Formule 1

F1 : une nouvelle révolution en vue pour le calendrier ?

Alors que la F1 a quitté le week-end dernier la Chine lors du premier format sprint de la nouvelle saison, le PDG de la catégorie reine, Stefano Domenicali s'est une nouvelle fois exprimé sur le nombre de courses sprint dans la saison.

“Pourquoi pas ? Pourquoi pas ? Je dirais que c'est une bonne chose parce que cela maintient la tension chaque jour et c'est quelque chose dont on discutera à l'avenir.” La réponse à la question, aura-t-il plus de week-end sprint dans les saisons futures, fera réagir plus d'un. Stefano Domenicali, patron de la Formule 1 estime que les formats introduits en 2021 pourraient être plus récurrents à l'avenir.

F1 –  Stefano Domenicali :”Il y a de l'action sur la piste pour respecter les fans qui viennent ici.”

Au micro de Sky Sports, l'ancien membre de la Scuderia Ferrari a expliqué que la course sprint ainsi que la Shootout sous la pluie ont offert beaucoup de spectacles, ce qui contribue à l'intérêt de la discipline.

“Le sprint de qualification dans ces conditions incroyables, nous avons eu beaucoup de courses (sous la pluie) et cela nous rappelle que nous avons le devoir de nous assurer que chaque jour il y a de l'action sur la piste pour respecter les fans qui viennent ici et qui veulent s'amuser. Maintenant, voyons comment se déroulera cette année avec les sprints. Mais c'est un point de discussion que je veux aborder lors de la prochaine Commission F1,” explique Domenicali. Cette saison la F1 a évolué dans son format faisant passer la course sprint avant la qualification du Grand Prix, offrant un samedi uniquement de compétition et 1 seule séance d'essai libre sur le week-end.

Des pilotes réticents sur le format sprint

Depuis son introduction, le format sprint suscite beaucoup de débats au sein du paddock. En amputant deux séances d'essai libre sur certains week-ends, les équipes bénéficient de moins de préparation pour la course.

De plus un calendrier avec 24 courses et 6 courses sprints entament réellement le niveau physique et mental des pilotes, ingénieurs et autres membres de l'écurie. Une fatigue en fin de saison déjà dénoncée par plusieurs acteurs du sport.

“Mais il ne faut pas non plus en faire trop, car nous organisons déjà 24 courses par an, dont six sprints. Je suppose que cela se vend mieux et que les chiffres sont meilleurs à la télévision, mais c'est aussi plus de stress pour les mécaniciens et tout le reste,” déclaré Max Verstappen.

Passionné de sport et des Girondins de Bordeaux. Bercés par les arrêts de Cédric Carrasso, les coups de casque de Wendel et la finesse de Yoann Gourcuff dans un stade Chaban-Delmas en feu ! Fan de la Ligue des talents, sans oublier les coups de volant de Fernando Alonso, les attaques de Thibaut Pinot ou les atémis du général du ring Gunther.

Dernières publications

En haut