Ligue 1

La croissance du modèle de propriété multi-club dans le football

multi-club

Depuis quelques années, un nouveau phénomène s'est développé dans le football business avec la croissance du modèle de propriété multi-club.

Une méthode controversée 

“La leçon à tirer de tout cela, c'est qu'il est difficile d'être dans deux clubs”, a déclaré le président de Nancy, Gauthier Ganaye, après la relégation du club en troisième division française le mois dernier. Considéré comme le plus jeune directeur général du football anglais après avoir rejoint Barnsley en 2018 à l'âge de 30 ans, Gauthier Ganaye a passé la saison dernière à jongler entre son rôle à Nancy et celui de président exécutif du club belge KV Oostende.

Barnsley, qui a été relégué du Championship en avril malgré sa participation aux playoffs l'année dernière, est, comme Nancy et Ostende, détenu en partie par New City Capital – un groupe d'investissement qui comprend également des investisseurs américains Pacific Media Group. “Le brief de départ n'a jamais été que je sois là à 100%”, a déclaré Ganaye à propos de son double rôle. “Des discussions sont en cours afin de définir une structure qui puisse permettre à tous les clubs du groupe de fonctionner.”

Les choses ne se sont pas arrangées sur le terrain pour le reste du portefeuille de clubs de New City Capital, qui ne cesse de croître. Thoune – qui a remporté le titre national en 2010 – a peiné pour finir en milieu de tableau en deuxième division suisse, les fans d'Esbjerg ont enduré une nouvelle saison de frustration en deuxième division danoise et Den Bosch reste bloqué en deuxième division néerlandaise.

Au moins, les investisseurs ont eu quelque chose à fêter fin mai lorsque Kaiserslautern – le quadruple champion d'Allemagne qui a vendu une participation de 10 % à un consortium américain composé de Chien Lee de New City Capital et de Paul Conway de Pacific Media Group en mars – a battu le Dynamo Dresden lors des éliminatoires de promotion pour revenir en deuxième division allemande pour la première fois depuis 2018.

De New City Capital et 777 Partners LLC à City Football Group (CFG), Bolt Football Holdings, Redbird Capital et Red Bull, posséder un seul club ne semble pas être suffisant de nos jours. Même le Fonds d'investissement public de l'Arabie saoudite, tout juste sorti de son rachat controversé de Newcastle, s'y met avec des spéculations selon lesquelles il serait en lice pour acheter le club polonais Slask Wroclaw, malgré une forte opposition locale.

“La Silésie est un argent ancestral”, a déclaré la semaine dernière le porte-parole du gouvernement local de Wroclaw, Wojciech Koerber. “L'histoire de cette ville n'est pas quelque chose qui peut être vendu pour quelques zlotys. Ce n'est pas seulement un projet commercial, mais aussi un projet social.”

Il se murmure fortement que Qatar Sports Investments – qui a transformé le Paris Saint-Germain en superpuissance européenne grâce à ses réserves financières inépuisables – tente de se constituer un portefeuille de clubs après avoir vu CFG, détenu majoritairement par Abu Dhabi, faire passer son empire en expansion à deux chiffres avec l'acquisition du club français de Troyes en 2020. CFG a échoué dans une tentative d'achat de Breda en avril après une réaction furieuse des fans du club néerlandais.

“Je ne serai pas surpris si QSI achète bientôt un club au Portugal”, affirme une source pour The Guardian. “Ils ont vu le succès de CFG dans la gestion de tant de clubs différents dans le monde qu'ils veulent tous faire la même chose. Le système a été perfectionné par CFG mais l'idée a été lancée par les Pozzos.”

À lire aussi : Comment la MLS est devenue un business juteux ?

