Foot Féminin

Coupe du Monde Féminine 2023 : Quelles équipes se qualifieront ?

Samedi marque le début des éliminatoires intercontinentales en Nouvelle-Zélande pour les trois dernières places en Coupe du monde de football féminin. Mais comme la plupart des pays concernés ne sont pas des puissances traditionnelles du football féminin, vous vous demandez peut-être qui sont les participants et quelles sont leurs chances de décrocher les dernières places pour le tournoi de cet été.

Voici un aperçu des éliminatoires de la Coupe du monde de football féminin, qui se déroulera en Australie et en Nouvelle-Zélande en juillet.

Groupe A : Thaïlande, Cameroun, Portugal

La Thaïlande affronte le Cameroun le 18 février, le vainqueur de ce match jouant contre le Portugal le 22 février. Le vainqueur de ce groupe affrontera les États-Unis, les Pays-Bas et le Vietnam dans le groupe E de la Coupe du monde en juillet.

Thaïlande

N'ayant pas réussi à dépasser le Japon en quarts de finale de la Coupe d'Asie, la Thaïlande a terminé dernière des éliminatoires à trois équipes, s'assurant ainsi d'avoir à affronter un autre scénario d'éliminatoires pour atteindre la Coupe du monde. La Thaïlande n'est classée que 41e au monde par la FIFA, et beaucoup se souviennent de sa participation à la Coupe du monde 2019, où elle s'est malheureusement fait battre par les États-Unis en phase de groupe sur le score de 13-0.

Si la Thaïlande se qualifie, Australie/Nouvelle-Zélande sera la troisième Coupe du monde pour cette nation qui a également participé au tournoi de 2015 au Canada. En fait, la Thaïlande a fait meilleure figure lors de la Coupe du monde au Canada, réussissant une victoire en phase de groupe contre la Côte d'Ivoire.

La Coupe du monde 2019 a été plus difficile, cependant. Sans être une puissance traditionnelle en Asie, les difficultés du football féminin thaïlandais ont été bien documentées lors de leur sortie en France : trois matchs, trois défaites, un but marqué et 20 encaissés. Bien que la nation se soit améliorée depuis, il est probable qu'elle aura du mal à se défaire du Cameroun lors du premier match.

Cameroun

Pendant ce temps, le Cameroun est une autre équipe dont on se souvient pour toutes les mauvaises raisons pendant la Coupe du monde 2019, car la sélection africaine a également lutté en coulisses avec des bouleversements de routine. Malgré les problèmes auxquels sont confrontées les Lionnes indomptables, le Cameroun reste une nation qui produit des footballeuses de qualité comme la milieu de terrain Geneviève Ngo Mbeleck, l'ailier Ajara Nchout et la capitaine, l'attaquante Gabrielle Onguéné.

Après avoir trébuché contre la grande puissance africaine qu'est le Nigéria en quart de finale de la WAFCON, le Cameroun a battu de justesse le Botswana pour se qualifier pour les éliminatoires, mais elle reste une équipe très irrégulière. Pour atteindre la Coupe du monde pour la troisième fois, les Lionnes indomptables devront gagner deux fois en Nouvelle-Zélande, car le vainqueur de la demi-finale du groupe A affrontera le Portugal en finale.

Portugal

Il y a ensuite le Portugal, une nation encore émergente dans le football européen, du côté des femmes. Avec déjà 12 matches de qualification à son actif, le Portugal a travaillé dur pour obtenir une nouvelle chance de se qualifier pour sa toute première Coupe du monde. La croissance du championnat national portugais (Campeonato Nacional Feminino) a permis d'accélérer le développement des joueuses, en poussant les normes professionnelles au profit de l'équipe nationale.

Avec de jeunes joueuses comme l'attaquante Kika Nazareth et des stars de l'attaque comme Jéssica Silva, le Portugal aime jouer en première ligne et sera un test sévère pour l'équipe qu'il affrontera en finale. Le Portugal est le favoris de ce groupe.

Groupe B : Sénégal, Haïti, Chili

Le Sénégal jouera contre Haïti le 18 février, et le vainqueur de ce match affrontera le Chili le 22 février. Le vainqueur de ce groupe affrontera l'Angleterre, le Danemark et la Chine dans le groupe D de la Coupe du monde en juillet.

Chili

Après avoir fait ses débuts en Coupe du monde en 2019, le Chili a montré qu'il pouvait participer à de grands tournois, mais avec trois défaites aux Jeux olympiques de 2022, il est clair que la Roja manque de profondeur sur le terrain. Connue pour sa capitaine énigmatique, la gardienne Christiane Endler, la nation sud-américaine s'en remet souvent à ses exploits entre les poteaux pour rester dans le match, plutôt que d'essayer de jouer sur le terrain. La bonne nouvelle pour l'équipe de José Letelier, c'est que lorsqu'elle évolue en position offensive, les buts sont partagés par toute l'équipe, avec un grand nombre de joueuses capables de marquer.

