Ligue 1

L’AC Ajaccio ramène la Ligue 1 en Corse

La Corse sera de retour sur la carte de la Ligue 1 Uber Eats lors de la saison 2022-23 après que l'AC Ajaccio ait remporté la promotion pour revenir dans l'élite après huit ans d'absence.

Ajaccio a été vu pour la dernière fois au plus haut niveau en 2014, lorsqu'un séjour de trois ans dans l'élite a pris fin. Ils avaient commencé cette campagne avec l'ancienne star italienne Fabrizio Ravanelli comme entraîneur, mais il a été rapidement limogé et ils ont terminé la saison en bas du tableau et avec seulement quatre victoires.

Depuis, les rouges et blancs ont connu des difficultés au mauvais bout de la Ligue 2, tandis que d'autres équipes corses ont fait des allers-retours dans l'élite. Le SC Bastia a terminé plusieurs fois en milieu de tableau et a été finaliste de la Coupe de la Ligue en 2015. Le petit Gazélec Ajaccio a fait un séjour d'une saison en Ligue 1 en 2015-16 et Bastia a été relégué en 2017. Ces deux clubs ont complètement abandonné les rangs professionnels, bien que Bastia soit maintenant de retour en Ligue 2.

Ajaccio, quant à lui, a été récompensé pour avoir gardé la confiance en son entraîneur de longue date, Olivier Pantaloni, en se hissant à la deuxième place de la saison qui vient de s'achever, à quatre points du champion Toulouse FC et à un point de l'AJ Auxerre, troisième.

Pantaloni, 55 ans, originaire de Corse, a passé l'essentiel de sa carrière de joueur au club. Il a supervisé la dernière campagne de promotion du club en 2011 et l'a maintenu en Ligue 1 la saison suivante avant de partir. Mais après un bref passage comme entraîneur de Tours, il est revenu à Ajaccio en novembre 2014, quelques mois après la relégation du club en Ligue 2.

La foi en l'entraîneur Pantaloni

Depuis lors, il y a eu des bas et des hauts, l'équipe terminant troisième en 2018 et s'inclinant contre Toulouse en finale du barrage de promotion/relégation. Ils étaient à nouveau troisièmes en 2020 lorsque la saison a été interrompue prématurément en raison de la pandémie, et il n'y a pas eu de barrages cette fois-là. Il y a un an, ils ont terminé à la 13e place, mais le club a gardé confiance en Pantaloni et ils ont été récompensés.

Ajaccio a franchi la ligne d'arrivée grâce à un superbe parcours qui l'a vu ne perdre qu'un seul de ses 14 derniers matches et en gagner 10. Ils ont été promus malgré le fait qu'ils n'aient marqué que 39 buts, contre 82 pour le champion Toulouse et 61 pour Auxerre qui a terminé troisième et est monté en barrage.

pantaloni

Un bilan défensif brillant pour Ajaccio 

Ils ont marqué le moins de buts de toutes les équipes du Top 7, mais ils n'en ont concédé que 19, ce qui leur donne la meilleure défense de la division. Le seul joueur d'Ajaccio à figurer dans l'équipe de Ligue 2 de la saison était Benjamin Leroy, le gardien de but qui va maintenant retrouver la première division où il a joué une saison à Evian-Thonon-Gaillard plus tôt dans sa carrière.

Ajaccio, avec son modeste stade François-Coty de 10 500 places, est un club qui n'est pas fait pour la deuxième division, encore moins pour la Ligue 1, et Pantaloni a souligné l'ampleur de son succès.

“Inimaginable, impensable”

“Quand vous êtes un petit club comme nous, vous commencez la saison en espérant simplement assurer votre survie le plus rapidement possible, car vous savez que sinon vous risquez de souffrir”, a-t-il déclaré après avoir obtenu la promotion. “La chose qui était inimaginable, impensable, au début de la saison a incroyablement fini par se produire”.

Il a ajouté : “Je sais que nous sommes un petit club. Dans les bureaux, nous ne sommes pas plus de huit ou dix chaque jour. Nous essayons simplement de faire de notre mieux dans des conditions qui sont loin d'être les meilleures. Malgré nos maigres moyens, nous avons réussi à le faire.”

Le meilleur buteur d'Ajaccio est Riad Nouri avec neuf réalisations. À 37 ans, il s'apprête à jouer en Ligue 1 pour la première fois après une carrière passée presque entièrement en Ligue 2, l'exception étant une saison en deuxième division turque en 2019-20.

” J'ai l'impression que c'est enfin mon tour ! Chaque année, nous avons vu d'autres équipes monter et cette fois, c'est nous. Ça a été une aventure extraordinaire. L'entraîneur a été exceptionnel, le personnel aussi, et même les supporters aussi”, a déclaré Nouri. “J'espère rester, même si nous n'en avons pas encore parlé. S'arrêter aux portes de la Ligue 1 serait vraiment dommage.”

Construire une équipe capable de rivaliser en Ligue 1 est désormais le grand défi du directeur sportif Johan Cavalli, membre de l'équipe lors de son dernier passage dans l'élite. Il n'y aura pas de recrues de marque comme à l'époque, lorsque le Mexicain Guillermo Ochoa était dans les buts et que le Roumain Adrian Mutu jouait en attaque.

En revanche, le club compte des joueurs que les habitués de la Ligue 1 connaissent bien, comme le milieu de terrain Mathieu Coutadeur et l'ancien attaquant du Stade de Reims Gaëtan Courtet, auteur de sept buts lors de la course à la promotion. En revanche, ils perdront Gédéon Kalulu, le latéral congolais qui rejoint le FC Lorient. Le président Christian Leca se retire également, mais il a déclaré qu'il resterait “un fidèle supporter”, espérant sans doute que l'équipe de Pantaloni pourra survivre en Ligue 1. Dans une saison où les quatre derniers du classement descendront tous, ce serait une autre réussite remarquable.

Dernières publications

En haut