Cyclisme

Giro – étape 18 : analyse de la victoire d’Alberto Bettiol

Hier, Alberto Bettiol s’est imposé en solitaire au prix d’un effort considérable. L’Italien a remporté pour la première fois une étape sur ses terres. À la bataille avec Remi Cavagna le coureur d’EF Pro Cycling a été extrêmement offensif dans les 30 derniers kilomètres.

Pour cette 18e étape, le peloton a laissé filer l’échappée pour la dixième fois sur ce 104e Giro. 23 hommes sont partis à l’avant dans une étape qui allait se décanter dans les 30 derniers kilomètres. Des petites bosses jonchant la route ont fait exploser les fuyards profitants aux hommes forts. Pour la plus longue étape de ce Giro, les coureurs ont parcouru les 231 kilomètres entre Rovereto et Stradella.

La composition de l’échappée : Andrea Vendrame (AG2R Citroën), Gianni Vermeersch (Alpecin-Fenix), Simon Pellaud, Andrii Ponomar, Natnael Tesfatsion (Androni Giocattoli-Sidermec), Samuele Battistella, Gorka Izagirre (Astana-Premier Tech), Filippo Zana (Bardiani CSF-Faizanè), Simone Consonni (Cofidis), Rémi Cavagna (Deceuninck-Quick Step), Alberto Bettiol (EF Pro Cycling), Francesco Gavazzi, Samuele Rivi (Eolo-Kometa), Wesley Kreder (Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux), Patrick Bevin (Israel Start-Up Nation), Stefano Oldani (Lotto-Soudal), Dario Cataldo (Movistar), Nikias Arndt, Nico Denz, Nicolas Roche (DSM), Jacopo Mosca (Trek-Segafredo), Maximiliano Richeze, Diego Ulissi (UAE Emirates).

Source : RCS

Les 200 premiers kilomètres se passent tranquillement. Hormis la bataille pour former l’échappée du jour qui fut rude, le reste n’a pas posé de problème aux fuyards. Le peloton abdique vite et la victoire va se dessiner dans le groupe de 23.

 

Bettiol saute quelques relais et reste à l’arrière du groupe
Source : Eurosport

L’attaque de Cavagna

À l’approche des bosses et après avoir sauté beaucoup de relais, Bettiol se replace en tête de groupe. Malgré une crevaison à 60 kilomètres de l’arrivée, il reprend sa place tranquillement dans l’échappée. Samuele Battistella et Filippo Zana lancent les hostilités et l’Italien ne va pas réagir tout de suite. Sous le soleil, Alberto Bettiol veut garder de la fraicheur. Sûr de ses forces, le coureur d’EF Pro Cycling va laisser de l’avance aux premiers attaquants. Il se contente de suivre les poursuivants pour rester dans le bon coup. Le coéquipier de Hugh Carthy va tout de même faire l’effort pour revenir sur Patrick Bevin parti devant.

Une fois la jonction faite et après avoir jugé et jaugé, Bettiol accélère et imprime un tempo très élevé. L’Italien veut écrémer. Dans la descente, il se replace dans les roues pour éviter toute chute et prendre les bonnes trajectoires. Mais une fois que la route s’élève, Alberto Bettiol repasse devant pour imprimer un tempo qui fait exploser Gorka Izagirre. Derrière le groupe de chasse fait la jonction. Lors de l’attaque de Remi Cavagna, Bettiol va rester dans les roues pour récupérer. L’Italien va rouler en tête de groupe à la poursuite du TGV. Mais le vainqueur du Tour des Flandres 2019 le sait, il ne doit pas ramener tout le monde. Ce moment de flottement profite au fuyard devant qui grappille des secondes. Nicolas Roche va attaquer suivi par Bettiol. Les trois hommes forts sont à l’avant mais il faut reprendre 30 secondes à Cavagna.

Bettiol laisse filer Cavagna et se place à l’arrière du groupe
Source : Eurosport

Alberto Bettiol est en feu

Dans la dernière montée de Cicognola (1,4 km à 7,5 %), Remi Cavagna va caler. L’Italien va lâcher Nicolas Roche et revient comme une balle sur le TGV de Clermont-Ferrand. Lors de la jonction, Bettiol le sait, il faut attaquer. Il imprime un gros rythme que Cavagna ne peut pas suivre. Le Français l’a confié à la fin de la course, il a peut-être attaqué trop tôt : “J’ai essayé, c’était peut-être un peu loin. C’est dommage. Je pense que j’ai craqué mentalement, c’est un peu frustrant car je n’ai pas des occasions tous les jours. Je me suis isolé, je me suis surpris de partir comme ça mais je l’ai payé à la fin.” Contrairement à lui Bettiol a lissé son effort et a gardé de la fraicheur pour les derniers kilomètres. Pas d’erreur dans la descente une gestion parfaite, l’Italien confirme sa très belle forme sur ce Giro.

Bettiol attaque immédiatement un fois la jonction faite
Source : Eurosport

Personne, absolument personne, n’a pu suivre Alberto Bettiol hier. L’Italien était le plus fort et en a profité. Le coureur d’EF Pro Cycling a parfaitement géré sa fin de course laissant les hommes frais attaquer pour les contrer par la suite. 

Crédit photo : EF Pro Cycling
Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire