Football

Comment Genesio a-t-il fait de Rennes un candidat au podium ?

Genesio

Le Stade Rennais de Bruno Genesio s'est qualifié pour les 16e de finale de l'UEFA Europa Conference League, où Leicester City l'attend, et tente de retrouver la Ligue des champions de l'UEFA en terminant parmi les trois premiers de la Ligue 1 Uber Eats cette saison.

C'est à la suite d'une série de huit matches sans victoire, au cours desquels Rennes n'a pris que deux points, qui a conduit au départ de Julien Stéphan et au retour de Genesio dans le football français après un séjour en Chine, début mars 2021. Après avoir donné un coup de fouet à son équipe en lui permettant de se qualifier pour l'UEFA Europa Conference League, Genesio a continué sur sa lancée (même si cela n'a pas été sans heurts) en 2021/22 pour faire de Rennes l'une des équipes les plus excitantes de France et un véritable candidat au podium. Comment y est-il parvenu ?

Un mercato réussi 

Rennes a dépensé beaucoup d'argent l'été dernier. Le propriétaire milliardaire François Pinault a puisé dans ses poches profondes (seul le Paris Saint-Germain a dépensé plus) mais l'équipe a été renforcée de manière chirurgicale grâce au directeur sportif Florian Maurice et à Genesio qui ont travaillé efficacement avec l'argent et les options dont ils disposaient.
Le remplacement de Steven Nzonzi et d'Eduardo Camavinga était une nécessité. Rennes a ramené Baptiste Santamaria qui a été attiré par un retour en France après avoir accumulé de l'expérience en Bundesliga avec le club allemand de Fribourg.

Une fois cette lacune comblée au milieu de terrain, le prometteur défenseur central de l'équipe de France U21 Loïc Badé a été recruté  pour renforcer une défense privée de l'expérience de Damien Da Silva, tandis que Birger Meling, qui avait montré ses qualités à Nîmes, s'est glissé dans le rôle de l'arrière gauche laissé vacant par Faitout Maouassa. Plus important encore, la créativité débordante de Lovro Majer, la précision de Gaëtan Laborde et la rapidité de Kamaldeen Sulemana ont été intégrées à l'effectif existant pour donner à Genesio l'une des meilleures attaques de la ligue.

Avoir des options et du talent individuel est une chose, les faire marcher, c'est le truc de Genesio, et il l'a fait magnifiquement. “Nous avons envie de jouer”, a déclaré l'ancien entraîneur de Lyon, décrivant la philosophie offensive qui a permis à Rennes d'être la deuxième équipe qui marque le plus en championnat – derrière le PSG – avant la 27e journée. “Il ne faut jamais se priver. Les joueurs y prennent beaucoup de plaisir, c'est pour cela qu'ils font de tels efforts. Ils sont récompensés pour cela.”

Une attaque made in Genesio

Après avoir battu Montpellier 4-2 le week-end dernier, Rennes a désormais marqué 51 fois en 26 matches, son meilleur total à ce stade d'une saison de première division depuis 1965/66. Si Laborde a fait ses preuves en Bretagne, son arrivée l'a aussi vu s'associer efficacement à Martin Terrier, qui s'est épanoui. Ce n'est peut-être pas une coïncidence si sa première saison à l'OL – et la dernière de Genesio – en 2018/19 l'a vu marquer neuf buts en championnat, un record dans sa carrière. Un record d'ores et déjà battu cette saison par ses 13 réalisations.

Grâce à la victoire de Montpellier, Rennes a désormais marqué quatre fois ou plus dans un match de Ligue 1 à six occasions différentes cette saison : c'est autant que Liverpool, et seulement un derrière les leaders du championnat anglais, Manchester City. Le secret de Genesio ? “Nous travaillons bien. Nous avons de bonnes personnes autour de nous. Il y a beaucoup de personnel et ils travaillent bien”, commentait Gaëtan Laborde, qui compte 13 buts en championnat et cinq en Europa Conference League, soit le deuxième meilleur total de la compétition. “Cela vient aussi des exigences que nous avons à l'entraînement. La qualité de nos séances, les courses, ajoutait l'ancien buteur de Montpellier. On ne peut pas s'entraîner à moitié et se donner à fond en match. Il y a un moment où ça ne marche pas. Nous sommes bons à cet égard, et tant que nous continuerons avec cette attitude, tout se passera bien”.

Rennes sait surmonter les crises

Naturellement, le parcours du Stade Rennais n'a pas été un long fleuve tranquille. Le mois de décembre a été néfaste pour la formation bretonne, qui occupait la deuxième place avant son match contre le champion 2021 Lille. Quatre matches plus tard  avec une seule victoire et trois autres défaites contre des rivaux directs : Nice, Monaco et Lens. Depuis, quatre victoires en six matchs ont suivi, et Genesio peut compter sur son équipe pour s'abattre les uns sur les autres, puis se relever après des défaites, comme celle, choquante, contre Clermont lors de la 22e journée.

“On s'est dit des choses sur la façon dont on pense que les choses se sont passées sur le terrain”, a déclaré le milieu de terrain Benjamin Bourigeaud. “Nous avions tendance à nous asseoir trop profondément lorsque nous étions dans des moments difficiles dans les matchs. Nous étions un peu trop sous pression. On en a parlé, toute la semaine, on a essayé d'être positif et on a vu des attitudes positives.” La discussion franche dans le vestiaire a conduit à une victoire dans le derby contre Brest avant une défaite 1-0 au PSG – grâce à un but de Kylian Mbappé dans le temps additionnel – qui a laissé Genesio, habituellement calme et posé, incandescent.

“Cela n'arrive qu'à nous, c'est vraiment ennuyeux. Nous devons en tirer des leçons”, a déclaré Genesio, dont l'équipe a le pire bilan défensif de l'actuel top 4, mais n'a tout de même encaissé que quatre buts de plus que l'équipe la plus radine de France, Nice, troisième. “Je suis aussi très déçu pour les joueurs, qui ont fait de gros efforts pour bien défendre”.

A l'extérieur, Rennes a eu du mal ces derniers temps avec quatre défaites consécutives hors de ses terres – leur pire série depuis plus de huit ans – avant la victoire à Montpellier. Ils devront soigner ce mal du voyage à Leicester jeudi prochain, mais Genesio est convaincu que Rennes, qui a fait match nul avec Tottenham plus tôt dans la compétition, posera des problèmes aux anciens champions de Premier League en ne changeant pas du tout leur philosophie. “Je pense que nous avons de bonnes chances. C'est du 50-50 sur les deux matchs. Nous devrons continuer à faire ce que nous aimons faire, c'est-à-dire être créatifs, travailler ensemble, marquer des buts et prendre du plaisir”, a-t-il déclaré. “Nous savons que ce sera difficile, mais nous avons prouvé contre Tottenham que nous pouvons faire une grosse performance contre une grosse équipe. Donc, nous serons ambitieux.”

Voilà qui promet à quelques jours d'un huitième aller d'Europa Conférence League face à une équipe au jeu au moins aussi attrayant que celui produit au Rhaozon Park.


Dernières publications

En haut