Grande Rougadore #4 : Gaëtan Laborde : A l’abordage de la Ligue 1

0
Ligue 1

Après cette douzième journée de Ligue 1, nous vous avons demandé comme d’habitude d’élire le Grande Rougadore du week-end. Kylian M’Bappé ne faisant pas partie des nommés, cela laissait le champ libre à un profil différent. Vous aviez donc le choix entre quatre garçons encore bien loin du Ballon d’or et d’un titre de champion du monde, mais qui ont tout cassé lors de leurs rencontres. Ainsi étaient nommés cette semaine Mathieu Cafaro (Stade de Reims) qui a contribué à la septième défaite monégasque de fort belle manière, grâce à un joli enroulé au terme d’une longue chevauchée, Emiliano Sala (FC Nantes), en feu en ce moment, buteur par deux fois dimanche  et déjà auréolé du titre de GR il y a deux semaines, Denis Bouanga (Nîmes Olympique) qui a contribué à ressusciter une attaque qui avait auparvant mis deux buts en six journées avec lui aussi un doublé, et Gaëtan Laborde, troisième double buteur du week-end, face à un OM décevant. On est donc parti pour le résumé de la performance de ce qui est peut-être la meilleure recrue rapport qualité/prix de ce mercato estival.

La défense marseillaise OM du match

Certains supporter du MHSC étaient peut être sceptiques à la vue des renforts offensifs arrivés sur la Paillade lors du précédent marché des transferts. Gaëtan Laborde, jamais convaincant avec Bordeaux, est venu compléter la venue d’Andy Delort, buteur efficace mais irrégulier, réputé pour son état d’esprit contestable et contesté. En douze matchs, la paire a mis onze buts et propulsé le club sur la deuxième marche du podium. Pas mal pour un attaquant acheté 3 millions.
Le joueur de 24 ans a d’ores et déjà égalé son record de buts sur une saison (qui datait de 2016-2017) avec ses six pions.
Au vue de son début de saison, Laborde n’avait vraisemblablement pas besoin d’une telle apathie dans la défense adverse pour briller. Seulement voilà, sur les deux buts de l’attaquant Montpelliérain, le comportement des Marseillais est au moins autant à souligner que le bon geste de finisseur du numéro 10 du MHSC.
Après une première période fermée et peu réjouissante, les Héraultais trouvent finalement l’ouverture à la 51e minute. Le trio Gustavo-Amavi-Kamara se contente de rester au contact de Pollet et Aguilar à l’entrée de la surface. Le latéral gauche adresse finalement un centre en une touche pour la tête de Laborde. Bouna Sarr attend patiemment que son adversaire ait propulsé le ballon au fond des filets pour venir le lui disputer. Une passivité qui n’enlève rien au joli coup de casque de l’avant-centre héraultais, Mandanda étant complètement battu. C’est ensuite au tour de Kamara puis d’Amavi d’offrir un but à l’attaquant en pleine confiance. Les deux défenseurs marseillais perdent tour à tour le ballon à 20 mètres de leur but. Laborde se bat côté gauche, récupère, et trouve le petit filet du portier marseillais d’un bel enroulé. Encore une fois, difficile de dire qui de la défense marseillaise ou du buteur a le plus participé à mettre la balle dans les filets.

Pour constater par vous même, c’est par là: 

Feu de paille ou révélation?

Sans aller jusqu’à le comparer à Ronaldo (le brésilien), comme ce fut le cas dans nos notes du match d’hier, il faut bien avouer que le MHSC a eu du nez en le piquant aux Girondins de Bordeaux.
Laborde a dépassé le stade de la « bonne période » qui rythme souvent les saisons des attaquants. Etre aussi décisifs durant douze matchs et aussi précieux offensivement dans une équipe pourtant réputée pour l’austerité de son jeu, ça ne peut pas s’expliquer seulement par une confiance au maximum et une réussite insolente. Il y a plus que ça, c’est certain. Le vrai/faux fils de Catherine Laborde nous avait offert une jolie éclaircie entre les mois de janvier et février la saison passée avec trois buts en moins d’un mois, avant de s’éteindre à nouveau. L’attaquant maintes et maintes fois prêté n’ayant jamais réussi à s’installer durablement dans l’effectif bordelais, il n’avait du se contenter que d’apparitions et de quelques titularisations dans l’élite, souvent sur un côté de surcroît. Trop peu pour jauger la réelle qualité d’un attaquant, qui a besoin de temps de jeu et de confiance pour se montrer. S’il continue comme ça, Gaëtan Laborde devrait tutoyer les vingt buts en Ligue 1 en fin de championnat. Les atteindra-t-il ? Evidemment son état de forme et ses stats dépendront de ceux de son club (et vice et versa), et en particulier de son acolyte Andy Delort et de  Florent Mollet, ex-messin reconverti en poissonier de luxe et véritable pourvoyeur de caviar.

Là est donc tout le défi qui s’annonce pour l’ex-girondins : passer du statut d’attaquant de coups à celui de buteur fiable pour une saison. Rien ne dit qu’il n’en est pas capable : il est jeune et pour sa première véritable expérience en tant que titulaire en Ligue 1, il montre de très belles choses. Avant cela, on se retrouve la semaine prochaine pour notre cinquième Grande Rougadore. On laisse Laborde rejoindre de grands noms comme M’Bappé ou Sala, au panthéon Wesport.fr. A la semaine prochaine donc !

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here