Football

Les gagnants et les perdants du rassemblement

La dernière répétition avant le mondial est terminée. Elle finit d'ailleurs comme elle avait commencé, à savoir par une défaite contre le Danemark. Cette édition 2022 de la Ligue des Nations ne restera pas dans les mémoires côté Français, 3ème du groupe et seulement maintenus en Ligue A grâce à la défaite de l'Autriche contre la Croatie. Les Bleus jouaient hier à Copenhague leur dernier match avant l'entrée en Coupe du Monde contre l'Australie le 22 novembre. Durant ce dernier rassemblement, Didier Deschamps a pu observer plusieurs joueurs toujours en balance pour intégrer ou non la liste définitive de 26 joueurs ou moins. Et force est de constater qu'après le match d'hier, DD doit avoir l'esprit bien plus clair. 

Ils étaient nombreux à jouer leur avenir cette semaine en Bleus. De Camavinga à Upamecano en passant par Kolo Muani, Saliba ou Ferland Mendy, beaucoup ont profité de la cascade de blessures pour intégrer la dernière liste avant LA grande liste. Une occasion en or de semer le doute dans l'esprit du sélectionneur, à moins de deux mois de la grande échéance. Malheureusement pour eux, les petits nouveaux n'ont pas tous rayonné. Si les absents ont souvent tort, aujourd'hui, ce sont plutôt les présents qui se sont mis dans l'embarras.

Ils n'ont pas marqué de points : 

Dayot Upamecano : Que son histoire en Bleu est compliquée.. Pourtant si bon avec le Bayern depuis la saison dernière, le défenseur central n'y arrive pas avec le maillot tricolore. Une fois encore, pour sa 7ème sélection, il a plus que déçu. Il a été le capitaine d'un bateau qui tanguait, et l'a entraîné dans son naufrage. Placé au centre de la défense à trois, il a complètement pris l'eau, et n'a pas été aidé par ses relances imprécises. Didier Deschamps n'a pas forcément l'habitude de laisser beaucoup d'opportunités à ceux qui le déçoivent (demandez donc à Lacazette par exemple), et là, Upamecano vient encore de griller un énorme joker. Dommage, car le train va finir par définitivement passer.

Ferland Mendy : Il avait un temps disparu des radars, Deschamps lui préférant un peu tout le monde, et surtout les frères Hernandez et Lucas Digne. Et puis finalement, le latéral du Réal Madrid était redevenu un premier choix, ce qui aurait pu laisser penser que le vent avait tourné. Titulaire lors des deux rencontres de ce rassemblement, il n'a malheureusement pas été capable de se mettre en évidence. Assez neutre contre l'Autriche, il a subi, lui aussi, hier contre les Danois. Souvent pris par Olsen, il a semblé désorienté et est fautif sur le deuxième but. Offensivement encore, son apport a été bien trop maigre. Si Théo Hernandez n'a pas grand-chose à craindre, Lucas Digne, sans avoir joué, a peut-être marqué des points.

Eduardo Camavinga : Le calvaire. Aligné au milieu avec son compère du Réal Tchouaméni, il est passé complètement à côté, pas aidé par l'ancien Monégasque sans doute auteur de l'un de ses plus mauvais matchs en sélection. Mis sous pression, il a perdu bien trop de ballons pour un joueur dont on attend plus. Sorti à la mi-temps, il semble avoir perdu du crédit aux yeux de Deschamps. Lui qui n'avait plus joué depuis plus de deux ans avec les A vient sans doute de dire adieu au Qatar. Même Fofana semble avoir une longueur d'avance désormais.

Randal Kolo Muani : Il n'a pas été mauvais, il n'a tout simplement pas eu sa chance.. dans un secteur de jeu ou son profil un peu différent des autres aurait pu être une solution, il n'a disputé que dix petites minutes sur les deux matchs. Impossible pour lui de se mettre en évidence. Désormais pour aller au mondial, il faudrait que l'ancien Nantais explose tout sur son passage avec Francfort. Mais malheureusement pour lui, il part de loin, de très loin.