En effet, l'entraîneur dispose d'un certain nombre de jeunes talents, comme les attaquantes Ámbar Figueroa, 15 ans, et Sonya Keefe, 19 ans, qui jouent avec la fougue de leur jeunesse.

Sénégal

Classé au 84e rang mondial, le Sénégal est incontestablement l'outsider du groupe B, mais avec des résultats mitigés à la WAFCON de l'an dernier, la nation ouest-africaine a prouvé qu'elle était sur la bonne voie. Après avoir atteint les éliminatoires intercontinentales grâce à une victoire aux tirs au but sur la Tunisie lors du dernier match du tournoi de qualification, le Sénégal a pris de la vitesse cette année en remportant plusieurs victoires sur d'autres nations dans la Coupe de la WAFU (West African Football Union).

Pour être juste, cependant, beaucoup de leurs adversaires ont offert peu de résistance. Bien que l'opposition n'ait pas été aussi difficile qu'elle aurait pu l'être, le Sénégal a fait preuve d'une bonne force offensive, notamment grâce à l'attaquante Hapsatou Malado Diallo. Si la nation africaine veut avoir un espoir de passer les éliminatoires, elle devra s'appuyer sur son attaque contre Haïti.

Haïti

Habitué à affronter des adversaires de taille dans la CONCACAF, comme le Canada et les États-Unis, Haïti sera le grand favori de la finale du groupe B. Pourtant, il aborde ces éliminatoires en mauvaise forme, ayant lutté contre la plupart de ses adversaires récents.

Haïti comptera sur sa capitaine et attaquante Nérilia Mondésir, ainsi que sur la jeune milieu de terrain Melchie Dumornay, pour assumer la plus grande partie de la charge en attaque. Émergentes dans la CONCACAF alors qu'elles sont encore très jeunes, les Grenadières risquent d'être déçues par leur jeunesse.

Groupe C : Chinese Taipei, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Panama et Paraguay

Le vainqueur de Chinese Taipei contre la Papouasie-Nouvelle-Guinée (19 février) rencontrera le vainqueur de Panama contre le Paraguay (19 février) le 22 février pour une place dans la Coupe du monde. Le vainqueur de ce groupe rencontrera la France, la Jamaïque et le Brésil dans le groupe F lors de la Coupe du monde en juillet.

Taipei chinois

Le groupe C est le seul groupe des éliminatoires qui compte quatre équipes, et ce groupe est probablement le moins tranché, étant donné que les quatre équipes sont classées de manière similaire par la FIFA – à l'exception de Chinese Taipei qui est, théoriquement, le favori à la 39e place du classement mondial de la FIFA.

Dans la première demi-finale, Chinese Taipei, qui représente Taïwan, affrontera le Paraguay. Pilier de l'AFC, Chinese Taipei n'a pas été vu en Coupe du monde depuis la première édition du tournoi en 1991. Ils représentent une petite nation qui a toujours lutté contre la puissance de ses voisins – la RP Chine, l'équipe représentant la Chine continentale, s'est déjà qualifiée pour la Coupe du monde – et n'a donc pas réussi à se qualifier depuis plus de trois décennies.

Paraguay

Chinese Taipei, qui ne compte que des joueurs évoluant dans leur pays, devra être en forme pour battre une équipe du Paraguay en pleine ascension, qui a commencé à prendre de la vitesse dans la compétition de la CONMEBOL.

Avec des joueurs qui exercent leur métier dans le monde entier, La Albirroja a réussi à trouver un équilibre sur le terrain et est rarement dépassée par des adversaires plus expérimentés. Avec la milieu de terrain Ramona Martínez et l'attaquante Jessica Martínez sur le terrain, l'équipe de Marcello Frigério ne manquera jamais de menace en attaque.

Papouasie-Nouvelle-Guinée

La deuxième demi-finale opposera le Panama à la Papouasie-Nouvelle-Guinée. La Nouvelle-Zélande étant la force dominante de l'OFC, il n'y a pas beaucoup de place pour que quelqu'un d'autre brille, ce qui fait que la récente ascension de la Papouasie-Nouvelle-Guinée est à noter. Bien que la fédération se soit séparée de son ancien entraîneur, la Papouasie-Nouvelle-Guinée fait des pieds et des mains pour se préparer aux épreuves qui l'attendent et on s'attend à ce qu'elle ait du mal face à des adversaires plus expérimentés.

Panama

Comme Haïti, le Panama a commencé à faire parler de lui sur la scène internationale après quelques bonnes prestations lors des qualifications de la CONCACAF. Bien qu'il ne dispose pas d'un effectif aussi étoffé que celui des autres nations de la région, le Panama peut se targuer de compter dans ses rangs l'une des jeunes gardiennes les plus prometteuses, en la personne de Yenith Bailey, qui s'est illustrée à plusieurs reprises dans les tournois régionaux.

Dans un groupe d'éliminatoires délicat, la capacité de Las Canaleras à tenir l'adversaire à l'écart pourrait bien faire la différence. Mais le Groupe C, plus que les autres groupes ici, semble très ouvert.

Coordinateur We Sport FR - Passionné de cyclisme - #TeamPogi

Dernières publications

En haut