Ils ont été Ballon d’Or : George Weah #4

0
Ligue 1

Voici votre nouveau format quotidien sur WeSportFR : chaque jour à 18h et ce, toute la semaine, sept anciens lauréats du Ballon d’Or vous seront présentés. A un peu plus d’un mois de la remise du précieux trophée, petit coup d’oeil sur certains gagnants de la récompense individuelle la plus convoitée. Pour ce quatrième numéro, retour sur un joueur désormais président, Mister George Weah.


Arsène Wenger comme mentor

Né en 1966 dans les bidonvilles de Monrovia au Libéria, George Weah passe une enfance difficile, élevé à la dure par sa grand-mère. Jouant pour les clubs de son pays, il en fréquentera quatre, dont les deux plus grands : Mighty Barrolle et l’Invicible Eleven. C’est avec ce dernier club que George Weah se fera repérer par Claude Leroy, alors sélectionneur du Cameroun.

Leroy contacte donc l’AS Monaco, champion en titre, dirigé par un certain Arsène Wenger. George a 22 ans et convainc l’entraîneur de la Principauté. Il effectue donc sa première apparition en France le 17 août 1988 face à l’AJ Auxerre. Dès sa première saison, il marquera 14 buts, une performance énorme pour un joueur découvrant le monde professionnel. Il restera quatre ans sur le Rocher, et après une désillusion en finale de Coupe des Coupes, George Weah décide de quitter l’AS Monaco. Après avoir gagné une Coupe de France et inscrit 66 buts en 149 matchs chez les Rouge et Blancs, Mister George signe avec le Paris Saint-Germain.

Un passage marquant

Sans aucun temps d’adaptation, Weah s’impose immédiatement comme l’arme principale du club de la Capitale. Son aventure parisienne sera surtout marqué par des parcours européens de haut niveau accompagné de buts dantesques dont seul le Libérien a le secret. Pour sa saison initiale au PSG, Weah atteint les demi-finales de la Coupe UEFA, éliminé par la Juventus. La saison suivante, en 1993-1994, George gagnera son seul championnat de France et atteindra les demi-finales de la C2 cette fois-ci. Laissé de côté par Artur Jorge, ce dernier sera évincé quelques jours plus tard, remplacé par Luis Fernandez.

C’est donc sous la houlette de l’ancien international français que George Weah réalisera sa saison lui ouvrant les portes du Ballon d’Or.  Weah retrouve la Ligue des Champions qu’il n’a plus connu depuis sa première saison monégasque. Et c’est précisément là que la magie va s’effectuer. Après avoir passé facilement les poules, notamment en marquant un but d’anthologie face à Oliver Kahn, le PSG du Mister éliminera le Barça de Johan Cruijff ! Malheureusement, l’histoire se répétera et les Parisiens connaîtront un terrible affront face au grand Milan AC. Le moment est venu pour Weah de passé à autre niveau, celui de la reconnaissance mondiale.

L’athlète suprême

A l’été 95, le Mister le plus célèbre d’Afrique rejoint l’AC Milan. En Lombardie, il retrouve des immenses joueurs comme Maldini, Baresi, Desailly, Donadoni ou encore Roberto Baggio. Une pléthore de stars parmi lesquelles le quasi-trentenaire George Weah a sa place. Il sera d’ailleurs élu Ballon d’Or, grâce notamment à son parcours exceptionnel avec le PSG en Coupe d’Europe. Devenant le premier joueur non-européen et le seul africain à avoir remporté ce trophée, George Weah assume son statut et remporte le championnat d’Italie pour sa première saison de l’autre côté des Alpes. Meilleur buteur du club durant ses trois premières saisons, George Weah est désormais sur le déclin, les arrivées successives de Oliver Bierhoff et d’Andriy Shevchenko pousse le Ballon d’Or 1995 a changé d’air, c’est la fin de son aventure milanaise.

Malgré une fin de carrière insignifiante le voyant rejoindre successivement Chelsea, Manchester City et Marseille qu’il aidera à maintenir en Ligue1, Mister George Weah restera un avant-centre de légende, un attaquant puissant, rapide, buteur doté d’une classe et d’une gentillesse n’ayant peu de comparaison dans le football moderne. Figure de proue que ce soit à l’ASM, au PSG ou au Milan, George a toujours fait ce qu’il savait faire de mieux : marquer. Que ce soit les buts simples ou les nombreux buts d’anthologie qui ont façonné sa légende, tout le monde se rappellera de Weah.

De jeune gamin des bidonvilles à super star du football mondial, Weah a contribué au développement de son peuple, portant les espoirs de son Libéria natal, un homme capable de changer l’image de l’Afrique. George Weah n’était pas que l’étendard d’une nation, non, c’était l’inspiration de tout un continent. Alors merci Mister.




Crédit photo / L’Opinion

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here