Football

Diego Maradona est décédé

C’est un tremblement de terre qui vient de frapper le football mondial. Diego Maradona est décédé aujourd’hui. Le Dieu du Football avait 60 ans.

Il était le symbole du beau jeu. De l’élégance du football argentin. Une légende du sport. A peine moins d’un mois après avoir fêté son soixantième anniversaire, “El Pibe de Oro” quitte ce monde. Son état de santé s’était aggravé ces derniers jours et il a du être admis à l’hôpital pour subir des soins intensifs.

 

Un dribbleur fou qui a secoué l’Argentine

Dès son plus jeune âge, Diego Armando Maradona était connu pour être un garçon habile ballon au pied. Issu d’une famille modeste, il se fait repérer par le staff du club d’Argentinos Juniors à seulement dix ans. Six ans plus tard, il signe son premier contrat professionnel et commence à faire trembler les filets. A seulement seize ans, “El Diez” rayonne par son talent et fait d’Argentinos Juniors l’un des plus grands clubs du football argentine, dans une période compliquée en termes de résultats. Il honore même sa première sélection avec l’Albiceleste alors qu’il n’a que 16 ans et 119 jours, face à la Hongrie. Il ne sera pas sélectionné pour la Coupe du Monde 1978.

Même si il n’a pas remporté de titres avec cette équipe, il contribue à la très grande renommée d’Argentinos Juniors. Avec 116 buts en 167 matchs officiels, c’est une légende qui commence à naître. Toutefois, l’Europe, ce n’est pas pour maintenant. Boca Juniors aligne une somme importante d’argent pour le recruter et fait venir le prodige de Lanùs pour une saison. Et pas n’importe laquelle puisque le joueur va montrer au monde entier qui est le patron. Avec 28 buts en 40 matchs, il affole les médias par ses dribbles, sa facilité déconcertante à se défaire de ses adversaires et son insolence devant le but.

Quelques années plus tard; après une grande carrière en Europe, il revient en 1993, cette fois-ci aux Newell’s Old Boys puis de nouveau à Boca. Néanmoins, son corps ne le suit plus, rongé par la cocaïne et un laisser-aller complet dans son hygiène de vie. En 1997, il raccroche les crampons dans son pays.

 

Un patron à Barcelone qui devient un roi à Naples

Barcelone, l’entrée du menu Européen du Pibe de Oro

L’arrivée de Maradona à Barcelone se fait par la grande porte. Mais pas dans l’accueil le plus chaleureux. En fait, lorsque Barcelone le recrute contre 7M$ en 1982, il se rend auparavant sur le sol espagnol pour la Coupe du Monde la même année. Et cette édition est à oublier pour le prodige, car il n’a pas été en mesure de pouvoir prouver sa valeur. Agacé de voir que ses tentatives butent contre les défenses adverses, il se fait remarquer en frappant Batista d’un coup de pied dans le ventre.

Connu pour ne pas être des plus professionnels en dehors du terrain, Maradona ne fait pas l’unanimité dans le coeur du public. Abonné aux boîtes de nuit, la cocaïne et en froid avec le coach Udo Lattek, il découvre que le monde n’est pas à ses genoux et réalise que la meilleure manière pour assouvir sa soif de puissance, c’est le terrain. Après une longue blessure au genou, il ravit les fans de football par sa technique et ses performances. En deux ans à Barcelone, il remporte la Coupe du Roi, la Coupe de la Ligue et la Supercoupe du Roi en 1983.

 

Naples, le plat de résistance et apogée de sa carrière

En 1984, le record mondial du transfert pour un joueur est battu. Arrivé pour 12M$ , Maradona devient le joueur le plus cher de l’histoire à son époque. Acclamé en héros, il arrive avec l’ambition de faire de Naples le temple du football transalpin. Même si la première saison est compliquée collectivement, il faut attendre la fin de la Coupe du Monde 1986 pour voir Naples impressionner.

Entre 1986 et 1990, le Napoli est la place forte du football sur le plan national et européen. Le club devient pour la première fois championne d’Italie et font le doublé avec la Coupe d’Italie en 1987. Le deuxième titre est acquis en 1990 après deux secondes places. Mais le plus important n’est pas là. L’apogée sera la victoire en Coupe de l’UEFA. Après un parcours des plus difficiles (Bordeaux, Juventus, Bayern Munich), le club dispose de Stuttgart 5-4 sur les deux rencontres. Maradona est nommé homme de la finale et rentre acclamé par un San Paolo en feu.

Durant cette période, Maradona n’est plus remarqué et pointé par les médias à propos de son comportement en dehors des terrains. En effet, il change d’agent, est protégé et soutenu par la mafia. Grâce à Guillermo Coppola, il intègre le monde du show business et commence à se bâtir une belle fortune.

 

Séville pour le dessert et le début des ennuis

Après une finale de Coupe du Monde 1990 perdue contre l’Allemagne aux tirs aux buts, les débâcles commencent en Italie pour Maradona. Suspendu et condamné avec sursis pour contrôle positif à la cocaïne. Il décide de quitter Naples a la fin de sa suspension pour rejoindre Séville. Le transfert est cher au vu de l’état physique du Pibe de Oro et un corps qui ne le suit plus aussi bien qu’auparavant.

Le niveau est encore présent mais la gêne se ressent. Avec une vingtaine de rencontres pour une bagatelle de buts, il n’arrive plus à trouver l’envie de jouer en Europe. L’Espagne est un pays qui lui avait déjà réussi, mais le déclin continue et se termine en Argentine.

 

L’apogée de sa carrière : la Coupe du Monde 1986

A douze ans, Diego Maradona avait prononcé ses voeux à la télévision : “J’ai deux rêves : disputer une Coupe du Monde, et la gagner avec l’Argentine”. Et si le premier a été réalisé en 1982, le second devra attendre quatre années supplémentaires pour pouvoir atteindre les sommets. Un monstre de niveau, une élégance sur le terrain, un homme incroyable.

Le moment le plus marquant arrive également à ce moment là. Quart de finale contre l’Angleterre. L’attaquant part du camp argentin, se défait de tous les joueurs anglais sur sa route en solitaire et va marquer le but le plus mémorable de sa carrière et celui considéré comme la réalisation du siècle. Peu avant, il inscrivait son premier but dans la rencontre, la fameuse main de Dieu.

En finale, l’Argentine remporte le Saint-Graal face à un RFA des plus solides et costauds durant la rencontre. Maradona va donner la passe décisive du but victorieux à Jorge Burruchaga. A 25 ans, son rêve de gosse devient réalité.

 

Un héritage et une légende

Durant ses 21 années de carrière, Diego Maradona est devenue une idole. Une raison d’aimer le foot, de vouloir atteindre les sommets. Les petits comme les grands dans les années 70, 80 et 90 ont connu l’un des meilleurs, l’un des plus grands noms du sport mondial. Même si son comportement est loin d’être exemplaire, le joueur sur le terrain est irréprochable et impossible à critiquer. La beauté du football, la fierté d’un pays, d’un continent, c’est ce que représente Diego Maradona.

 

 

Derrière lui, Maradona laisse l’un des plus grands héritages du football. Il est parti trop tôt, mais personne n’est éternel physiquement. Cependant, dans les coeurs, toute personne est immortel. Gracias por todo Señor.

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire