Formule 1

Grand Prix de Bahreïn : Ferrari fait le doublé

Grand Prix de Bahreïn

Quatre mois que l'on attendait cela ! La Formule 1 faisait officiellement son retour aujourd'hui à l'occasion du Grand Prix de Bahreïn. Après une course qui a longtemps été monotone, c'est le Monégasque Charles Leclerc qui s'est imposé. Le pilote Ferrari termine devant son coéquipier Carlos Sainz tandis que Lewis Hamilton monte sur la troisième marche du podium. La mésaventure des Red Bull a fait le bonheur des autres. Pour les Français on peut noter la 7e place de Ocon mais aussi l'abandon de Pierre Gasly. 

Il avait signé la pôle la veille. Charles Leclerc a remporté la troisième course de sa carrière lors du Grand Prix de Bahreïn. Si les suiveurs de la F1 plaçaient beaucoup d'espoirs sur la Scuderia, ils n'ont pas été déçus par ce premier résultat. Rarement inquiété, Leclerc a toujours semblé en gestion lors de la course et ce, même quand des surprises s'invitaient sur la piste. L'abandon de Pierre Gasly aurait pu redistribuer les cartes, mais l'histoire était écrite pour que Ferrari finisse devant. Ainsi, pour la première fois depuis 2007, un coureur rouge prenait la pôle au GP d'ouverture. Cette année-là marquait le titre de Räikkönen, dernier en date chez l'écurie italienne. Enfin, ce doublé est aussi le premier depuis Singapour en 2019 où Vettel avait triomphé devant Leclerc. La fête promet d'être belle à Maranello.

UN GRAND PRIX DE BAHREÏN ASSEZ CALME

Si la fin de course s'est emballée avec les abandons successifs de Gasly, Verstappen puis Pérez, le reste des 57 tours s'est fait dans le calme. Le départ n'a pas fait tellement de grabuge comme on aurait pu l'imaginer. Un temps de réaction assez mauvais mettait tout de même Valtteri Bottas dans l'embarras. Le Finlandais auteur d'une solide P6 en qualifications a vu huit voitures lui passer devant à l'extinction des feux. De son côté, Magnussen le revenant prenait un bon envol mais retrouva vite sa P7 de départ après deux erreurs au premier virage. Les jeux semblaient donc faits. Leclerc menait facilement devant Verstappen et Carlos Sainz faisait de même avec Pérez. Pour les Mercedes, le départ était bon puisque Russell a vite rejoint la 6e place derrière Lewis Hamilton.

Tout a failli se décanter au jeu des stands. Le Néerlandais a tenté un undercut sur le leader du GP. Proche d'être payant puisque Charles n'est pas ressorti devant. Mais la Ferrari a de la ressource cette année. Elle a joliment repris sa position sur la deuxième zone de DRS. Cette belle bataille a duré deux-trois tours jusqu'à ce que Max bloque son pneu avant droit en essayant de plonger à l'intérieur du Monégasque. La suite des événements fut ensuite d'une monotonie loin d'être passionnante. L'intérêt s'est donc trouvé à deviner quelle écurie adoptera la bonne stratégie pour les changements de pneus. On a ainsi vu différentes interprétations de la dégradation des gommes mais au final, rien qui n'amenait de réelles différences. Les places paraissaient à ce moment-là figées pour les huit premiers.

LA FIABILITÉ DU MOTEUR RED BULL POUR METTRE DU SUSPENS

À onze tours de la fin, la voiture de Pierre Gasly a pris feu pas très loin des lieux de l'accident de Romain Grosjean. Très vite évacué, le pilote Alpha Tauri s'est vu contraint à l'abandon. La voiture de sécurité a été déployée logiquement et pour environ cinq tours. Déplacer la monoplace du Français a pris un certain temps. En effet, on a voulu éviter de toucher la voiture tant que l'on était pas sûr qu'elle ne présentait aucun risque. Le système électronique aurait pu être endommagé et l'extraction aurait été dangereuse. Pendant ces tours, tout le paddock est repassé en gommes tendres. Max Verstappen s'est rapproché au plus près de Leclerc. Mais le champion en titre se plaint depuis une dizaine de boucles de sa voiture.

À la relance, Carlos Sainz a rapidement dépassé la Red Bull souffrante avant que celle-ci ne lâche complètement juste avant l'entrée des stands. Pérez s'est vu à ce moment comme étant le seul pilote pouvant ramener des points à l'écurie. Pourtant, Lewis Hamilton a commencé à se montrer menaçant après son changement de pneus et le Mexicain a ressenti des choses anormales sur la manière de réagir de son bolide. Malgré ses nombreux appels dans la radio, ses ingénieurs lui ont donné l'ordre de finir la course. Une aventure délicate à en écouter Sergio. Ce dernier a fini par subir la coupure de contact de sa voiture dans l'ultime tour du circuit. Un arrêt brutal dans la remise de gaz du virage 1 qui a contraint la dernière Red Bull en piste à abandonner en plein milieu de la route.

Avec trois voitures motorisées par Red Bull sur quatre qui n'ont pas terminé le GP, les questions autour de la fiabilité du bloc de la marque fusent. Pour l'écurie Red Bull, c'est le premier double abandons depuis le Grand Prix d'Autriche en 2020.

LES PREMIÈRES FOIS AU COURS DU GRAND PRIX DE BAHREÏN

Ce premier Grand Prix de la saison a été le théâtre du premier succès de la saison de Charles Leclerc et Ferrari. Or, il s'est passé d'autres événements durant la course qui méritent d'être soulignés. C'était notamment la première fois en Formule 1 pour le promu Guanyu Zhou. Pour fêter cela, le pilote chinois a terminé à une très belle 10e place synonyme de premier point dans l'élite de ce sport. Son coéquipier de chez Alfa Romeo a lui aussi brillé. Après un départ catastrophique où Bottas a perdu huit positions, il est ensuite remonté progressivement avec les arrêts aux stands et les différents abandons. Il termine 6e, là où il avait démarré.

Devant lui se positionne un revenant. Kévin Magnussen s'est emparé de la 5e place derrière les Mercedes de Russell et de Hamilton. Le Danois a réalisé une course très régulière avec très peu de fautes malgré ses deux erreurs en début de relais. Pour quelqu'un qui a repris la Formule 1 il y a de cela une semaine, les résultats du week-end laissent présager de belles choses à venir pour lui et son écurie. D'ailleurs, on peut faire une corrélation entre les bonnes performances des Ferrari, des Alfa Romeo et des Haas. Toutes sont motorisées par un moteur Ferrari qui semble très costaud par rapport aux deux années précédentes. Enfin, pour l'intérimaire le mieux payé du monde, l'issue du GP est plus difficile à avaler. Hülkenberg a terminé la course à la 17e place après un week-end délicat.

Ce premier Grand Prix de la nouvelle ère de F1 a livré une course en demi-teinte. Le rythme était calme jusqu'à la voiture de sécurité de Gasly puis les abandons des Red Bull. À noter la piètre performance des Mc Laren qui n'ont jamais réussi à se mettre dans le rythme aujourd'hui. Ricciardo termine 14e devant Norris 15e. Il faudra faire mieux lors du prochain GP. Ce dernier aura d'ailleurs lieu la semaine prochaine en Arabie Saoudite ! 

Photo : F1 

Dernières publications

En haut