Formule 1

Charles Leclerc et Ferrari, le rêve devient réalité ?

Charles Leclerc

Cela fait plus de dix ans que Ferrari n'a pas remporté de championnat du monde, et leur dernière victoire en Grand Prix remonte à 2019. Malgré cela, l'équipe détient le record du championnat des pilotes et du championnat des constructeurs, et avec la pole position à Bahreïn pour Charles Leclerc, peut-être sont-ils sur enfin sur le chemin du retour.

Ferrari sur la pente ascendante

Charles Leclerc a déjà remporté deux Grands Prix, mais cette saison pourrait être la saison où il devient un challenger crédible pour le titre de Formule 1 après des années compliquées pour Ferrari.

Il est, bien sûr, tôt. Ce n'est qu'une séance de qualification, et il y en a encore beaucoup d'autres à venir. Comme nous l'avons vu l'année dernière, l'instance dirigeante de la F1 est désireuse de voir des courses plus compétitives, et elle ne semble pas avoir peur de laisser les directeurs de course avoir leur mot à dire dans des circonstances controversées.

En outre, les nouvelles réglementations ont donné lieu à d'importantes révisions de la conception de chaque voiture, mais à mesure que la saison avance, nous devrions nous attendre à ce que les voitures convergent vers une ou deux approches consensuelles, et que les temps entre les voitures se réduisent de manière significative.

Mais pour l'instant, il semble que la légendaire équipe italienne ait profité de ce changement radical des règles pour revenir en tête. Peut-être ont-ils délaissé les deux dernières saisons pour prendre de l'avance avec cette nouvelle approche. Pour l'instant du moins, cela a fonctionné.

Mercedes et Red Bull se sont montrés très enthousiastes quant aux chances de Ferrari. Les pilotes et les directeurs d'équipe ont reconnu qu'ils les considéraient comme des challengers solides pour la saison à venir, et cette première pole position – la 10e de Leclerc jusqu'à présent – est une indication qu'ils pourraient avoir raison.

F1 2022 : Le guide des pilotes et des écuries

F1 Direct : comment suivre la saison 2022 de Formule 1

Il convient de noter à quel point Ferrari a souffert. Si le nom de la marque est resté sur le devant de la scène, en partie grâce à l'héritage laissé par Juan Manuel Fangio, Michael Schumacher et d'autres, leurs résultats sur la piste ont été nettement insuffisants. Leur dernière victoire en Grand Prix remonte à 2019, lorsque Sebastian Vettel s'est imposé à Singapour ; cette même année, Leclerc a remporté ses deux seules victoires, à Monza en Italie et à Spa en Belgique.

Trois ans ont passé depuis qu'ils ont goûté au succès pour la dernière fois, bien que Leclerc ait montré plus que des éclairs de talent depuis, et en plus de ces deux victoires et 10 poles, il compte 13 podiums sur 80 départs depuis son arrivée en 2019. Dans une voiture en difficulté, ce n'est pas un mince exploit. Mais il n'y a qu'un temps où il peut tolérer les difficultés avant qu'une autre équipe ne veuille lui donner une chance. À 24 ans, il lui reste une décennie ou peut-être plus dans ce sport, et cela doit plaire à d'autres équipes de pointe de le débaucher – son contrat se termine dans seulement deux ans.

Retrouvez les émotions 2019 pour Charles Leclerc

Pour une équipe qui compte 15 championnats du monde des pilotes – un record – et 16 championnats du monde des constructeurs – un autre record – le succès doit encore sembler bien loin. En effet, leur dernier succès remonte à 2007, lorsque Kimi Raikkonen leur a offert un seul championnat. Il est difficile d'envisager le déclin quand on est au sommet de sa forme, mais il semble que l'échec puisse s'insinuer dans les équipes sans crier gare. Il suffit de regarder Mercedes. Une voiture de conception fondamentalement nouvelle les a laissés à la traîne, avec Lewis Hamilton plus préoccupé à défendre une cinquième position plutôt que de jouer la pôle.

Alors que l'équipe allemande a éprouvé des difficultés à gérer le marsouin et les nouvelles tailles de pneus, et que la plupart des autres écuries sont encore en train de réfléchir à la meilleure façon d'aborder l'utilité des différents sidepods, Ferrari semble avoir consacré des heures à cette saison et est désormais en tête. Bien que l'on puisse s'attendre à ce que cet avantage se réduise au cours du calendrier des courses, au fur et à mesure que les vols d'idées et les raffinements arbitrent l'élan initial, gagner autant de points que possible dès le début n'est pas une mauvaise chose.

Mais d'abord, la course. Bahreïn donne à Charles Leclerc la chance de gagner sa troisième course, mais ce ne sera pas facile. Carlos Sainz Jr. est troisième, et affirme qu'il a encore du mal à s'adapter à sa voiture. Ferrari a une chance, c'est à son équipe d'avoir l'aptitude non seulement de la saisir, mais aussi de la construire.

Dernières publications

En haut