Formule 1

F1 : Les 5 questions à se poser avant le Grand Prix d’Espagne

Grand Prix

Après une première course spectaculaire à Miami, nous retraversons l'Atlantique pour le traditionnel début de la saison européenne, le Grand Prix F1 d'Espagne. Nous nous rendons sur un circuit mythique, puisque le premier Grand Prix d'Espagne a eu lieu en 1912 soit avant la première guerre mondiale.

La lutte pour le titre continue à Barcelone

Qui se sent assez courageux pour choisir quelle équipe est la favorite avant le prochain week-end de course ? Pas beaucoup de personnes certainement au vue de la bataille à laquelle nous assistons depuis le début de la saison.

Jusqu'à présent, la lutte pour le titre a connu de grandes variations en termes de compétitivité entre Red Bull et Ferrari, et elle a failli en connaître une autre en l'espace d'un week-end à Miami. Ferrari a verrouillé la première ligne samedi après l'erreur de Max Verstappen lors de son dernier tour de qualification, mais c'est le champion en titre qui a été clairement le plus rapide dans le premier relais de la course.

Cela s'est avéré crucial, car les deux équipes étaient très proches par la suite, mais Verstappen a tiré le meilleur parti de son avantage pour gagner et s'assurer de remporter la victoire dans chaque course – y compris le Sprint F1 à Imola – qu'il a terminée cette année.

Charles Leclerc a cependant poussé Verstappen à bout à trois de ces quatre occasions, et a remporté les deux autres Grands Prix lui-même, Melbourne étant peut-être l'avantage le plus clair à ce jour. Red Bull a fortement riposté, mais lors des essais de Barcelone, c'est Ferrari qui est rapidement sortie du lot, et l'ordre de compétition entre les deux semble fluctuer en fonction des caractéristiques de chaque site. Jusqu'à présent, c'est un combat qui a été tout sauf prévisible.

Sainz dans une voiture favoris à domicile

Fernando Alonso est le chouchou du public espagnol depuis deux décennies, mais Carlos Sainz bénéficie lui aussi d'un énorme soutien à Barcelone – et il pourrait bien monter d'un cran ce week-end. Même dans des voitures Renault et McLaren qui étaient au mieux des outsiders du podium, Sainz avait une tribune pleine pour le soutenir lors de sa course à domicile. Mais cette année, il est dans une voiture qui est clairement capable de gagner des courses.

Leclerc a remporté deux victoires et trois pole positions pour Ferrari depuis le début de l'année, mais Sainz est monté sur le podium à chaque course qu'il a terminée, et a été proche de décrocher sa toute première pole à trois reprises. Il est donc parfaitement compréhensible que ses fans rêvent de sa première victoire sur le circuit de Barcelona-Catalunya.

Le revers de la médaille, c'est qu'il y a eu deux courses où Sainz n'a pas vu le drapeau à damier, ce qui a nui à sa position dans le championnat des pilotes, alors non seulement une première victoire serait très populaire, mais elle pourrait aussi s'avérer cruciale pour tout espoir de titre.

Qu'attendre de Mercedes au Grand Prix d'Espagne ?

On commence à avoir l'impression que l'on pourrait parler de la voiture Mercedes à chaque Grand Prix F1 de la saison, tant la situation autour de l'équipe est fascinante.

Vendredi à Miami, George Russell a été le plus rapide et Mercedes – de son propre aveu – a semblé beaucoup plus compétitive qu'elle ne l'a jamais été cette année. Cela a été facilité par quelques améliorations et décisions de réglages à Miami, mais lorsque la FP3 ne s'est pas déroulée comme prévu, revenir aux réglages du vendredi n'a pas donné les mêmes résultats.

Et c'est ce qui rend Mercedes si fascinant à regarder en ce moment. Ils ont clairement une voiture très rapide quelque part, et le rythme des essais de Miami l'a prouvé au-delà des commentaires de l'équipe. Mais ils ne savent toujours pas comment extraire cette performance avec une certaine régularité, ce qui les laisse constamment dans une lutte pour le meilleur des autres.

Plus cette confusion se poursuit, moins les Mercedes ont de chances d'être des prétendants au championnat. Mais avec 18 courses à disputer, un revirement rapide pourrait bien les remettre dans le coup.

Des améliorations plus importantes pour les équipes au Grand Prix d'Espagne ?

Et ce n'est pas seulement Mercedes qui aura l'œil sur des progrès rapides et des résultats plus importants cette saison. Toutes les équipes sont encore en train d'apprendre à connaître leurs voitures 2022, étant donné le changement de réglementation qui a été introduit cette année, et le taux de développement devrait être particulièrement important.

Barcelone est traditionnellement un lieu où des mises à niveau majeures sont introduites, et si cette tendance s'est atténuée ces dernières années, certaines équipes étant en mesure d'apporter un flux constant de nouvelles pièces aux courses, l'introduction du plafond budgétaire est susceptible de voir un retour à cette approche pour beaucoup.

L'une des raisons pour lesquelles l'Espagne a connu un tel développement est la proximité des quartiers généraux des différentes équipes, ce qui facilite l'acheminement des pièces sur le circuit en temps voulu. De plus, le circuit est extrêmement bien connu, ayant été testé à de nombreuses reprises, ce qui a permis aux équipes de disposer de nombreuses données historiques, ainsi que d'une comparaison claire entre leurs voitures de lancement et les dernières mises à jour.

Un véritable test pour le nouveau règlement

Cette familiarité laisse également entrevoir une caractéristique qui permettra de juger de l'efficacité de la réglementation 2022. L'objectif était de permettre à une voiture d'en suivre une autre de près, en réduisant l'impact de l'”air sale”, c'est-à-dire le flux d'air perturbé provenant de la voiture de tête, à quelques longueurs de voiture près. Cela devait à son tour améliorer la course, car les pilotes pouvaient rester à portée de main sans faire surchauffer leurs pneus aussi facilement, car ils maintenaient de bons niveaux d'appui.

Jusqu'à présent, cette saison, nous avons assisté à de nombreuses courses passionnantes, mais Barcelone est historiquement un circuit où les dépassements ont été particulièrement difficiles. Cela s'explique par le fait que toutes les données dont disposent les équipes lors des essais leur donnent une orientation plus claire en matière de réglages, ce qui leur permet de tirer le maximum de performance de leurs voitures respectives.

Si un pilote n'a pas autant de difficultés, il est moins susceptible de commettre des erreurs – et si l'on tient compte du nombre de virages à grande vitesse qui nécessitent de bonnes performances aérodynamiques, il fallait auparavant un avantage de vitesse important pour tenter de dépasser.

Nous ne verrons peut-être pas de nombreux dépassements, mais si les nouvelles règles fonctionnent comme prévu, les pilotes seront plus proches les uns des autres, ce qui leur donnera plus de chances de trouver un moyen d'effectuer une manœuvre.

À lire aussi – F1 TV streaming : comment regarder la saison 2022 de Formule 1 ?

Dernières publications

En haut