Cyclisme

Liège-Bastogne-Liège : Favoris, Parcours, Horaires

Liège-Bastogne-Liège

Liège-Bastogne-Liège, le plus vieux Monument du cyclisme, revient dimanche pour conclure la saison des Classiques de printemps avec sa 108ème édition et la quatrième depuis que La Doyenne a abandonné l'arrivée en haut de la colline à Ans pour une arrivée plate dans le centre ville.

Les deux dernières éditions de Liège-Bastogne-Liège ont vu l'arrivée disputée par un groupe de cinq hommes d'élite, deux sprints  vers la ligne après plus de six heures et demie de course. Les deux premiers de l'année dernière, Tadej Pogačar (UAE Team Emirates) et Julian Alaphilippe (QuickStep-AlphaVinyl), reviennent pour être la tête d'affiche de la course de 2022, tandis que Wout van Aert (Jumbo-Visma) fait ses débuts dans la course pour compléter un triumvirat de superstars en tête de la liste de départ.

Le parcours 

257 kilomètres de montée et de collines quasi ininterrompues les séparent de la gloire, alors que les coureurs se dirigent vers le sud à travers les Ardennes jusqu'à Bastogne, avant de faire demi-tour pour affronter un retour encore plus difficile vers Liège.

Des ascensions telles que la Côte de Saint-Roch (1 km à 9,9 pour cent), la Côte de Wanne (3,5 km à 5 pour cent), la Côte de Stockeu (1 km à 12,8 pour cent), le Col du Rosier (4,4 km à 5,7 pour cent), la Côte de La Redoute (2 km à 8. 6 pour cent) sont toutes situées dans la seconde moitié de la course, mais avec la dernière d'entre elles à 30 km de la ligne, c'est probablement le dernier coup de poing qui sera décisif.

La Côte de la Roche-aux-Faucons (1,3 km à 10,5 %) et Boncelles (1,2 km à 6,3 %) se succèdent rapidement à 13 km et 10 km de l'arrivée. Lors de chacune des trois éditions depuis le changement de parcours, la Roche-aux-Faucons a servi de rampe de lancement pour le coup gagnant, du solo de Jakob Fuglsang en 2019 à Alaphilippe et Michael Woods forçant les attaques décisives qui ont ramené un petit groupe à la maison lors des deux dernières éditions.

Avec 4 500 mètres de dénivelé, la dureté du parcours peut être comparée à celle d'une étape de Grand Tour (la plus grosse journée du Tour de France 2022, la 11e étape, compte 4 692 mètres de dénivelé), mais répartie sur une interminable succession de courtes ascensions. Cela signifie que seuls les plus forts l'emportent à la fin, et c'est pourquoi le trio Pogačar, Alaphilippe et Van Aert sont les meilleurs hommes à surveiller sur Liège-Bastogne-Liège.

Liège-Bastogne-Liège : Les favoris

Pogačar est le principal nom sur la liste de départ, ayant remporté la course dans ce petit groupe l'année dernière, et ayant commencé sa saison 2022 comme une machine à gagner. Ses sept victoires sont plus nombreuses que celles de n'importe quel sprinter jusqu'à présent, même s'il n'en a pas remporté depuis Tirreno-Adriatico le mois dernier.

Sur le Mur de Huy mercredi, il était parmi les plus forts avant de s'éteindre lorsque la pente s'est accentuée, mais sa 12ème place à La Flèche Wallonne n'est pas un signe de baisse de forme avant dimanche, a-t-il rassuré à la presse après l'épreuve.

Alaphilippe s'en est mieux sorti à Huy, même si sa quatrième place peut encore être considérée comme une certaine déception, étant donné qu'il avait remporté les trois dernières éditions – 2018, 2019 et 2021 – dont il avait pris le départ.

Le champion du monde aura une nouvelle fois pour mission de sauver le printemps de QuickStep dimanche sur Liège-Bastogne-Liège, l'équipe n'étant pas montée sur un podium de Classique depuis Kuurne-Brussel-Kuurne. Une cinquième place en 2020 (après avoir fêté sa première place, terminé deuxième, puis été relégué) et une deuxième place l'an dernier montrent qu'il a maîtrisé ce nouveau parcours et qu'il devrait être à nouveau sur le podium.

