Le bilan de la saison 2018 de l’équipe AG2r La Mondiale



Après deux années sur le podium du Tour de France – 2e en 2016 et 3e en 2017, Romain Bardet n’a pas réussi la passe de trois en juillet en réalisant tout de même un cinquième Top 10 consécutif mais en ne remportant aucune étape contrairement aux trois éditions précédentes. Mais, le chef de fil de l’AG2r La Mondiale a trouvé des raisons de satisfaction dans une formation savoyarde dans ses standards – 15 victoires contre 16 l’an dernier – pour cette saison 2018 avec un Giro correct, une Vuelta réussie et des jeunes qui progressent.

Le Leader : Romain Bardet

Certes il n’a fini “que” sixième sur le Tour, mais le natif de Brioude s’est distingué sur les courses d’un jour. Avec un succès sur la Classic Sud Ardèche en guise d’entrée, c’est en mars que Romain va livrer, dans des conditions climatiques très difficiles, un joli numéro en partant de très loin et en prenant une belle deuxième place sur les Strade Bianche. En avril, l’Auvergnat va également briller sur les Ardennaises avec une 9e place sur la Flèche Wallonne mais surtout une excellente et inattendue troisième place sur la Doyenne.

Ensuite, vient l’été. Bardet va finir tout en régularité troisième d’un Dauphiné maîtrisé par Geraint Thomas. Enfin, Romain Bardet va conclure sa saison de très belle manière avec une très bonne préparation pour les Mondiaux – 2e du Tour de Toscane – et une médaille d’argent sur le parcours très difficile d’Innsbruck pour les championnats du monde.

Le fidèle Lieutenant : Pierre Latour

Pierre Latour a continué de progresser cette année en passant enfin le cap d’entrer dans les Top 10 des courses par étapes d’une semaine – 7e du Critérium du Dauphiné, 8e du Tour de Romandie et surtout une troisième place sur le Tour de Catalogne. Sur les routes de la Grande Boucle, le Drômois a ramené le maillot blanc à Paris avec la treizième place du classement général. Malheureusement pour le champion de France du chrono, sa fin de saison a été contrariée par sa grosse chute à San Sebastian.


Les valeurs sûres

Autre recrue hivernale, Tony Gallopin a connu un début de saison délicat malgré un excellent début avec son succès sur l’Étoile de Bessèges et sa 2e place sur le Tour La Provence. Tony a traversé la saison des classiques printanières comme un fantôme avant que le sort ne s’acharne sur lui au début de l’été. Sa chute sur les championnats de France l’a handicapée sur la Grande Boucle. Mais Gallopin va montrer beaucoup d’orgueil ! Auteur d’une superbe Vuelta conclue à la 11e place du classement général, il a remporté un joli   succès d’étape lors de Pozo Alcón. Tony a été dans le Top 10 jusqu’à la dernière et difficile étape d’Andorre.

Dans le registre des satisfactions, Silvan Dillier – arrivé l’hiver dernier de la BMC – a dominé la Route Adélie mais le Suisse a surtout offert un improbable podium – 2e – sur l’Enfer du Nord en accompagnant Peter Sagan jusqu’au Vélodrome de Roubaix.

Alexandre Geniez a apporté son lot de confirmation avec un Tour d’Italie plus que correct avec une onzième place finale à Rome. Alexandre a réalisé un très bon début d’exercice avec ses succès sur le Grand Prix Cycliste la Marseillaise et le Tour La Provence. Pour la deuxième partie de saison, Geniez va se muer en équipier sur les routes de la Vuelta pour Gallopin et sur les courses italiennes pour Bardet mais cela ne va pas l’empêcher de lever les bras sur les routes ibériques lors de la douzième étape.

Du côté du jurassien Alexis Vuillermoz, la saison avait commencé de la meilleure des façons avec une huitième place sur Paris-Nice mais la saison estivale a été contrariée par les blessures et notamment un abandon sur le Tour et sur le Dauphiné.

Des Classiques Flandriennes mi-figue mi-raisin

Du côté des déceptions, on peut citer les classiques flandriennes de l’ancien champion de Belgique Oliver Naesen – qui a souffert du nez – malgré l’arrivée d’équipiers comme Dilier et Gallopin pour le soutenir. Malheureusement, il ne finira sans aucun podium sa campagne printanière : 4e au Grand Prix E3, 6e de Gand-Wevelgem, 11e du Tour des Flandres et 12e de Paris-Roubaix. Mais, le natif d’Ostende a, comme d’habitude, été vital pour Bardet sur les routes du Tour et a réalisé une très bonne fin de saison avec son succès sur le parcours de Plouay, sa troisième place sur Tour de l’Eurométropole et à Binche et enfin sa 4e place sur le nouveau Paris-Tours. On pourrait aussi citer le Tour de France des “Terre et Ciel” mais la malchance n’a pas lâché les équipiers de Bardet.

Autre petite déception, le suisse Mathias Frank qui a été loin du niveau espéré juste une 10e place sur le Tour de Californie comme fait marquant en tant que leader mais une fin de saison un peu convaincante avec deux Top 10 sur les courses d’un jour italienne.

Mais des jeunes qui poussent !

Enfin, Clément Venturini et Nico Denz ont montré des choses intéressantes avec de nombreux Top 10 sur les arrivées massives et un bouquet sur la Route d’Occitanie pour l’ancien membre de la Cofidis alors que l’allemand a glané son premier succès pro sur le Tour de Vendée et n’a pas été loin de lever les bras sur le Giro en étant battu par Mohoric lors de la dixième étape.

C’est donc une saison globalement satisfaisante qu’a réussi AG2R La Mondiale, pourront-ils continuer sur leur lancée avec leurs recrues hivernales en 2019 ?



A propos de l'auteur

Grand fan de sport depuis de nombreuses années en passant par Franck Vandenbroucke, Michael Jordan, Roger Federer et Ayrton Senna.

Poster un commentaire

Aenean libero. in ultricies Curabitur nunc diam Nullam nec felis Sed porta.