Lettre d'amour à Fernando Torres - We Sport FR - "Partageons notre passion !"

Lettre d’amour à Fernando Torres

Il a clôturé son chapitre Atletico Madrid par un doublé le week-end dernier, Fernando Torres, 34 ans, va quitter les Colchoneros, lui le Niño, l’enfant des Matelassiers. Retour sur une carrière aussi riche en émotions qu’en buts, amour on vous a dit.

Capitaine à 19 ans

Fasciné et marqué par Christian Vieri, El Niño travaille pour ressembler à l’attaquant italien qu’il côtoie tous les jours à l’Atletico, lui le jeune espoir du club. Première apparition à 17 ans, une saison à 13 buts dans l’élite pour ses 19 ans et le voilà propulser capitaine des Colchoneros. Durant ses sept premières saisons Madrilènes, Torres empile les buts et se forge ce statut de buteur idolâtré à Vicente Calderon. Oui mais voilà, l’Enfant le plus célèbre aspire à disputer la Coupe d’Europe, une chose que ne peut pas lui offrir l’Atléti. Résultat, un transfert à Liverpool à l’été 2007 pour 35 millions d’euros.

Un Royaume à deux faces

Dès sa première saison Outre-Manche, El Niño se met Anfield dans la poche. 24 buts en Premier League, Torres démontre toutes ses qualités de buteur : rapide, puissant, rusé. L’Espagnol est au sommet de son art, les buts somptueux s’enchaînent et c’est en pleine confiance que Fernando s’apprête à disputer l’Euro 2008. Une victoire finale avec le but victorieux, un premier titre majeur avec l’Espagne qui sera suivi par la Coupe du Monde 2010 pendant que le blondinet continue à scorer à Liverpool.

Crédit photo / football365.com

L’histoire bascule un soir de dernier jour de mercato, nous sommes le 31 janvier 2011 et Fernando Torres est transféré pour 58,5 millions d’euros à Chelsea. Un transfert incompréhensible et un sentiment de trahison règne chez les supporters des Reds. Malgré une Ligue des Champions gagnée en 2012 et une Ligue Europa en 2013 ainsi qu’un nouvel Euro dont il sera victorieux et meilleur buteur, le Niño a un rendement famélique et la porte de sortie se rapproche.

De Niño à Leyenda

Après 6 mois inutiles à Milan, Fernando Torres est de retour chez lui, chez des Colchoneros qui l’accueillent à bras ouverts. Coaché par son ancien coéquipier Diego Simeone, Torres retrouve un rôle prépondérant au sein de son club de coeur. Malgré un temps de jeu et un niveau sur le terrain, l’Espagnol cloture son aventure par une Ligue Europa en guise d’adieu et de passage de pouvoir.

El Niño est et restera l’idole d’un peuple, un joueur qu’on aime aimer. Un buteur somptueux au flow exceptionnel. Une personne au grand cœur qui a transmit l’amour d’un club à toute une génération d’amoureux du ballon rond. C’est dans un profond sentiment de déni que nous avons vu grandir El Niño, redoutant ce jour où le Petit Fernando laisserait place à la Légende Torres. Cette heure a retenti, et pour tout le bonheur partagé, El Niño je te remercie.

Corentin Braz

A propos de l'auteur

Petit Prince d'une époque où Stevan Jovetic et Thiago Alcantara en sont les esthètes.

Poster un commentaire

ut ut id, sed ultricies tristique ipsum Praesent dolor. pulvinar