

Crédit photo : nrk.no

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here