La Review NFL : Divisionals, Baltimore surpris, KC spectaculaire

0
NFL Divisionals

Après un Wild Card Round riche en surprises, les NFL Divisionals n’ont pas déçu. Retour sur les quatre affiches qui avaient lieu ce week-end.

Minnesota Vikings #5 @ San Francisco 49ers #1 : 10-27

En verrouillant totalement l’attaque de Minnesota, les 49ers se sont offert une place en finale de Conférence NFC. Un match où les Vikings ont eu du mal à exister.

Minnesota s’accroche :

Même si leur force si situe sur le jeu au sol, les 49ers débutent le match en passant par les airs. Jimmy Garoppolo (11/19, 131 yds, 1 TD, 1 INT) enchaîne les passes courtes pour donner du rythme à son attaque, et finit par trouver Kendrick Bourne pour ouvrir le score (0-7). De l’autre côté du ballon, les californiens sont aussi agressifs et mettent déjà en difficulté Dalvin Cook (9 runs, 18 yds), presque transparent dans ce match. Mais alors que Minnesota patine en attaque, Kirk Cousins (21/29, 172 yds, 1 TD, 1 INT) va profiter d’une erreur défensive d’Akhello Whiterspoon pour trouver Stefon Diggs qui filera jusque dans l’en-but. Les 49ers ne perdent pas de temps pour répondre et s’appuie sur le jeu au sol. Malgré quelques erreurs des joueurs de ligne l’attaque avance et Tevin Coleman n’a plus qu’à finir le travail, redonnant une possession d’avance aux siens (7-14).

Garoppolo en danger :

Alors qu’on se dit que San Francisco se dirige vers une victoire tranquille, Jimmy Garoppolo va offrir une chance aux Vikings de revenir dans le match. Sur une passe complètement forcé au milieu du terrain, le quarterback des 49ers se fait intercepter par Eric Kendricks. Après cette erreur, le coaching staff de San Francisco va modifier son plan de jeu et utiliser presque exclusivement le jeu au sol, limitant au maximum les passes de Jimmy G. Côté terrain, les Vikings tentent de capitaliser après cette interception, mais malgré un début de drive en redzone ne parviennent qu’à obtenir un field goal (10-14). Malgré des statistiques anémiques en attaque (seulement 42 yds gagnés), Minnesota est encore dans le match à la pause grâce à sa défense.

Bosa & Co blanchissent les violets :

Au retour des vestiaires, San Francisco mène toujours les débats. Le jeu au sol déroule, et va tranquillement placer Robbie Gould pour un field goal (10-17). Mais si l’attaque contrôle, la défense elle impressionne. Dalvin Cook n’arrive à rien, et Kirk Cousins est constamment chassé (6 sacks concédés). Le quarterback est forcé à lancer le ballon, et finit par se faire intercepter par Rishard Sherman sur une passe hasardeuse. Les 49ers profitent de leur bonne position de départ, et Tevin Coleman est à nouveau à la conclusion d’un drive où le jeu au sol écrase l’adversaire (10-24). Les derniers espoirs de Minnesota s’envolent un peu plus tard lorsque l’équipe cafouille son retour de punt et rend la balle à San Francisco. Les 49ers sont sur les 10 yds et ajoutent un nouveau field goal pour tuer le match (10-27). Game over, San Francisco a dominé de la tête et des épaules et continue son incroyable saison.

Tennessee Titans #6 @ Baltimore Ravens #1 : 28-12

Après les Patriots, Tennessee s’est offert un autre favori dans ces playoffs ! Une victoire méritée où Lamar Jackson a déjoué.

Baltimore pas dedans :

Le match démarre mal pour les Ravens. Après avoir forcé un punt en ouverture, l’attaque voit Mark Andrews mal négocier sa réception et offre ainsi une interception à Kevin Byard. Lamar Jackson est frustré et concède une pénalité sur son plaquage. Tennessee est en parfaite position pour ouvrir le score, et Jonnu Smith nous gratifie d’une sublime réception à une main dans la endzone pour ouvrir le score (7-0). Baltimore ne veut pas laisser les Titans prendre l’avantage psychologique, et Jim Harbraugh est agressif dans ses appels de jeu, tentant une 4e&1 sur ses propres 45 yds. Malheureusement la tentative ne passe pas, et Ryan Tannehill punit les locaux sur l’action suivante avec une passe de 45 yds pour Kalif Raymond qui file jusque dans l’en-but (14-0). Baltimore n’est pas au mieux, et n’ajoute que deux field goals pour réduire l’écart (14-6). Une surprise est alors bel et bien possible.

