Cyclisme

Le TPC accueille Thibaut Pinot

Après un comeback réussi, Thibaut Pinot poursuit son périple en Nouvelle-Aquitaine. Le Tour Poitou-Charentes (2.1) débutera demain, le Franc-Comtois en sera la vedette ! L’épreuve conserve son format habituel avec cinq étapes, dont une contre-la-montre, et le final à Poitiers. Les dernières éditions remportées par Christophe Laporte (2019) et Arnaud Démare (2018 & 2020) confirment qu’il s’agit d’un rendez-vous important pour les grands sprinters.

Le parcours

La théorie nous encourage à pronostiquer la victoire des sprinters pour les quatre étapes en ligne. Mais chaque règle a son exception, on se souvient encore de la victoire en solitaire de Sander Armée, à Jaunay-Marigny l’an dernier. Favorisant les arrivées groupées, ce tour de quatre jours n’est pas tout plat. Le parcours est ponctué de côtes assez sévères, de quoi offrir le maillot à pois à un puncher de haute volée. D’ailleurs, son dernier porteur n’est autre qu’Harm Vanhoucke, un grimpeur dont on parle souvent sur les grands tours lorsque la route s’élève.

 

Un grand départ au sud

Alain Clouet et son armée de bénévoles donneront le coup d’envoi à Pons. Après le grand départ en Charente-Maritime, les coureurs iront vers les Deux-Sèvres, direction Parthenay. La première étape compte presque 200 km, un sprint intermédiaire intervenant rapidement, dès le kilomètre 13. Les suivants se disputeront aux kilomètres 118 et 179. Parmi les quatre côtes proposées, nous retiendrons le passage devant l’antenne du Plessis. Pour y arriver, l’effort sera long de 900 m avec une pente moyenne à 5 %.

De Parthenay jusqu’à Ruffec, la deuxième étape nous propose environ 190 km avec trois segments identifiés pour le classement du meilleur grimpeur. Il faudra impérativement récupérer des efforts de la veille pour passer en tête des “GPM” car les trois côtes sont assez raides. À La Fayolle, la pente affiche 6,5 % sur 1,6 km, puis à Beaulieu-sur-Sonnette c’est un mur de 500 m qui fera face au peloton avec un pourcentage moyen de 6. Enfin, à l’entrée du circuit final, c’est un passage de 900 m à 8 % qu’il faudra affronter pour cueillir les points du maillot à pois.

Un contre-la-montre décisif ?

Le troisième volet de ce TPC se jouera en deux actes. Il faudra être matinal pour briller sur le tracé reliant Moncontour à Loudun, dont l’arrivée pourrait se disputer avant midi jeudi prochain. Moins de 100 km sont inscrits au road book car l’après-midi aura lieu le traditionnel contre-la-montre. Celui-ci partira depuis Monts-sur-Guesnes pour arriver à Loudun 23,5 km plus tard. Ce chrono est d’ailleurs ciblé par Alexys Brunel (Groupama-FDJ), 3e des derniers championnats de France. Cet exercice particulier pourrait bien bouleverser le classement général. Tony Gallopin et Niki Terpstra ont conquis leur place sur le podium pendant l’effort solitaire de l’édition 2019.

Aucune description disponible.

Niki Terpstra, 3e du TPC 2019 © FGphotographic – We Sport

Impossible de conclure sans une arrivée à Poitiers. La préfecture de la Vienne attend de pied ferme le successeur d’Arnaud Démare. Avant cela il faudra boucler les 166,5 km de l’ultime étape s’élançant de Villefagnan. Une fois de plus, les côtes attribuant les points pour le port du maillot à pois seront sérieuses. La dernière difficulté de ce Tour Poitou-Charentes se situe à la sortie de Bonillet, 500 m à 9 % dont 150 m à 13 %.

La startlist

2020 fut une cuvée exceptionnelle avec la présence de nombreuses WorldTeams, une récompense pour l’organisation qui a réussi à maintenir son événement malgré la crise sanitaire. Cette année elles seront quatre au rendez-vous, dont l’équipe étrangère Israel Start-Up Nation. La liste des engagés peut encore évoluer au moment où nous bouclons cet article. Les noms que nous communiquons figurent sur la startlist provisoire, et sur les compositions définitives déjà publiées.

Les équipes françaises

Pas d’Arnaud Démare cette année, mais Groupama-FDJ, équipe tenante du titre, engage un autre coureur de grande classe, Thibaut Pinot. Autre WorldTeam française, Cofidis délègue son sprinter vedette Elia Viviani. L’Italien connait bien les lieux, en 2017, avec le maillot de l’équipe Sky, il remporta deux étapes. AG2R comptera sur Marc Sarreau, vainqueur de la coupe de France 2019, et sur Tony Gallopin, 2e en 2019. Israel Start-Up Nation aura dans ses rangs le véloce Hugo Hofstetter.

Aucune description disponible.

Thibaut Pinot dans l’ascension du Suc au May © FGphotographic – We Sport

En compagnie de Niki Terpstra, Anthony Turgis (TotalEnergies) est également sur la startlist. Le meilleur représentant français lors des classiques flandriennes poursuit sa préparation en vue des prochains mondiaux et de Paris-Roubaix. Franck Bonnamour (B&B Hotels p/b KTM) vient de prouver sa grande forme, il représentera les “men in glaz”. Le super-combatif du Tour de France 2021 a conclu son Tour du Limousin à la 2e place, dans le même temps que Warren Barguil. Meilleur jeune en 2020 Thibault Guernalec est de retour. Mais Arkéa-Samsic aura un autre atout dans son jeu, son sprinter Thomas Boudat. Le Girondin compte plusieurs participations au TPC et a mis cette épreuve dans ses objectifs.

Aucune description disponible.

Franck Bonnamour, super-combatif du dernier Tour de France © FGphotographic – We Sport

Xelliss-Roubaix Lille Métropole et Saint Michel-Auber 93 sont les deux ContinentalTeams présentes. La formation de Stéphane Javalet honore toujours les dossards qu’on lui confie, à l’image de Romain Cardis récent maillot bleu en terre limousine.

Aucune description disponible.

Romain Cardis, lauréat des sprints intermédiaires du Tour du Limousin 2021 © FGphotographic – We Sport

L’Italie en force

Toutes les équipes professionnelles italiennes seront au départ de Pons (Eolo-Kometa, Bardiani CSF Faizanè, Vini Zabù, et Androni Giocattoli-Sidermec). La première citée a brillé récemment en Nouvelle-Aquitaine via Erik Fetter et Davide Bais.

Aucune description disponible.

Erik Fetter reste sur une victoire en Nouvelle-Aquitaine © FGphotographic – We Sport

Androni sera représenté notamment par Matteo Malucelli, Bardiani par Mirco Maestri. Il faudra surveiller Simone Velasco, qui quant à lui, défend les couleurs russes de l’équipe Gazprom.

Aucune description disponible.

Simone Velasco récent vainqueur en Nouvelle-Aquitaine © FGphotographic – We Sport

Sortons toutefois de la botte italienne pour citer Timothy Dupont de l’équipe Bingoal Pauwels Sauces WB. Le Belge à triomphé cette année à La Calmette, 2e étape de l’Étoile de Bessèges, et compte quatre podiums cette saison.

La rédaction de We Sport vous attend sur ses supports habituels dont Twitter (@We_Cyclisme) avec des contenus exclusifs.

Crédit photo en une : FGphotographic – We Sport

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire