Cyclisme

Kwiatkowski remporte l’Amstel Gold Race

Kwiatkowski

Michał Kwiatkowski (Ineos Grenadiers) a remporté l'Amstel Gold à l'issue d'une nouvelle photo finish très serrée devant Benoit Cosnefroy (Ag2r Citroën).

La victoire avait d'abord été attribuée à Cosnefroy, mais la photo finish a révélé que le Polonais l'avait en fait devancé de justesse grâce à un sprint tardif. Les deux coureurs se sont battus dans un sprint à deux après s'être détachés d'un groupe de favoris peu après le Cauberg. Tiesj Benoot (Jumbo-Visma) s'est détaché de ce groupe dans les derniers kilomètres pour prendre la troisième place.

L'arrivée ressemble étrangement à celle de l'année dernière, lorsque Tom Pidcock (Ineos Grenadiers) s'était incliné devant Wout van Aert (Jumbo-Visma) lors d'une photo finish qui avait suscité la controverse, mais cette fois-ci, c'est un Ineos Grenadiers qui a été jugé vainqueur pour quelques centimètres plutôt que vaincu.

“C'était très dur”, a déclaré Kwiatkowski à l'arrivée, après avoir été confirmé comme vainqueur. “Une arrivée difficile, un sprint difficile. J'étais super-confiant que je pouvais gagner, mais en même temps, les 50 derniers mètres étaient super-durs, quand Cosnefroy a encore accéléré quand je suis arrivé à côté de lui. Pour moi, tout était question de victoire, car je savais qu'avec Tom [Pidcock] dans le groupe de tête, avec nous deux, il s'agissait de gagner la course.”

Il avait d'abord eu l'air découragé tandis que Cosnefroy célébrait sa joie en pensant qu'il avait gagné, mais leurs émotions se sont inversées quelques minutes plus tard. “J'ai appris un peu de l'année dernière, avec Tom, qu'il faut attendre, et je croyais encore que peut-être cela se reproduirait en disant que la photo finish n'est pas bonne. Mais on dit que la troisième fois est la bonne, vous savez ? C'est tout simplement incroyable, j'adore cette course, et après tous les mauvais moments que j'ai eu cette saison avec Covid et auparavant avec la grippe et le fait d'être malade et de ne pas pouvoir suivre mon programme de course. Et maintenant je suis ici en tant que vainqueur de l'Amstel Gold Race, c'est juste un sentiment incroyable” a déclaré la vainqueur du jour.

Il s'agit de la deuxième victoire d'Amstel Gold en carrière pour Kwiatkowski, qui l'avait déjà remportée en 2015, et également de sa première victoire depuis son étape au Tour de France 2020, mettant fin à une série frustrante pour le Polonais. “Je pense que je me suis prouvé à moi-même que je dois être patient et que tôt ou tard la victoire viendra… C'était très dur pour moi, le début de la saison, quand votre famille tombe malade et que vous ou même pas capable de vous entraîner, et que toutes les courses sont pour moi reportées et que le calendrier des courses est sens dessus dessous, c'était très difficile de se remettre sur les rails. Mais je suis là.”

Les Ineos Grenadiers ont été récompensés pour leur performance agressive. C'est leur rythme soutenu dans le Keutenberg, à 34 km de l'arrivée, qui a forcé la sélection clé de la course, où Kwiatkowski et Pidcock sont partis avec Cosnefroy, Benoot, Kasper Asgreen (QuickStep-AlphaVinyl), Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix), Michael Matthews (BikeExchange-Jayco), Dylan Teuns (Bahrain-Victorious), Marc Hirschi (UAE Team Emirates), Stefan Kung (Groupama-FDJ) et Alexander Kamp (Trek-Segafredo).

Kwiatkowski est parti en solo peu après que ce groupe ait franchi le Cauberg, et a été rejoint par Cosnefroy quelques kilomètres plus tard lorsque le Français a fait le pont. Le duo a réussi à résister à l'affaire derrière, et a pu se disputer la première et la deuxième place dans la dernière ligne droite.