Derrick Henry et la défense tuent le match :

Après la pause, Derrick Henry et la défense des Titans vont tuer le match en plusieurs temps. Tout d’abord, la défense va stopper l’attaque des Ravens sur une nouvelle 4e&1, cette fois sur les 18 yds de Tennessee. Derrick Henry prend ensuite le relais, transperçant le rideau défensif adverse sur une course de 66 yds, avant d’inscrire un TD à la passe un peu plus tard (21-6) ! Baltimore est sonné, et Tennessee va alors porter le coup de grâce. Lamar Jackson protège mal son ballon et concède un fumble après avoir été sacké par Jurrell Casey. Quelques actions plus tard, Ryan Tannehill sanctionne cette erreur au tableau d’affichage avec ses jambes (28-6). Les Ravens ne reviendront pas malgré un TD d’Hayden Hurst en fin de match (28-12), et Tennessee s’offre ainsi le droit de rêver à un Super Bowl qu’ils n’ont pas atteint depuis 1999.

Houston Texans #4 @ Kansas City Chiefs #2 : 31-51

Impuissants en début de match, les Chiefs ont complété le plus gros comeback de leur histoire en playoffs pour remporter ce match. Une victoire finalement écrasante qui leur ouvre les portes de la finale de Conférence AFC pour la 2e année consécutive.

Houston déroule :

Début de match parfait pour Houston. Sur le 1er drive des Texans, Deshaun Watson trouve Kenny Stills sur une passe de 54 yds pour ouvrir le score (7-0). On pense alors les Chiefs capable de réagir, mais l’attaque d’Andy Reid n’arrive à rien en ce début de match. Entre passes relâchées et manque de rythme, rien ne va pour les coéquipiers de Patrick Mahomes. Pire, les équipes spéciales vont empirer la situation avec des erreurs. Tout d’abord, le punteur Dustin Colquitt voit son punt contré par Barkevious Mingo, puis retourné en TD par Lonnie Johnson. Quelques actions plus tard, nouvelle erreur cette fois de Tyreek Hill qui laisse échapper le ballon sur retour de punt. Punition immédiate de Deshaun Watson qui envoie Darren Fells dans la endzone. En début de 2e quart-temps, Houston ajoute même un field goal pour mener 24-0. À peine 20min de jeu et le match semble presque joué. Et pourtant…

Kelce voit triple, KC relance le match :

Les Chiefs ont besoin d’une action pour les relancer, et elle va arriver sur le retour de kickoff suivant. Mecole Hardman donne une excellente position de départ à son équipe, et Kansas City se réveille enfin. En seulement deux jeux, Mahomes (23/35, 321 yds, 5 TD) trouve Damien Williams (12 runs, 47 yds, 2 TD + 2 rec, 21 yds, 1 TD) qui file dans l’en-but pour ouvrir le compteur des Chiefs (24-7). Les choses vont alors tourner en faveur des locaux. Alors que Kansas City force une 4e tentative, Houston tente un coup de poker et feinte le punt. Mais Daniel Sorensen lit parfaitement ce trick play et rend la balle à son équipe. Les Chiefs sont en confiance et Travis Kelce marque quelques instants plus tard. Sur le retour de kickoff qui suit, Sorensen est encore présnet et force un fumble ! Mahomes trouve à nouveau Kelce et ramène son équipe à 3 pts. En un peu plus de 3 min, KC a marqué 21 pts et s’est complètement relancé dans la partie.