Ils auraient pu mieux faire : 

William Saliba : Il est régulièrement appelé par Didier Deschamps désormais et son début de saison exceptionnel à Arsenal prouve que le sélectionneur a raison de lui donner sa chance. Malgré tout, son match hier contre le Danemark n'a pas été à la hauteur. Si Upamecano s'est manqué dans les grandes largeurs, lui n'a pas non plus été exempt de tout reproche. Il semble avoir parfois quelques trous d'air et hier, cela s'est payé cash avec deux buts pour les locaux. Il a sans doute perdu un peu de crédit hier soir, et si le sélectionneur décide de n'emmener que 23 joueurs sur les 26 possibles, il pourrait malheureusement en faire les frais.

Youssouf Fofana : Une première sélection exceptionnelle, et puis une confirmation un peu plus compliquée. Fabuleux contre l'Autriche aux côtés de son ami Monégasque Tchouaméni, Fofana semblait avoir tapé si fort du poing sur la table que l'on imaginait déjà Deschamps l'emmener dans ses bagages en cas de coup dur pour la paire Pogba – Kanté. Hier, il s'est finalement mis au niveau de l'équipe dès son entrée en jeu à la pause et n'a pas été capable de redresser une équipe dont il était le point d'encrage. En jambe dès le début, il est finalement très vite retombé en intensité. Il a malgré tout été à son avantage, mais si tout le monde est disponible et en forme, il pourrait passer à la trappe.

Ils peuvent semer le trouble : 

Benoit Badiashile : Deux premières sélections plutôt convaincantes. Surtout une face à l'Autriche. Hier, il a été le moins mauvais de la ligne arrière. Solide au duel, il a souffert de la vivacité de l'attaque Danoise. Mais ses deux premières restent encourageantes, surtout à un poste d'axial gauche ou les solutions ne sont pas légions. Les deux titulaires du poste, Lucas Hernandez et Presnel Kimpembe, oscillent entre blessures et contre-performances. De quoi lui laisser un petit espoir de décrocher l'un des billets pour le mondial.

Mattéo Guendouzi : Et si finalement, le fait de ne pas avoir joué lui avait rendu service? Quand on voit le marasme dans lequel les Bleus se sont mis hier, il a peut-être eu la “chance” de ne pas en faire partie. Le cas Camavinga désormais sans doute réglé, il reste en balance avec Fofana pour le dernier strapontin. Car derrière Pogba, Kanté, Tchouaméni et Rabiot, les places seront chères. Et s'il continue d'être performant en club, l'ancien Gunners a des raisons d'y croire.

Olivier Giroud : L'éternel débat. Encore une fois, Giroud a été bon, très bon même avec le maillot Bleu. Moins en réussite hier, il a tout de même été décisif, contre l'Autriche lors du premier match. De Griezmann à Varane en passant par Mbappé, tous sont unanimes: ils veulent d'un Giroud dans le groupe pour la Coupe du Monde. Le débat ici n'est plus sportif, depuis un moment. Avec 49 buts en sélection, l'avant-centre du Milan AC n'a plus rien à prouver. Deschamps a peur de son impact sur le groupe s'il ne joue pas. Mais comment se passer d'un tel joueur? Si Benzema est là, Giroud, dans la logique du sélectionneur, ne devrait pas en être. Mais KB9 devait-il être dans les 23 il y a deux ans? Le numéro 9 des Bleus a peut-être inversé la tendance avec cet ultime rassemblement.

Crédit photo : RMC Sports


Valentin Martin

Le cœur meurtri par la fin de carrière de Rodgeur, je m'en remets aux stepback de The Beard. Rien de tel qu'un Vélodrome incandescent pour me faire chavirer de bonheur

Dernières publications

En haut