Julian Nagelsmann, tacticien de demain

0
Ligue 1

À 32 ans, Julian Nagelsmann, entraîneur du RB Leipzig, incarne à la fois le présent mais aussi le futur du football mondial. Retour sur son parcours et analyse du style de jeu de son équipe actuelle.

Plus jeune entraîneur de Bundesliga à 28 ans, plus jeune tacticien en Ligue des Champions (à 31 ans et 58 jours), si certains sportifs comme Kylian Mbappé accumulent les records de précocité sur le rectangle vert, certains entraîneurs comme Julian Nagelsmann le font en dehors du terrain. Avant de nous intéresser aux principes tactiques de son équipe, retour sur son parcours et sa vie de joueur comme d’entraîneur qui l’ont mené au sommet. Contrairement à l’image qu’il peut parfois renvoyer, ses relations avec ses joueurs sont excellentes et il dispose de grandes qualités humaines comme le prouvent de nombreux témoignages de personnes l’ayant côtoyé à Hoffenheim ou à Leipzig.

Aujourd’hui sur le banc du RasenBallsport Leipzig, la trajectoire de Julian Nagelsmann est atypique. Au tournant des années 2000, il intègre à 15 ans le réputé centre de formation du Munich 1860 au poste de défenseur central. Son élégance, sa qualité de relance et sa taille imposante (1.90m) font de lui un excellent libéro allemand moderne que ses entraîneurs voient réussir en Bundesliga. Cependant, une douleur chronique au dos puis une grave blessure mettent fin à ses rêves de devenir professionnel, et le jeune homme perd la même année son père, qui décède à l’âge de 56 ans.

Sa carrière d’entraîneur

Pour en arriver là, l’originaire de Bavière a dû gravir les échelons et, aux prémices de son ascension fulgurante, il devient en 2008 et pendant plusieurs mois analyste de l’opposition pour l’équipe réserve d’Augsbourg, alors entraînée par l’actuel technicien du PSG, Thomas Tuchel. Il est nommé entraîneur adjoint de l’équipe u17 du Munich 1860 dans la même année et s’engage 2 ans plus tard à Hoffenheim, où il restera 11 ans. Dans le club de la région de Stuttgart, il occupera de nombreux rôles et arrive sur le banc de l’équipe première en 2016, avant de quitter le TSG pour reprendre les reines du RB Leipzig depuis l’été 2019.

Timo Werner a été l’auteur de 16 buts en Bundesliga cette saison.

Des performances convaincantes

Déjà 3ème de Bundesliga lors de l’exercice précédent, Leipzig confirme cette saison qu’il n’a pas fini de grandir et de progresser puisque le club de Red Bull est toujours troisième mais à seulement 5 points du leader munichois. Si le football pratiqué par Julian Nagelsmann est plaisant offensivement, il n’en reste pas moins solide défensivement avec 29 buts encaissés en 34 rencontres, ce qui fait du RBL la meilleure défense du championnat. En attaque, le duo offensif a inscrit à lui seul 31 des 63 buts de son équipe, soit presque la moitié. Il est constitué du 8ème meilleur buteur de Bundesliga, Timo Werner, auteur de 16 réalisations, et de Youssuf Poulsen (15 buts).

Sur la scène européenne, le RasenBallsport Leipzig n’avait pas réussi à passer les phrases de groupe de l’Europa League en 2019/2019, devancé par le… RB Salzbourg, l’autre club d’Europe appartenant à Red Bull, et le Celtic Glasgow. Cette saison et sous l’impulsion de Julian Nagelsmann, il a terminé premier d’un groupe au niveau moyen (dont l’OL a terminé 2e) de Ligue des Champions assez aisément (11 points) et a ensuite largement surclassé le finaliste sortant, Tottenham (1-0, 3-0).

Systèmes tactiques

Cette saison, Julian Nagelsmann a, semble-t-il, du mal à se décider. En effet, il a jusqu’ici expérimenté 10 schémas de jeu différents, alternant entre défense à 4, à 5 ou à 3. Le plus utilisé par l’entraîneur de 32 ans est le 4-4-2 (26%), suivi du 3-5-2 (17%), du 4-2-3-1 ensuite (13%), du 3-4-1-2 (10%) et de 6 systèmes différents à moins de 10%, qui se rapprochent énormément des derniers cités, exception faite du 4-3-3, dernier avec seulement 1%.

Nkunku, renaissance à Leipzig

Style de jeu

Récemment interrogé dans une interview au sujet de sa philosophie de jeu, Julian Nagelsmann a évoqué le souhait d’avoir des transitions rapides, d’accélérer le jeu lors des séquences de récupération mais aussi de possession.

Avec le ballon, il prône un jeu de position basé sur la verticalité, l’intensité et l’exploitation de la largeur avec des latéraux qui écartent sur les côtés, dans un système généralement en 3-3-2-2. L’occupation de l’espace est optimale et l’animation offensive est fluide, le milieu de terrain est souvent constitué de nombreux joueurs équitablement répartis sur les 5 couloirs verticaux du terrain pour créer le surnombre dans l’entre jeu, et ainsi faciliter le jeu en triangle en trouvant des diagonales. Les milieux de terrain occupent les intervalles pour empêcher l’adversaire d’intercepter les passes entre les lignes.

À la perte du ballon, un contre-pressing s’installe et deux joueurs de Leipzig viennent généralement empêcher le porteur du ballon de relancer court pour récupérer la possession en cas de jeu long. Dans l’entre jeu, les joueurs adverses ont très peu de solution et sont mis sous pression par les nombreux milieux de terrain de Leipzig.

Julian Nagelsmann est un entraîneur moderne. Très jeune, il est souvent réactif dans son coaching en cours de match et possède toutes les qualités pour devenir un jour l’un des meilleurs entraîneurs du monde. Avec Leipzig, ses résultats sont excellents tant sur le plan national qu’européen.

Crédits photos : Eurosport.de / Onze Mondial / Bundesliga 

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here