Les 30 moments qui ont fait 2018 : France-Argentine, dans la légende.

Digne d’un véritable thriller. Ce 30 juin 2018, l’équipe de France, emmenée par les Pogba, Griezmann ou Mbappé, va défier l’Argentine de Lionel Messi en 8ème de finale de la Coupe du Monde. Entre des Bleus poussifs et une Albiceleste miraculée lors de la phase de poules, c’est une rencontre à plusieurs inconnues à laquelle on s’attend à assister à la Kazan Arena. Personne ne sait alors que ces 90 minutes seront à jamais gravées dans l’histoire du football français.

 

Le contexte

L’affiche est belle, mais forcément, on ne peut s’empêcher de penser que cette confrontation arrive (trop) tôt dans la compétition. En effet, la France ou l’Argentine quittera la Coupe du Monde dès les 8ème de finale, et pourra considérer ce rendez-vous russe comme un échec.

D’autant plus que les performances des deux nations lors des trois premières rencontres ont été poussives. Les hommes de Didier Deschamps gagnent d’abord péniblement face à l’Australie (2-1), avant de disposer du Pérou (1-0), puis de nous offrir une véritable purge contre le Danemark (0-0). L’Argentine a quant à elle débutée par un match nul face à l’Islande (1-1), et a complètement explosée face aux Croates (0-3). Pour se qualifier, la bande à Messi a battu le Nigéria 2 buts à 1 dans un match où ils seront passés tout proche de l’élimination.

Français et Argentins se retrouvent donc lors du premier 8ème de finale de cette Coupe du Monde 2018. Pour cette rencontre, Didier Deschamps reconduit le 11 aligné face au Pérou, et qui s’avérera être son équipe type pour le reste du Mondial : Lloris – Pavard, Umtiti, Varane, Hernandez – Kanté, Pogba – Mbappé, Griezmann, Matuidi – Giroud (4-2-3-1). Jorge Sampaoli (toujours sur le banc malgré les tensions apparues dans le vestiaire à l’entre-deux tour) opte pour lui un 4-3-3 : Armani – Mercado, Otamendi, Rojo, Tagliafico – Perez, Mascherano, Banega – Pavon, Messi, Di Maria.

 

Mbappé – Griezmann : duo gagnant

Une performance des plus remarquables. On a souvent analysé que la relation technique entre Antoine Griezmann et Kylian Mbappé n’était pas forcément à la hauteur de ce qu’on pouvait espérer au vu de leurs qualités respectives. Ce samedi d’été marque la rupture de cette impression. Le duo va porter les Bleus et aider toute une nation à surmonter l’obstacle argentin. Vous avez dit Olive et Tom ?

Tout d’abord, il y a ces dix premières minutes de folie, où la France domine et où Antoine Griezmann frappe la barre transversale sur coup-franc (9′). Ensuite, il y a cette folle chevauchée du plus jeune des deux compères, peu avant le quart d’heure de jeu (12′). Flashé à 37 km/h, Mbappé va plus vite que vous quand vous faites du vélo. Logiquement, il devient très compliqué pour Marcos Rojo de suivre le rythme du Parisien, ce qui oblige le Mancunien à commettre l’irréparable en concédant un pénalty. Pénalty transformé par Griezmann, qui ouvre ainsi la marque. Enfin, entrecoupé d’une partie de match qui nous fera basculer dans une autre dimension par la suite, Kylian Mbappé va signer un doublé en 5 minutes peu après l’heure de jeu (64′ et 68′), et ainsi qualifier son pays pour la suite.

Image associée

Crédit photo : elpais.com

Le sauveur de la nation. Celui qu’on considérait déjà comme un futur Ballon d’Or vient encore de franchir un nouveau palier, à 19 ans seulement. Il s’est rendu indispensable en Bleu, et ça, à 19 ans, (très) peu l’ont fait. Digne des plus grands. Quant à Griezmann, vous nous direz qu’il n’a inscrit “qu’un pénalty” lors de ce match d’anthologie. Oui, mais ce match est en réalité bien plus important que ça pour le natif de Macon. Auteur de trois premiers matchs moyens, “Grizzie” vient d’avoir le déclic. On connaît la suite.


