Biathlon

JO 2022 – Six athlètes africains en compétition à Pékin

Aux Jeux d'hiver de Pékin, il y a cinq drapeaux de nations africaines qui ont flotté lors de la cérémonie d'ouverture au stade du Nid d'oiseau le 4 février dernier, Madagascar étant le seul pays avec deux athlètes. En 2018, huit nations africaines étaient représentées en Corée du Sud, avec des premières historiques pour le Nigeria, puisque Simidele Adeagbo est devenue la première olympienne d'hiver de la nation en s'élançant sur la piste de skeleton. Zoom sur les athlètes africains en lice à Pékin.

Samuel Ikpefan – Nigeria – Ski de fond

Ikpefan, qui est né en France et dont le père est nigérian, deviendra le premier athlète masculin à participer aux Jeux olympiques d'hiver et le premier skieur de fond du Nigeria lorsqu'il concourra à Pékin. Il est le seul athlète africain à concourir en dehors du ski alpin cette année.

Ikpefan, qui a obtenu son passeport nigérian en 2016, a déclaré au site Internet des Jeux olympiques : “Lorsque j'étais aux Championnats du monde, je n'ai pas reçu beaucoup d'attention, mais ce sera différent lorsque je représenterai le Nigeria aux Jeux d'hiver. C'est déjà arrivé avec le bobsleigh et le skeleton, mais cette fois, c'est le ski de fond, et c'est un sport que beaucoup de gens peuvent pratiquer. Enseigner mon sport à la jeune génération est ma plus grande source de fierté.”

Carlos Maeder – Ghana – Ski alpin

Le slalomeur d'origine suisse n'a pas réussi à se qualifier pour Pyeongchang, mais à 43 ans cette année, il portera le drapeau du Ghana, son pays natal, à Pékin. Il sera l'athlète le plus âgé dans le domaine du ski alpin.

Shannon Abeda – Érythrée – Ski alpin

Abeda était l'athlète de l'Érythrée lorsqu'elle a fait ses débuts aux Jeux d'hiver en 2018, et il sera à nouveau son unique représentant. Il a terminé 61e du slalom géant à l'époque, alors qu'il n'avait que 21 ans, et a subi de nombreuses moqueries sur les réseaux sociaux par la suite. Il a décidé de s'éloigner de ce sport et de se concentrer sur ses études et l'haltérophilie, avant de faire un retour au ski en 2021. Abeda est né au Canada après que ses parents ont fui la guerre en Érythrée dans les années 1980, et a commencé à skier à l'âge de 3 ans.

Mialitiana Clerc – Madagascar – Ski alpin

Clerc est la seule Africaine à concourir à Pékin, ce qui représente une baisse importante par rapport au nombre record de participants à Pyeongchang. Clerc est née à Madagascar avant de déménager en France avec ses parents adoptifs lorsqu'elle était bébé, et s'est mise au ski dès son plus jeune âge. Sa participation aux Jeux en 2018 était une première pour une Malgache, et elle n'avait que 16 ans à l'époque. Elle a terminé à une crédible 47e place en slalom et 48e en slalom géant, sur un champ de 80 personnes. À Pékin, elle ne sera pas seule cette fois, puisque Madagascar est le seul pays africain à avoir deux athlètes.

Clerc a déclaré au site web des Jeux olympiques : “J'essaie d'être la première femme [africaine] à monter sur le podium d'une Coupe du monde et à ramener une médaille d'or des Jeux olympiques. Je veux être l'une des meilleures skieuses du monde du ski alpin. Et aux Jeux olympiques de Pékin, je veux être dans le top 40.”

Mathieu Neumuller – Madagascar – Ski alpin

L'adolescent Neumuller est né et a grandi en France. Il deviendra le deuxième athlète masculin de Madagascar à participer aux Jeux olympiques d'hiver après Mathieu Razanakolona, qui a fait ses débuts aux Jeux en 2006. Neumuller, qui étudie pour devenir moniteur de ski, a fait ses débuts chez les seniors en 2020 et sera le porte-drapeau de Madagascar à Pékin.

Yassine Aouich – Maroc – Ski alpin

Seul participant du Maroc, Aouich, 31 ans, a une longue expérience de la compétition de ski dans le monde entier, en slalom et en slalom géant. Le Maroc n'a jamais remporté de médaille aux Jeux d'hiver, et ce sera la huitième fois qu'il y participera.

À lire aussi – Eileen Gu console Tess Ledeux après avoir arraché l’or au Big Air

Dernières publications

En haut