Cyclisme

Giro 2024 : Romain Bardet explique sa défaillance

Le Giro 2024 n'a pas commencé de la meilleure des manières pour Romain Bardet (Team DSM). Pendant que Tadej Pogacar (UAE Team) et son équipe faisaient tout exploser dans le peloton, le Français a été lâché dans ce qui s'apparentait à la première grosse difficulté du Tour d'Italie. Juste avant le départ de l'étape 2, il a pris le temps d'expliquer sa défaillance aux micros des journalistes.

Tadej Pogacar (UAE) était attendu à Turin pour décrocher sa première victoire sur les routes du Giro. Eh bien le Slovène a répondu présent en attaquant dans la dernière ascension de l'étape. Cependant, le double vainqueur du Tour de France n'a jamais réussi à faire sauter Jhonatan Narváez de sa roue. À l'heure du sprint, l'Équatorien a réglé Pogacar et Maximilian Schachmann (Bora-Hansgrohe). Toujours est-il que Pogi est une nouvelle fois annoncé comme le grand favori de l'étape 2.

Un Romain Bardet en grande difficulté dès la première étape du Giro 2024

Qui d'autre que Tadej Pogacar pour remporter cette première arrivée au sommet dimanche ? Ayant perdu gros samedi, Romain Bardet a peut-être d'ores et déjà dit adieu au podium du classement général. Toutefois, il pourrait se relancer dès demain en remportant cette victoire de prestige. Or pour cela, encore faut-il être dans une bonne forme. Annoncé comme l'un des principaux prétendants au top 3, Romain Bardet a vécu un calvaire dans le col de la Maddalena. En effet, le Français a été décroché à plusieurs kilomètres du sommet alors que UAE était en train de durcir la course. Au total, le récent deuxième de Liège-Bastogne-Liège a concédé 1'07” au trio de tête.

Au micro d'Eurosport, il est revenu sur ce moment peu avant le départ de la deuxième étape. L'ancien coureur d'AG2R a confié qu'il souffrait de problèmes intestinaux sur le vélo. “C'est pas encore super mais j'espère que ça ira mieux aujourd'hui”, a-t-il ajouté avant de partir s'installer sur la ligne de départ. Ce n'est pas la première fois que Romain Bardet est victime d'une défaillance. En 2022, il avait déjà abandonné sur les routes du Giro pour un souci de santé. Mais d'ordinaire, les choses se compliquent pour lui quand la température atteint des sommets difficilement supportables. En attendant, le Tour d'Italie est encore suffisamment long pour qu'il se refasse la cerise.

Actuellement en Master à l'ESJ Lille, je m'avère être un adepte du groundhopping à la recherche de grosses ambiances qui ambitionne de parcourir le globe à travers ses stades de foot. Côté maillot, je fus biberonné au chardon nancéien et au coaching de Pablo Correa. J'ai aussi grandi avec le calme d'Arsène Wenger et les tacles de Laurent Koscielny sur Canal. Mais parce qu'il n'y a pas que le football dans la vie, je vibre tout autant à encourager Thibaut Pinot dans son virage, Julia Simon devant L'Equipe, mais aussi Arthur Fils sur Eurosport.

Dernières publications

En haut