Cyclisme

Giro – étape 20 : La victoire pour Caruso, Bernal assure

Cet après-midi se déroulait la 20ème étape du Giro sur les routes d’Italie. 3 cols de première catégorie au programme. Bernal part avec une avance confortable mais doit se méfier de ses deux compères du podium, Damiano Caruso (Bahrain Victorious) et Simon Yates (Team BikeExchange), très en vus sur cette dernière semaine. Finalement c’est l’Italien qui s’impose pour la première fois en Grand Tour. Bernal assure son maillot rose avant le contre-la-montre de demain.

Un plat pas si calme

Les 75 premiers kilomètres de cette étape sont plats, avant le trio Passo San Bernardino/Passo della Spluga/Valle Spluga – Alpe Motta. Personne n’arrive à s’échapper avant le premier sprint intermédiaire à 16 kilomètres du départ. Ce dernier est remporté par Marengo (Bardiani-CSF-Faizanè). Sagan n’est pas dans les hommes à passer en premier, mais son maillot Cyclamen n’est évidemment pas inquiété.
Derrière, une échappée est enfin validée à 118k km de l’arrivée. On y retrouve Simon Pellaud (androni-Giocattoli-Sidermec), Felix Grosschartner (Bora-Hansgrohe), Nico Denz (DSM) ou encore Dries de Bondt (Alpecin-Fenix). L’échappée comptera jusqu’à 5 minutes d’avance avant le San Bernardino.

Les grandes manœuvres

On le sait, même si l’avance de Bernal est confortable, le Giro peut basculer aujourd’hui. Le Colombien parait moins conquérant qu’en deuxième semaine, Yates et Caruso sont à l’affût de la moindre faiblesse. D’ailleurs, la Team BikeExchange de Yates accélère en tête de peloton avant le San Bernardino, condamnant aussitôt l’échappée.
Dans cette dernière d’ailleurs, ça bouge. Les meilleurs grimpeurs au sein du groupe y croient encore malgré l’accélération du peloton, un groupe de 4, (Louis Vervaeke, Felix Grosschartner, Vincenzo Albanese, Giovanni Visconti), bientôt rejoint par Simon Pellaud se forme.

Côté favori, ça bouge aussi. C’est la DSM de Romain Bardet qui accélère violemment. Des cassures se forment, et l’échappée se fait rattraper à toute vitesse dans cette longue ascension. Dans le Top 10, tout le monde passe dans le même groupe au sommet, à une minute des hommes de tête. Mais la DSM en remet une couche avec Bardet qui part faire la descente avec deux coéquipiers. On laisse filer le français qui tente le tout pour le tout. C’est le moment que choisi Caruso pour partir en compagnie de Peio Bilbao pour aller rejoindre Bardet. Le deuxième du classement général représente une menace autrement plus dangereuse pour le maillot rose.
Les écarts se creusent légèrement et le groupe Caruso-Bardet passe en haut du Passo della Spluga avec une quarantaine de seconde d’avance. Tout va se jouer dans la dernière ascension.

Grande Caruso, Martinez porte Bernal

Au pied de l’Alpe Motta (7,3km à 7,6%), Bardet et Caruso ont 42 secondes d’avance. Bernal semble bien et peut compter sur Castroviejo et Daniel Martinez pour l’épauler. Dans cette ultime ascension, l’heure n’est plus à la réflexion. Tout le monde écrase la pédale, et les écarts restent stables. Castroviejo passe un relai impressionnant puis s’écarte, mais devant on ne faiblit pas même si on perd ses équipiers. Très vite le match à distance est lancé. Almeida, Yates et Vlasov sont lâchés. A 3km de l’arrivée, il ne reste plus que Martinez et Bernal à la poursuite de Caruso et Bardet. Mais le français craque. Il était au rupteur depuis quelques hectomètres derrière un Caruso de gala. l'Italien s’envole vers la victoire d’étape, une première pour lui sur un Grand Tour. Après avoir perdu son leader Mikel Landa très tôt dans ce Giro, la formation Bahrain Victorious peut vraiment compter sur son grimpeur italien. Bernal finit deuxième, et peut remercier Martinez qui a rempli son rôle de lieutenant à merveille en l’emmenant quasiment au bout de l’Alpe Motta. Le Colombien va inscrire un deuxième Grand Tour à son palmarès.

Une étape dantesque, où Caruso et Bardet ont tenté le tout pour le tout. Malheureusement pour eux, la formation Ineos est trop forte cette année. Dans le sillage d’un impressionnant Martinez, Egan Bernal conserve son maillot rose et compte 1'59” d’avance sur Caruso. Sauf catastrophe, il devrait assurer la victoire demain dans le contre-la-montre. A noter qu’au jeu de la montagne, c’est le Français Geoffrey Bouchard qui ramène le Maillot azzuro à la maison.

 

Crédits photo en une : @Bettiniphoto

Dernières publications
To Top