Ça roule…

La course aux points de 2022

Dès la fin de la saison prochaine, toutes les équipes seront classées et les 18 meilleures équipes obtiendront des licences World Tour. Ce nouveau système de classement donne déjà des suées froides à certaines formations World-Tour qui devront bataille pour ne pas se faire reléguer et voir des équipes évoluant en Conti-Pro voler leur licence. Focus sur la course aux points.

Toutes les courses du calendrier UCI permettent aux coureurs de marquer des points en fonction de leur position d'arrivée. Les équipes sont classées sur la base de leurs 10 meilleurs coureurs. Jusqu'ici rien d'anormal sauf 2022 fera place à une révolution. Dès la fin de la saison, toutes les équipes seront classées et les 18 meilleures équipes obtiendront une licence World. Les équipes World classée au-delà de la 18e place seront relégués au statut inférieur de Pro Team. À contrario, les équipes Pro Team se classant 18e ou mieux se seront obtenir une licence World Tour.

Le classement UCI par équipes à l'heure actuelle.

Alpecin-Fenix et Arkea-Samsic sont classées parmi les 18 meilleures équipes aujourd'hui. Elles seraient donc promues et auraient des licences World Tour pour 2023, 2024 et 2025. En revanche, Cofidis et Lotto-Soudal risquent la relégation. Cependant tout reste encore à faire. De plus, le classement est extrêmement serré. Seulement 62 points ne séparé de Cofidis d'Intermarché-Wanty-Gobert. Il est également fort à parier que Lotto-Soudal se serait trouvé bien plus si Caleb Ewan n'avait pas chuté sur le Tour de France 2021, le mettant hors course dès la quatrième étape.

Les formations DSM, ED Education Nippo, Ag2r Cïtroen, BikeExchange, Movistar, Israel risquent également la relégation. Movistar paye surtout ses très mauvaises saisons 2020 et 2021. L'abandon de Miguel Angel Lopes a couté de nombreux points à l'équipe espagnole, s'il était resté dans la course et avait terminé troisième, il aurait obtenu 575 points pour l'équipe. Movistar serait alors devant BikeExchange. Il s'agit de là qu'un simple exemple pour montrer dont les incidents de courses ont des effets à long terme. On pourrait même jusqu'à avancer qu'une équipe soit reléguée suite à une crevaison, une chute …

La course aux points

Un statut en World Tour garantit une participation au Tour de France. Sans cela, on pourrait imaginer que certains sponsors fassent valoir des clauses de sortie et quitter le monde du cyclisme. Cependant les nouvelles règles indiquent que les équipes reléguées seront invitées. Pour marquer des points, il ne suffit pas de gagner. Alors où marquer des points ? N'importe où même si cela aide. Se placer et tout est bon, même un top 10 n'est pas nécessaire.

En effet, vous ne vous souciez peut-être pas beaucoup de savoir qui termine, disons le franchement, 12e du Tour de France, mais cela rapporte 125 points soit autant que de gagner une course à étapes 2.1 d'une semaine ou plus que de gagner une étape du Tour.

Faites donc attention aux équipes qui soignent leurs coureurs pour qu'ils se classent parmi les 15 premiers dans les courses à étapes du World Tour. Ce n'est pas juste pour le plaisir ou la fierté, cela peut compter et de nombreux briefings d'avant course ou rappels radio le diront. Si vous voyez un coureur d'une équipe qui a besoin de points dans une petite échappée qui se dirige vers l'arrivée alors que le peloton se dirige vers lui, il y a une motivation supplémentaire pour aider l'échappée à atteindre l'arrivée afin qu'il puisse sauver la cinquième place, même si cela lui coûte le sprint, tandis que d'autres coureurs d'équipes mieux loties peuvent le savoir et économiser plus d'énergie pour le sprint.

