Formule 1

La F1 et les Italiens, l’histoire d’un mariage

F1

L'Italie vit et respire Ferrari et la F1. Les gens attendent – non, exigent – le succès du Cheval Cabré. Mais ils sont restés sur leur faim pendant plus d'une décennie, l'équipe italienne n'ayant pas réussi à fournir une voiture capable de lutter durablement pour le titre.

Mais il y a une lueur d'espoir cette année, alors que la Formule 1 retourne à Imola pour la troisième fois en autant d'années, avec Ferrari en tête du championnat des constructeurs et son protégé Charles Leclerc en tête du classement des pilotes.

En se promenant dans la petite ville d'Imola, située à quelques minutes de marche de l'Autodromo Enzo e Dino Ferrari – qui porte le nom du défunt fondateur de la société et de son fils, décédé d'une dystrophie musculaire à l'âge de 24 ans – on sent que la croyance est de retour.

Les tifosi ont toujours espéré que Ferrari pourrait renouer avec la victoire, mais ils ont dû se rendre à l'évidence ces derniers temps, car Mercedes a dominé l'ère du turbo hybride.

Mais cette année, Ferrari semble avoir trouvé la bonne solution. Ils ont porté leur attention sur la voiture 2022, construite selon de nouvelles règles révolutionnaires, au début de l'année 2021 – en concédant effectivement des performances lors de la campagne de l'année dernière.

Et ils ont tiré le meilleur parti du temps supplémentaire en soufflerie, qui leur a été accordé pour la terrible course à la sixième place en 2020, pour produire une voiture de course détaillée et raffinée, rapide dès sa sortie d'usine. Elle est également fiable, ce qui leur a permis de marquer des points, alors que la forme de leurs rivaux immédiats était erratique.

Ils devancent Mercedes de 39 points au championnat des constructeurs, tandis que Leclerc devance George Russell de 34 points – une marge plus importante que celle dont a bénéficié quiconque à n'importe quel moment de la saison dernière.

Le train de la hype Ferrari a bel et bien quitté la gare, ce qui a suscité l'intérêt des fans qui n'ont pas pu assister aux deux dernières éditions de l'événement à cause de Covid-19. Le dimanche est déjà complet à 62 000 tickets.

Jeudi déjà, les fans étaient devant les portes d'Imola, tendant le cou pour voir les deux pilotes porteurs d'espoir – Leclerc et Carlos Sainz. Et ils ont été encouragés par la nouvelle de ce matin, selon laquelle Ferrari a récompensé Sainz avec un nouveau contrat qui prolongera son temps en rouge au moins jusqu'à la fin de 2024.

À lire aussi : 5 des meilleurs moments du week-end de F1 Sprint

Ferrari a été raisonnable à Imola au cours des deux dernières années, ramenant les deux voitures dans les points à chaque course. Leclerc a terminé cinquième et quatrième respectivement en 2020 et 2021, avec Sainz septième et cinquième. Ils s'attendront à beaucoup plus cette fois-ci, ayant remporté deux des trois premières courses, avec Leclerc qui a terminé dans les deux premiers à chaque course jusqu'à présent cette année.

Ils diront que Red Bull est favori – et bien qu'ils aient une voiture très rapide, la RB18 s'est montrée peu fiable jusqu'à présent, avec trois abandons mécaniques entre les deux pilotes lors des trois premières courses. Ferrari, quant à elle, a été presque sans faille, avec des problèmes de volant pour Sainz lors des qualifications et de la course en Australie, la seule tache majeure sur leur copie 2022. Ce sont eux qu'il faut battre.

Le circuit devrait convenir à la F1-75, qui ne fera l'objet d'aucune amélioration majeure ce week-end, mais qui dispose d'un groupe motopropulseur leader de sa catégorie et très puissant. Leclerc est le favori pour continuer sa belle série, qui comprend une série de 14 courses terminées, égalant la plus longue série en cours avec Lando Norris.

Le format du week-end à Imola – qui a renouvelé cette année son accord avec la F1 pour accueillir une course jusqu'en 2025 – sera différent pour la troisième année consécutive. En 2020, la F1 a testé un week-end de deux jours sur le site. L'année dernière, il s'agissait d'un week-end standard. Cette fois-ci, le site accueillera le premier Sprint F1 de la campagne, ce qui signifie que les qualifications auront lieu le vendredi pour faire place au Sprint du samedi.

Les prévisions météorologiques, bien que changeant constamment, suggèrent qu'il y aura des averses à un moment donné, aussi. En l'état actuel des choses, la journée de qualification sera humide, le samedi sera sec et ensoleillé avant que la menace de pluie ne revienne pour le dimanche.

L'an dernier, la course a été disputée sous la pluie et a donné lieu à un Grand Prix passionnant, avec la victoire de Max Verstappen et la remontée de Lewis Hamilton après une sortie de piste pour sauver la deuxième place. Les tifosi espèrent que la même chose se reproduira cette année, mais cette fois avec les voitures rouges en tête.

Dernières publications

En haut