Jeu, Set et Chiefs :

Les Chiefs ne s’arrête pas là et récupèrent une nouvelle fois la balle juste avant la pause. L’attaque remonte tout le terrain et Travis Kelce est à nouveau à la conclusion, son 3e TD du match. Houston n’est plus dedans et rate un field goal de 51 yds juste avant la pause (24-28). Au retour des vestiaires, Kansas City va continuer sur sa lancée et tuer littéralement le match. Dès le 1er drive de la 2e mi-temps, Patrick Mahomes trouve Sammy Watkins pour un gain longue distance puis Damien Williams conclut le drive au sol. Quelques instants plus tard, le coureur des Chiefs double la mise et creuse l’écart (24-41). Houston joue à l’envers, mais va se redonner espoir grâce à Deshaun Watson. L’ancien de Clemson s’appuie sur Deandre hopkins puis conclut au sol pour relancer son équipe (31-41). Mais Houston part de trop loin, et malgré plusieurs prises de risque n’arrivera pas à revenir. Kansas City ajoutera même de nouveaux points, avec un TD de Blake Bell puis un field goal (31-51). Match complètement fou, où les Chiefs ont finit par faire parler leur puissance offensive.

Seattle Seahawks #5 vs Green Bay Packers #2 : 23-28

Malgré un très bon Russell Wilson, Seattle s’est incliné face à des Packers à deux vitesses. Grâce à un Davante Adams des grands soirs, Green Bay retrouvera la finale de Conférence NFC pour la 1ère fois depuis 2016 .

Green Bay domine :

Pour leur 1er match de playoffs depuis 2016, les Packers rentrent parfaitement dans la rencontre. Sur leur 1er drive, Aaron Rodgers (16/27, 243 yds, 2 TD) mène parfaitement l’attaque et trouve finalement Davante Adams (8 rec, 160 yds, 2 TD) pour ouvrir le score (0-7). La défense est aussi dans son match, et force un fumble dans la foulée. Toutefois, la possession est laissée aux Seahawks, qui n’exploite cependant pas ce coup de pouce du corps arbitral. L’escouade dirigée par Mike Pettine continue son travail et force Seattle à punter deux fois, avant que Seattle n’ouvre son compteur sur un field goal. Green Bay va alors répondre grâce à Aaron Jones, qui conclut avec une course d’un yard un drive où Davante Adams a multiplié les réceptions. Bis repetita quelques instants plus tard, ce qui permet aux Packers de mener 21-3 à la pause. Russell Wilson est trop esseulé, mais ses efforts vont finir par payer.

Des Packers inquiets :

Au retour des vestiaires, le quarterback de Seattle voit enfin ses efforts récompensés. Au terme d’un drive rondement mené, Marshawn Lynch conclut en force le drive pour relancer son équipe (10-21). Mais Green Bay a encore du répondant et va reprendre 18 pts d’avance grâce à l’inévitable Davante Adams sur un TD de 40 yds (10-28). Russell Wilson (21/31, 277 yds, 1 TD + 7 runs, 64 yds) reprend alors son rôle de magicien, et au terme d’une attaque où il aura été partout trouve Tyler Lockett dans la endzone (17-28). Seattle enchaîne dans la foulée, et après un stop défensif Wilson continue son impressionnant travail pour amener son équipe à un yard de l’en-but. Marshawn Lynch conclut à nouveau en puissance, et malgré une conversion à 2 pts manquée les Seahawks sont bel et bien à une possession (28-23).

Seattle cale sur la fin :

Le momentum est alors du côté des visiteurs. Sur le drive suivant, l’attaque de Green Bay est stoppée et le ballon est rendu à Russell Wilson avec environ 5 min à jouer. Largement suffisant pour aller décrocher la victoire. Mais Seattle cale et son quarteback est sacké sur 3e tentative, forçant les Seahawks à rendre le ballon avec 2min30 à jouer. Seattle a alors besoin d’un stop défensif ; un stop qui n’arrivera jamais. Green Bay avance et Davante Adams convertit une 3e&8 cruciale. Quelques instants plus tard, c’est Jimmy Graham, ancien de la franchise du Washington, qui convertit une nouvelle 3e tentative alors que Seattle n’a plus de temps-morts. Les Packers conserveront la balle jusqu’au bout du temps, et se qualifient ainsi pour la finale de Conférence où il affronteront les 49ers au Levi’s Stadium.

Des Ravens surpris, San Francisco qui déroule, Kansas City qui écrase son adversaire en deux temps et les Packers pas loin d’être surpris ; voilà comment résumer ces magnifiques Divisionals. Rendez-vous dimanche pour les Finales de Conférence, dernière étape avant le Superbowl !

Ligue 1

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here