Dylan Groenewegen surpuissant sur Driedaagse Brugge-De Panne

Les coureurs retrouvaient aujourd’hui la Belgique avec les 3 jours de la Panne. Comme l’an dernier, on a assisté à une arrivée massive avec le succès de Dylan Groenewegen (Visma Jumbo). Le tenant du titre Elia Viviani a terminé troisième.

D’abord, six coureurs se sont extirpés du peloton dès les premiers kilomètres de course : Stan Dewulf (Lotto Soudal), Jasha Sutterlin (Movistar), Jimmy Janssens (Corendon Circus), Martijn Paasschens (Wallonie Bruxelles), Adrien Garel (Vital Concept B&B Hôtels) et Senne Leysen (Roompot Charles). Le peloton leur a laissé un petit peu de champ avec un peu plus de 5 minutes.

Lors du passage sur le Kemmelberg, un groupe de chasse est sortis du peloton avec Danny van Poppel (Jumbo Visma) et Fernando Gaviria (UAE Team Emirates). Mais, il a été vite repris par un peloton emmené par les équipes des sprinteurs.

Ensuite, l’avance n’est plus que deux minutes 30 en passant la première fois sur la ligne d’arrivée à moins de 50 kilomètres de l’arrivée.

On a vu surtout les formations Bora Hansgrohe, Jumbo Visma, Team Sky et Deceuninck Quick-Step à l’avant du peloton pour protéger ses leaders sur des routes étroites.

À 11 kilomètres, le champion d’Allemagne Pascal Ackermann (Bora Hansgrohe) a été victime d’une chute et il n’a pas pu jouer sa carte au sprint.

Puis, deux kilomètres plus loin, les attaquants du jour sont repris par un peloton qui roulait à vive allure.

Pourtant très discret dans l’emballage final, Dylan Groenewegen (Jumbo Visma) a remporté un cinquième succès cette saison.

Alors que le train Deceuninck Quick-Step a lancé le sprint à gauche de la route, le Néerlandais a dominé le sprint de l’autre côté de la chaussée.

Le Colombien Fernando Gaviria a pris la deuxième place devant Elia Viviani. Nacer Bouhanni (Cofidis) a fini quatrième place juste devant Justin Jules (Wallonie Bruxelles).

A propos de l'auteur

Grand fan de sport depuis de nombreuses années en passant par Franck Vandenbroucke, Michael Jordan, Roger Federer et Ayrton Senna.

Poster un commentaire

felis ipsum tristique eget ultricies id ut elementum