Cyclisme

Le Rwanda, l’eldorado du cyclisme africain

En 2025, le Rwanda sera le premier pays africain à accueillir les Championnats du monde de cyclisme. Cette attribution est le fruit d'une juste récompense pour un pays qui voit sa culture vélo exploser depuis le début du XXIe siècle. 

Le cyclisme est aujourd'hui l'un des sports les plus internationalisés de la planète. Aussi paradoxal que cela puisse l'être, les Championnats du monde du cyclisme ont dû mal à s'exporter hors d'Europe. Les Championnats ont tout de même pu les 4 coins du monde (Japon, États-Unis, Australie, Europe, Colombie …) en 100 éditions mais jamais les Mondiaux de cyclisme s'étaient posés en Asie. Il a fallu attendre septembre dernier pour que l'UCI annonce qu'en 2025 la course au maillot arc-en-ciel se déroulera en Afrique à Kigali, capitale du Rwanda. Surnommé “Le pays des milles collines” en raison de ses paysages fortement vallonées, le Rwanda est devenu en l'espace de 10 ans la plaque tournante du cyclisme africain. L'attribution des Mondiaux 2025 au Rwanda est la juste récompense pour un pays qui clame son amour pour la petite reine.

Le cyclisme pour l'union nationale 

Bien avant de voir le cyclisme de compétition apparaitre sur ses terres, le Rwanda est un pays de vélo. D'après une étude du gouvernement Rwandais près d'un adulte sur cinq utilise le vélo comme mode de locomotion. Dans la région des Grands Lacs, c'est surtout le moyen de transport le plus accessible et bien plus accessible financièrement que la voiture ou la moto. Le cyclisme a lui pris de l'importance après le génocide des Tutsis en 1994 où le sport est devenu le vecteur de l'union nationale comme l'explique Paul Kagame, le président du pays  Tout le monde a essayé d'apporter ses idées nouvelles après la tragédie, on s'est ainsi dit que les courses de vélo seraient mieux que des courses de voitures car le vélo était déjà bien ancré dans notre vie de tous les jours (…) On avait des cyclistes, mais il a fallu qu'ils apprennent à devenir des compétiteurs. »

Une épreuve en constante progression

Aujourd'hui le Tour du Rwanda, la plus grande compétition du pays ne cesse de prendre de l'ampleur et d'attirer les plus grands. Il faut remonter un peu plus tôt dans l'histoire pour comprendre l'origine de l'épreuve. Premier américain à disputer le Tour de France en 1981, Jonathan Boyer est condamné à un de prison ferme pour pédophilie. À sa sortie de prison, il décide de partir s'exiler en Afrique en se donnant pour mission de développer le cyclisme au Rwanda.

Il crée en 2006 la Team Rwanda, la première équipe professionnel du pays. À travers ses connaissances et son expérience, il forme avec brio les talents locaux. Le Tour du Rwanda est créé en 1988. Le tour national se déroule sur une semaine et a longtemps attirer les coureurs des pays voisins. Avec l'aide du gouvernement, l'épreuve ne va cesser de croître et intégre l'UCI Africa Tour en 2009. En 2019, elle devient une course de catégorie 2.1 au même niveau que la Tropicale Amissa Bongo qui est l'une des épreuves de reprises pour quelques équipe professionnel (Total-Energie notamment). Le Tour de Rwanda se déroule traditionnellement début mai. Cette année l'épreuve à attirer de nombreuses équipes professionnelles dont la formation Israel Start-up Nation évoluant en World Tour.

Cap sur 2025

Le Rwandais a un potentiel immense pour accueillir une course de niveau mondial. Avec ses paysages vallonnés et ses nombreuses montagnes, le pays est naturellement une terre de grimpeur. Ce n'est d'ailleurs pas à hasard si Pierre Rolland a remporté cette année l'étape reine du tour national dont l'arrivée était jugée au sommet du Mont Kigali devançant un certain Alexis Vuillermoz. Le Tour du Rwanda est surtout l'occasion de briller pour les jeunes stars locales. En remportant l'épreuve en 2007, Joseph Areruya s'est vu proposer la saison d'après un contrat au sein de l'équipe professionnelle française Delko Marseille Provence. Les espoirs du pays intègrent l'Africa Rising Cycle Center qui a vu le jour grâce au Ministère des Sports du pays en 2014. À contrario de l'Érythrée, le Rwanda peine encore à sortir des coureurs capable d'évoluer au plus haut niveau. Cependant avec l'investissement massif du gouvernement dans le secteur, le Rwanda devrait être capable de fournir des coureurs de haut niveau à moyen terme.

L'objectif du pays est maintenant de préparer les Mondiaux 2025 et d'accueillir le gratin du cyclisme mondial.Le gouvernement espère développer fortement le tourisme local dans les prochaines années et faire connaître au plus grand nombre le Congo Nile Trail, un itinéraire de bike packing traversant le pays. « Ce sera un coup de boost pour notre cyclisme et ça va impacter sa croissance, comme sport mais aussi comme industrie, se réjouit le président de la fédération de cyclisme rwandaise. Beaucoup d'entreprises vont découvrir que le Rwanda est un pays de vélo. » Le pays investit déjà massivement dans le Tourisme en étant notamment un des sponsors maillot du Paris Saint Germain et d'Arsenal avec le slogan “Visit Rwanda”.

À lire aussi : Tadej Pogacar, une année exceptionnelle 


Dernières publications

En haut