Cyclisme

Cyclisme : le Team TotalEnergies, condamné à la course aux points

Depuis le début de saison, TotalEnergies ne respire pas la sérénité. L'équipe française actuellement en Pro Teams (deuxième échelon) lutte avec les autres équipes pour rester au sommet du deuxième échelon dans le monde du cyclisme professionnel.

Pas de Criterium du Dauphiné, pas de Tour de Suisse ou encore pas de Tour des Flandres cette année pour TotalEnergies. La formation de Jean-René Bernaudeau va devoir faire sans certaines Wild card en 2024. La formation française a réussi à sauver son billet pour le Tour de France, mais la préparation de la Grande Boucle semble plus compliquée que prévu.

Un manque d'invitation criant pour TotalEnergies

Comme évoquée plus tôt, la préparation pour le Tour de France semble déjà tronquée pour la formation française. Sans Criterium du Dauphiné (2-9 juin) ou l'invitation a été décerné à l'équipe Suisse Q36.5 Pro cycling team en plus de l'équipe norvégienne Uno-X, TotalEnergies va devoir préparer la Grande Boucle sans réelle course référence. Pour rappel, ASO a décerné 4 invitations aux équipes Pro Teams. Deux sont attribués automatiquement aux deux premières équipes du classement de l'année précédente (Lotto Dsnty et Israel Premier Tech) et deux autres équipes sont choisies par les organisateurs.

“On veut densifier la deuxième division et donner une chance à des équipes comme Q36.5 de participer à des courses de grande qualité”, a expliqué Christian Prudhomme, directeur du Tour de France. Une décision qui entrave l'ambition de l'équipe française de lutter pour le haut de tableau en Pro teams. Une nécessite pour attirer les sponsors dans un monde du vélo de plus en plus sélectif.

En plus de cela, l'équipe de Jean-René Bernaudeau n'a pas été invité sur le Tour de Suisse ou sur certains monuments comme le Tour des Flandres et Milan San Remo. Un vrai souci pour le manager de l'équipe française dans une interview pour Direct-Velo.

“C’est le cyclisme qui est comme ça, on doit vivre avec. Personne ne fait de cadeau, il y a des équipes qui ont plus d’invitations que d’autres. On demande seulement à l’UCI de nous mettre à notre place. Le cyclisme, on le respecte, on a une histoire, après, c'est à eux de voir… On est des acteurs de courses, mais les organisateurs invitent qui ils veulent. Maintenant les difficultés nous font grandir, certains coureurs de l’équipe sont aussi responsables du fait qu’il nous ait manqué très peu de choses pour être une place de mieux au classement UCI. Il faut qu’on remonte dans la hiérarchie, on est la 22ᵉ équipe mondiale et il faudrait être 21ᵉ […]”

“La culture de la gagne est fragile, il faut la cultiver d’une manière très forte. Si on commence à parler de points UCI ça devient contradictoire. On préfère avoir des révélations en fin de saison. On fait aussi avec ce que l’on a. Il faut bien se dire que nous sommes à notre place dans la hiérarchie des budgets,” explique le manager français.

TotalEnergies : des choix pas forcément payants ?

Ces dernières saisons, l'équipe française avait misé sur le recrutement de l'ancien triple champion du monde Peter Sagan. Le Slovaque débarqué de la Bora se lançait un dernier défi dans sa carrière. Cependant, sur le déclin, l'illustre Peter Sagan n'était parfois que l'ombre de lui-même sur le vélo. Ajoutez à cela un peu de malchance avec des chutes sur des épreuves importantes et le passage de Sagan chez TotalEnergies ressemble à un échec important. Mais l'arrivée d'une star comme Sagan a forcément des retombées positives.

Tout d'abord, l'arrivée du Slovaque a permis à l'équipe française de s'équiper du matériel Specialized. La marque américaine est un atout puissant à l'heure des”marginal gains”, tout apport technologique de premier plan améliore la performance globale. La présence de Sagan a également permis à l'équipe de recevoir une wild-card sur le Tour d'Espagne l'an passé.

Avec le départ de ce dernier fin 2023, TotalEnergies a dû changer d'équipementier pour la saison 2024. C'est désormais la marque américaine Enve qui accompagnera le Team pendant les deux prochaines saisons. La marque américaine, déjà partenaire du Team UAE Team Emirates, continue de tracer son chemin sur le sol européen avec ce nouveau partenariat.

Amputée de beaucoup de courses World Tour, la TotalEnergies va tenter de conserver sa place parmi les 4 meilleures équipes Pro Teams cette saison, une mission plus que corsé où le Tour de France 2024 sera le véritable juge de paix d'une saison réussie.

Passionné de sport et des Girondins de Bordeaux. Bercés par les arrêts de Cédric Carrasso, les coups de casque de Wendel et la finesse de Yoann Gourcuff dans un stade Chaban-Delmas en feu ! Fan de la Ligue des talents, sans oublier les coups de volant de Fernando Alonso, les attaques de Thibaut Pinot ou les atémis du général du ring Gunther.

Dernières publications

En haut