Demi-volée Pavard…

Bien qu’ils n’aient pas la possession, on sent que les Bleus maîtrisent leur sujet face à une Argentine malade, qui a du mal à jouer en équipe. Encore plus après l’ouverture du score, on aurait presque tendance à être “serein”. C’était mal imaginer la suite. Juste avant le repos, un relâchement soudain intervient. Exceptionnel durant la phase de poule, N’Golo Kanté oublie le pressing et laisse le soin à Di Maria d’ajuster une frappe de 30 mètres qui trompe Hugo Lloris, lui aussi impérial jusque-là. Les coéquipiers de Paul Pogba peuvent être frustrés lors du retour aux vestiaires ; tout est à refaire. En début de seconde période, le rêve vire même au cauchemar pour les Bleus lorsque Mercado dévie la frappe de Lionel Messi, trajectoire qui trompe une deuxième fois le portier français. 2-1 pour l’Argentine, il y a le feu dans la maison Bleue.

57ème minute. Une des nombreuses montées transversales du lieutenant Lucas Hernandez. Un ballon en bout de course, un centre du pied gauche. Jusque là, rien de spécial me direz v….. SECOND POTEAU PAVAAAAAAAAAAAAAAAAAAARD, OHHHHHHH BENJAMIN PAVARD ! La voie de Grégoire Margotton résonne encore dans toutes nos têtes. A cet instant précis, le joueur de Stuttgart vient d’égaliser, et de libérer tout un peuple. Sa frappe, fouettée de l’extérieur du pied à l’entrée de la surface de réparation, vient d’ailleurs. La trajectoire de balle est inimitable. Olive et Tom, on vous a dit.

 

Irrationnel

J’ai moi-même convulsé dans mon canapé au moment de ce bijou. Comment cela est-il arrivé ? Cela n’a pas de véritable explication rationnelle. Comment un défenseur qui a, certes, une très bonne frappe de balle, s’est retrouvé à cet endroit-là à ce moment-là. Quelle est la probabilité qu’il enclenche une frappe de la sorte, qui finirait 9 fois sur 10 en tribune ? Comment tous ces critères ont-ils été réalisés en même-temps ? Dans ce contexte qui-plus-est ? Il n’y a aucune réelle analyse à faire de tout cela. Benjamin Pavard était juste au bon endroit au bon moment. Cependant, il est bien évident que cette frappe venue d’ailleurs est totalement à mettre à son crédit, même s’il faut forcément un brin de réussite. Le défenseur latéral droit français, très discret sur comme en dehors du terrain d’habitude, vient de faire basculer cette rencontre de légende, et même plus que ça, il vient de changer la face du Mondial de l’équipe de France.

 

Malgré un dernier but d’Agüero, la bande à Deschamps s’impose 4 buts à 3 face à l’Argentine, et se qualifie pour les quarts de finale. Cette rencontre restera comme bien plus qu’un simple match de football. Elle marque le véritable point de départ et le tournant d’une épopée fantastique. Deux semaines plus tard, la France est championne du monde pour la deuxième fois de son histoire. Kylian Mbappé est élu meilleur jeune du Mondial, Antoine Griezmann meilleur joueur de la finale, et Benjamin Pavard est la nouvelle mascotte de tout un pays. Légendaire.

 

Le résumé de la rencontre est à retrouver ici. (Crédit photo de l’image en Une : FFF)

 

Grégoire ALLAIN (@GregoireAln)

A propos de l'auteur

Surnommé l'électron libre. Fan de Rafa, et heureusement car ce n'est ni l'OL ni le Stade Français qui satisfont mon capital victoires chaque week-ends. Bon sinon, je réussis quand même à être objectif dans mes articles, sauf quand il s'agit d'écrire sur pourquoi le PSG peut-il un jour gagner la Ligue des Champions.

Poster un commentaire

vel, elementum commodo vulputate, velit, Praesent et, ut at odio leo. amet,