La saison des clubs corses: entre espoirs et déceptions

Aucun club dans l’élite pour la deuxième saison consécutive, le football corse a connu des meilleurs jours. Si le SC Bastia, rétrogradé en National 3 lors de l’été 2017, vient de vivre une montée en National 2. Du coté des clubs ajacciens, la saison fut plus délicate: l’ACA s’est tout juste maintenu en terminant à la 17ème place, juste devant le Gazelec. Les gaziers devaient jouer un barrage face à Le Mans qu’ils n’ont pas remporté avec une défaite 2-0 au match retour en Corse qui entraîne une descente du Gazelec en National 1, sept ans après. Mais ce match a surtout fait parler pour les incidents qui ont eu lieu en tribune et qui vient une nouvelle fois ternir l’image du football corse.

 

Le Sporting renaît petit à petit

 

Dans un passé pas si lointain, le 16 septembre 2017 à Corte, le SCB dans un stade presque vide vit son premier match en National 3 avec la réception du Pontet, une rencontre qui se conclura sur un nul 1-1. L’été fut très mouvementé du coté de Bastia: fin juin, la DNCG annonce la rétrogradation du club corse en National 3, faute de garanties financières. Le club doit entièrement se restructurer: l’ancienne direction fait ses valises, et au terme d’une incroyable assemblée générale, Claude Ferrandi devient le président avec Pierre-Noel Luiggi en adjoint. Le club doit repartir de zéro et la douche est glaciale pour les bastiais. Le SCB habitué à l’élite française depuis 2012 va évoluer en National 3, passant des matchs au Vélodrome aux matchs à Aubagne.

L’exercice 2017-2018 est synonyme de restructuration pour Bastia. Le club doit logiquement se séparer de joueurs professionnels durant l’été 2017 comme Lassana Coulibaly qui rejoint Angers pour 2 millions d’euros, Djiku prend la direction de Caen pour le même montant ou encore Leca qui lui rejoint l’AC Ajaccio. Cette première saison, le SCB y terminera à la 2ème place juste derrière Marseille Endoume et manquera de peu la montée en National 2. Néanmoins l’attente fut courte pour les supporters bastiais. En effet cette saison, Bastia n’a pas fait dans la dentelle en montrant une grosse supériorité face aux autres équipes. Le SC Bastia termine la saison en tête de son championnat avec 17 longueurs d’avances sur son dauphin Aubagne. Les bastiais concèdent qu’une seule défaite sur la pelouse d’Aubagne (1-0) et termine avec la meilleure attaque (62 buts inscrits) et la meilleure défense (9 buts concédés).

Si les joueurs ont réalisé un formidable travail, le mérite revient aussi à l’entraîneur Stéphane Rossi qui est arrivé sur le banc lors de l’été 2017. L’ancien tacticien du CA Bastia avec qui il a réussit l’exploit de ramener le club en Ligue a encore fait des siennes en remobilisant une équipe et plus généralement un club dans un moment très délicat. D’autant plus que les résultats suivent, le bastiais de naissance semble déterminé à ramener le SCB à sa vraie place. La route est encore longue mais cette montée redonne de l’espoir à Bastia et à ses supporters.

 

Les cauchemars ajacciens

Dirigeons nous un peu plus vers l’Ouest de l’île pour évoquer maintenant les aventures de l’ACA et le Gazelec, qui ont tous les deux vécus une saison délicate avec de terribles conséquences pour le dernier cité. En effet, le Gazelec Ajaccio est relégué en National après sa défaite lors des barrages face au 3ème de National Le Mans. Après un match aller en Sarthe se terminant sur une victoire des ajacciens 2-1, le match a vite tourné au vinaigre pour le Gaz’ avec une défaite 2-0 synonyme de relégation. Un match qui a une nouvelle fois parler de lui sur le point extra sportif avec de fortes tensions en tribune. Avant le début de la rencontre, des journalistes ont été caillassé par des supporters ajacciens. Cela ne s’est pas arrêté là. En effet à la fin du match, ces derniers sont rentrés sur le terrain pour rejoindre le parcage du club sarthois afin très certainement d’en découdre. Les raisons sont difficiles à expliquer mais ces événements viennent une nouvelle fois ternir l’image du football corse. Revenons sur le sportif, cette rétrogradation du Gazelec est logique, l’équipe n’a jamais su prendre les points lorsqu’il le fallait avec aucune victoire lors des sept derniers matchs de championnat. Le Gazelec qui a par ailleurs connu deux changements d’entraîneurs cette saison manquait de stabilité ce qui vient aussi expliquer l’incapacité à enchaîner plus de deux victoires à la suite cette saison. Par ailleurs, le Gazelec d’Ajaccio termine la saison avec onze cartons rouges ce qui en fait tout simplement l’équipe la moins disciplinée du championnat.
Pour son voisin l’AC Ajaccio, la saison ne fut pas plus flamboyante loin de là. Les hommes d’Olivier Pantaloni terminent 17ème avec une petite longueur d’avance sur le Gazelec. Après une saison 2017-2018 intéressante, l’ACA n’a pas confirmer les bonnes choses réalisées la saison dernière. La saison est presque similaire au Gazelec. Hormis Nouri ou le jeune Matteo Tramoni pur produit corse, aucun n’a été au niveau attendu ce qui reste inquiétant pour un club qui est censé jouer les premiers rôles dans cette Dominos Ligue 2. Mais il en n’est rien et l’AC Ajaccio se sauve de justesse.
Pour les deux clubs ajacciens, cette saison 2018-2019 a des airs de ressemblances. Sauf que le Gazelec, les conséquences sont plus désastreuses avec cette descente en National 1 , sept ans après sa dernière saison dans la troisième division française.

 

Le bien et le mal, le yin et le yang, voilà ce qui résume parfaitement la saison des clubs corses. Bastia sort la tête de l’eau peu à peu, porter par un élan d’enthousiasme et de déterminations. A Ajaccio, la situation des deux clubs et aux antipodes que leur voisin bastiais mais une situation logique lorsque ce qui est proposé sur le terrain est très inquiétant.

Poster un commentaire

in commodo leo. dictum Phasellus odio pulvinar elementum ultricies dolor