Une course de mouvement

Une échappée de six coureurs a été autorisée à prendre la route sans trop de problèmes avant une longue et dure journée de course dans la région vallonnée du Limbourg, aux Pays-Bas. Ide Schelling (Bora-Hansgrohe), Johan Jacobs (Movistar), Emils Liepins (Trek-Segafredo), Aaron Van Poucke (Sport Vlaanderen-Baloise), Owain Doull (EF Education-EasyPost) et Luca Rastelli (Bardiani-CSF-Faizane) étaient les coureurs d'humeur à mettre le nez au vent, et ont creusé un écart de plusieurs minutes.

Cet écart s'est réduit lorsque, le dangereux duo de Vicor Campaerts (Lotto-Soudal) et Nathan Van Hooydonck (Jumbo-Visma) s'est dégagé à 96 km. Ils ont rejoint l'échappée 8 km plus tard, formant un nouveau groupe de tête de sept coureurs après le retrait de Rastelli, tandis que Florian Senechal (QuickStep-AlphaVinyl) a essayé en vain pendant un moment de les rejoindre dans le no man's land.

Cependant, Campanaerts n'a pas suivi le rythme de l'échappée une fois qu'ils ont atteint la montée de Loorberg à 58 km de l'arrivée, et il a été lâché du groupe avec Schelling qui est revenu dans le peloton, apparemment sans être inquiété malgré l'effort important fourni pour entrer dans l'échappée en premier lieu.

Le coéquipier de Campanaerts, Tim Wellens, a essayé de s'échapper peu après, mais il a été suivi de près par Christophe Laporte (Jumbo-Visma). Les routes étroites et serrées de cette course ont inévitablement conduit à plusieurs chutes tout au long de la journée, avec Andrea Bagioli (QuickStep-AlphaVinyl), Anthony Turgis (TotalEnergies) et Jack Haig (Bahrain-Victorious) parmi les victimes, et Van Hooydonk est brièvement sorti de l'échappée lorsqu'il a failli percuter une voiture en stationnement à 48 km de l'arrivée.

Van Hooydonck a cependant réussi à récupérer pour rejoindre l'échappée, puis il s'est dégagé seul sur l'Eyserbosweg où le groupe s'est fracturé, et le peloton mené par Ineos Grenadiers a commencé à les rattraper un par un. Mais le Néerlandais a lui-même été rattrapé peu après le sommet, ce qui signifie que la course s'est reformée avec 44,5 km à parcourir.

Les Ineos Grenadiers ont continué à imposer un rythme effréné et ont forcé une sélection importante sur le Keutenberg à 34 km de l'arrivée lorsque douze coureurs se sont détachés du peloton. Ceux qui sont restés derrière n'ont pas réussi à organiser une poursuite, Tim Wellens et Jan Tratnik (Bahrain-Victorious) essayant séparément de combler l'écart en solo.

Une confrontation entre les leaders sur le Cauberg a été interrompue par des attaques d'abord de Hirschi puis de Pidcock sur le sommet, mais ce n'est qu'après le sommet qu'un coureur s'est dégagé, lorsque Kwiatkowski a réussi à prendre de l'avance. Une fois que l'avance du Polonais a dépassé les dix secondes, Cosnefroy a produit une accélération explosive pour lâcher les autres, et a rattrapé le Polonais avec 19 km à parcourir.

Pidcock puis Teuns ont essayé en vain de les rattraper, et au pied de la dernière côte de la journée, le Bemelerberg, l'avance de Kwiatkowski et Cosnefroy sur les poursuivants était de 30 secondes. De bons virages de Hirschi et Asgreen dans la montée ont permis de ramener l'écart à 20 secondes, mais il n'y a pas eu de poursuite engagée sur la ligne d'arrivée, permettant à Kwiatkowski et Cosnefroy de sprinter pour la victoire.

Dernières publications

En haut