Les enjeux pour 2022

  • Ag2r Citroën a dépensé beaucoup d'argent mais n'a pas obtenu de grands résultats cette saison. La 4ème place de Ben O'Connor dans le Tour est un miracle. Espérons que Bob Jungels se remette de ses problèmes de santé. Sa polyvalence pourrait être utile pour gagner des points.
  • Arkéa-Samsic a été à la chasse aux points et se qualifie pour le World Tour dès maintenant, mais la saison s'annonce difficile. Ils auront besoin que Nairo Quintana finisse haut dans un grand tour. Ils auront besoin qu'il remporte une victoire d'étape ou le maillot de la montagne également. La nouvelle recrue Hugo Hofstetter peut marquer des points dans les sprints, il n'aira pas besoin de gagner pour aider. En forme en fin de saison, Warren Barguil sera également essentiel pour grappiller des points.
  • Bike Exchange a fait un gros coup en signant Dylan Groenewegen. Il devrait rapporter de nombreux points à sa nouvelle formation. Cependant la perte d'Esteban Chaves en tant que chasseur de points au classement général pourrait leur coûter cher. Michael Matthews veut une victoire mais peut continuer à marquer des points. La nouvelle recrue Lawson Craddock peut aussi gagner des points dans les courses à étapes vallonnées.
  • Cofidis a perdu Christophe Laporte. Il n'est peut-être pas un nom claquant dans le milieu mais il a terminé 23ème au classement mondial avec un millier de points en 2021. Elia Viviani trouvait aussi le chemin de la victoire et l'arrivée de Bryan Coquard ne compensera probablement pas la perte de Laporte et Viviani. L'avenir s'annonce compliqué pour Cofidis. Ils auront besoin que Guillaume Martin se classe très bien sur le Tour de France l'année prochaine.
  • DSM sort d'une saison 2021 très compliqué et compense pour le moment au classement grâce à son excellente saison 2020. Jai Hidley s'était notamment classé 2e du Giro. Les pertes de Michael Storer, Jai Hindley et maintenant Tiesj Benoot vont faire mal. La formation comptera sur Romain Bardet qui prévoit de faire deux grands tours. La formation néerlandaises mise également sur le jeune Thylmen Arensman.
  • EF Education-Nippo devrait s'en sortir, la signature d'Esteban Chaves compense la perte de Sergio Higuita. Le duo danois Michael Valgren et Magnus Cort devrait encore marquer des points dans le premier tiers de la saison.
  • Intermarché-Wanty-Gobert ne gagne pas beaucoup mais marque des points de manière dispersée. Ils sont capables de sprinter jusqu'à la 8ème, 9ème et 10ème place dans le même sprint du peloton. La nouvelle recrue Kristoff est un coureur clé  et devrait rapporter de nombreux points sur les sprints mas également sur les classiques flandriennes. Louis Meintjes semble avoir retrouver des jambes avec la 14ème place au dernier Tour de France. Il devra confirmer en 2022 pour aider son équipe.
  • Israel Start-up Nation a signé Jakob Fuglsang et Giacomo Nizzolo pour l'aider dans sa course aux points. L'équipe espère ainsi combler l'erreur du recrutement de Chris Froome qui ère dans les profondeurs du peloton.
  • Lotto-Soudal veut recruter de jeunes coureurs, mais c'est la vieille garde qui marque encore des points. Elle pourra encore compter sur son vétéran Tim Wellens. Tosh Van der Sande auteur d'une belle saison 2021 est parti. L'équipe belge mise beaucoup sur Caleb Ewan, malheureux en 2021 avec sa chute sur le Tour.
  • Movistar s'est tourné vers les jeunes coureurs, ce qui leur a coûté des points. Enric Mas semble s'affirmer et devra à minima faire un nouveau Top 10 sur un grand Tour. Alejandro Valverde marque encore de nombreux points. Enfin l'arrivée de Ivan Sosa pourrait être crucial pour la formation espagnole qui doit accepter la perte de Miguel Angel Lopez.
  • Total Direct Energies est 21ème mais trop loin derrière pour une promotion. Cela même si Peter Sagan réalise sa meilleure saison, ce ne sera pas suffisant.

Comme vous le voyez, ce nouvel aspect du règlement 2022 risque de rendre la saison plus intenses. Si la pandémie du Covid-19 le permet, il ne serait pas étonnant de voir des équipes sillonner le monde pour aller gratter des points là où la concurrence est plus faible (Asie ?).

À lire aussi : Le Cyclo-cross aux Jeux Olympiques, une réalité ?

Dernières publications

En haut