Pour Van Aert, il semble que tout soit possible après sa deuxième place à Paris-Roubaix. La course a marqué son retour après une infection Covid-19 et une absence de course depuis plus de deux semaines. Le coureur polyvalent n'a pas encore relevé le défi de Liège, mais comme les deux superstars citées ci-dessus, il a montré à maintes reprises qu'il pouvait maîtriser n'importe quel terrain.

Liège-Bastogne-Liège

Marc Hirschi, Marc Soler (UAE Team Emirates), Remco Evenepoel, Mauri Vansevenant (QuickStep-AlphaVinyl), Tiesj Benoot, Jonas Vingegaard (Jumbo-Visma) forment un groupe de soutien de grande qualité pour le grand trio, et plusieurs de ces coureurs – Hirschi, Evenepoel et Benoot en particulier – peuvent avoir un impact très tard dans la course et même dans la finale.

L'équipe du printemps, Ineos Grenadiers, est composée de Michał Kwiatkowski, vainqueur de l'Amstel Gold Race, et d'une solide sélection de coureurs. L'équipe cherchera à utiliser la force du nombre avec Geraint Thomas, Dani Martínez (cinquième à Flèche), Carlos Rodríguez, et Tom Pidcock. Le grand point d'interrogation, cependant, réside dans ce dernier, qui a étonnamment abandonné en milieu de semaine après avoir été lâché du peloton sur le premier des trois circuits sur le Mur de Huy.

À lire aussi : le guide complet de la saison

Bahrain Victorious est une autre super-équipe qui s'aligne à Liège, comptant parmi ses membres le vainqueur de la Flèche, Dylan Teuns, le champion de Milan-San Remo, Matej Mohorič, et le vainqueur de Liège 2016, Wout Poels. Mikel Landa et Jack Haig font également partie de la liste de départ de l'équipe, même si tous les regards seront tournés vers le duo Teuns et Mohorič dimanche.

L'homme que Teuns a battu sur le Mur de Huy est également en course. Alejandro Valverde est à la tête de la Movistar et s'attaque une dernière fois à la Doyenne, en quête d'une cinquième victoire à Liège pour égaler le record d'Eddy Merckx. Il aura 42 ans le lendemain de la course, mais ses podiums à Flèche et à Strade Bianche ont montré que l'âge ne l'a guère ralenti, et il fait certainement partie des principaux prétendants pour dimanche.

Philippe Gilbert (Lotto Soudal) est un autre vétéran qui tente une dernière fois de remporter le Monument, et un autre ancien vainqueur qui s'alignera au départ, bien que le Wallon ne soit pas un grand favori 11 ans après sa victoire sur la course.

On peut dire la même chose du vétéran Vincenzo Nibali (Astana Qazaqstan) ainsi que des vainqueurs de 2018 et 2019 Bob Jungels (AG2R Citroën) et Jakob Fuglsang (Israel-Premier Tech), qui n'ont pas montré de forme récente pour suggérer qu'ils seront parmi les meilleurs dimanche, bien que le coéquipier de Fuglsang, Michael Woods, soit dans la course.

Aleksandr Vlasov (Bora-Hansgrohe) l'a fait, en se classant troisième à ses débuts à la Flèche, le dernier résultat remarquable de son début de saison le plus régulier jusqu'à présent. Il fera également ses débuts à Liège et peut compter sur des personnes comme Sergio Higuita et Jai Hindley pour l'aider pendant la course.

Enfin, nous arrivons à Benoît Cosnefroy, qui dirige AG2R Citroën. Le Français a été en grande forme ce printemps, prenant récemment la deuxième place à l'Amstel Gold Race et au Brabantse Pijl. Il est toujours à la recherche de la grande victoire du printemps et possède tous les atouts pour réussir sur Liège-Bastogne-Liège.

Dernières publications

En haut