Une législation souple en la matière

Les Pozzos – les propriétaires italiens de l'Udinese et de Watford – ont abandonné le contrôle de leur participation dans Grenade en 2016 après sept ans à la tête du club espagnol. Le phénomène des clubs multiples remonte à bien plus loin, à une affaire qui a fait jurisprudence au tribunal arbitral du sport en 2000 concernant deux participations détenues par Enic, la société par laquelle l'homme d'affaires anglais Joe Lewis a ensuite acheté Tottenham. La décision du tribunal concernant la participation minoritaire d'Enic dans l'AEK Athènes et sa participation majoritaire dans le Slavia Prague a conduit à l'introduction d'une réglementation interdisant à deux clubs dans lesquels une personne ou une société exerce une “influence décisive” d'être admis dans la même compétition de clubs de l'Uefa.

Toutefois, comme les règles diffèrent d'un championnat national à l'autre, une grande faille reste ouverte. Alors que la Premier League a limité à 10 % la participation dans un deuxième club de la division, les règles d'intégrité de l'Uefa permettent à une personne de détenir une participation de 100 % dans un club et une participation “d'influence non décisive” dans un autre club participant à la même compétition.

Des questions ont été posées en Allemagne lorsque l'investisseur américain David Blitzer – qui détient 40 % des parts de Crystal Palace par le biais de sa société Bolt Football Holdings – a acheté 45 % de la société qui détient la majorité des parts d'Augsbourg au début de l'année 2021. Mais comme les membres du club conservent 50+1 des actions avec droit de vote, ils sont restés du bon côté de la réglementation et ont terminé la saison bien loin des problèmes de relégation après la signature en janvier de l'attaquant américain Ricardo Pepi, un record pour le club, pour un montant de 18 millions de dollars.

Ce n'est pas le seul triomphe de Blitzer, qui a également été à l'origine de l'offre ratée de Martin Broughton pour Chelsea le mois dernier, offre qui, si elle avait abouti, aurait signifié l'abandon de ses parts de Palace. Son club néerlandais, Den Haag, a manqué la promotion en Eredivisie lors des éliminatoires et son équipe belge, Waasland-Beveren, a failli retrouver l'élite, six ans après sa relégation.

À lire aussi : MLS – Apple conclut un partenariat media historique !

Un phénomène en pleine croissance

Bolt Football Holdings est également apparu comme le nouveau propriétaire probable de Saint-Étienne, dix fois champion de France, après sa relégation en Ligue 2, suite à des scènes dramatiques lors du match de barrage contre Auxerre.

RedBird – un autre véhicule d'investissement américain, qui compte parmi ses partenaires les propriétaires de Liverpool, John Henry et Tom Werner, la NFL et LeBron James – a poursuivi son succès en ramenant Toulouse en Ligue 1 en achetant le Milan, le champion d'Italie, pour 1,3 milliard de dollars.

Les 777, basés à Miami, espèrent des retours similaires après leur rachat à 100% du Standard de Liège en mars, après avoir conclu un accord de 175,8 millions de dollars pour acheter le Genoa en septembre. La vente a fait du Standard – qui n'a pas remporté de titre national depuis 2009 – le 10e club de première division belge à avoir attiré des investissements étrangers, et près de la moitié des clubs de Serie A ont été vendus à des investisseurs ou consortiums nord-américains depuis 2018.

En février, 777 a dépensé 137 millions de dollars pour une part de 70 % de Vasco de Gama après que la législation de l'année dernière qui a permis aux clubs brésiliens de fonctionner comme des sociétés publiques a ouvert la porte aux investissements étrangers. Un mois plus tôt, John Textor – l'Américain qui a dépensé un montant rapporté de 87,5 millions de livres sterling pour rejoindre Blitzer en tant qu'actionnaire minoritaire de Palace en août après avoir montré de l'intérêt pour Newcastle – avait pris une participation de 90% dans Botafogo et il dit avoir l'intention de restaurer les années de gloire du club où Jairzinho et Garrincha se sont fait connaître. “Je veux qu'il soit clair d'ici trois à cinq ans qu'il y a une voie Botafogo”, a-t-il déclaré. “L'échec est le meilleur professeur”.

À lire aussi : Que signifie le départ de Mane pour Liverpool ?

Dernières publications

En haut