Liga Nos : Fortunes diverses

0
Ligue 1

24e journée sous forme d’entracte du côté du Portugal ce week-end, en attente des rendez-vous suivants en compétitions européennes pour Porto et Benfica.

Pourtant, le choc du week-end se déroulait à Alvalade, où le Sporting et le Vitoria Guimaraes se livraient un duel déjà décisif pour le dernier strapontin qualificatif pour la Ligue des Champions.

 

→ Primeira liçao : Ce Sporting est à sa place.

Sporting Portugal 1-1 Vitoria Guimaraes, Estadio José Alvalade (41822 spectateurs)

 

Buteurs : Alan Ruiz (35e) pour Sporting, Moussa Marega (75e) pour Guimaraes

 

Match du dimanche soir en Liga Nos, qui opposait deux équipes aux dynamiques plus ou moins similaires, qui ne perdent plus sans forcément briller dans le jeu. Si cela convient parfaitement aux joueurs de Guimaraes, le Sporting de Jorge Jesus laisse toujours cette sensation de non-maîtrise des matchs qui ne sied pas vraiment aux socios, qui ont réélu assez largement Bruno De Carvalho lors des élections à la présidentielle qui se sont tenues cette semaine.

Pourtant, dès le début du match, le scénario est clair ; Guimaraes est venu faire du Guimaraes, à savoir placer un bloc compact assez bas (ligne de récupération moyenne à 25m des buts) et exploser rapidement en contre-attaque grâce à la vitesse de son trio Hernani, Sturgeon et Marega. Et ce schéma se concrétise très vite, puis que la première grosse occasion est pour les hommes de Pedro Martins. En effet, dès la 11e minute, sur une action joliment amenée, Hurtado profite de l’appel de Fabio Sturgeon pour rentrer dans l’axe et servir un Hernani qui enroule sa frappe, difficilement sortie par Patricio. Puis, les Leoes montent en pression et affiche une qualité de jeu rarement aperçue ces derniers temps, grâce notamment à la participation active d’Esgaio et Schelotto, latéraux du soir, qui apportent énormément offensivement forçant Hernani et Sturgeon à fermer les couloirs.

Malgré les alertes, le Vitoria reste fidèle à sa ligne de conduite, et après une grosse occasion de Schelotto (18e), la domination Sportinguista va se concrétiser ; sur un centre de Bruno César, le géant Bas Dost remet astucieusement en retrait, au point de pénalty, pour Alan Ruiz qui inscrit son quatrième but de la saison (35e). Une ouverture du score logique pour des joueurs de la capitale, à la plus grande joie du mister Jesus, et qui sont tout près de clore définitivement les débats lorsque suite à un chef d’œuvre de jeu à trois, Bas Dost, remarquable dans son jeu de déviation hier, trouve un Bruno César lancé qui perd cependant son face-à-face avec Joao Miguel (37e).

Guimaraes souffre, mais parvient à sauver les meubles malgré une nouvelle frappe d’Alan Ruiz, brillant hier soir (45e+2). Les Vimaranenses, malgré leur trou d’air de vingt minutes, restent toujours dans la course. Un moindre mal.

Pour le retour des vingt-deux acteurs sur la pelouse, le match perd doucement en intensité. Le Vitoria n’arrive toujours pas à se montrer dangereux, et les Sportinguistas gèrent plus ou moins le match. Dès lors, la première occasion ne survient qu’à la 66e, lorsque bien servi par son compatriote Bryan Ruiz aux 20 mètres, le costaricien Joel Campbell envoie sa frappe à côté des buts de Miguel.

Puis le tournant du match survient à la 72e minute, lorsque Pedro Martins envoie Rafael Martins et Miranda au combat pour secouer ses ouailles. Et l’impact est immédiat. Après une chaude alerte sur une frappe de Moussa Marega (73e), le Malien prêté par Porto convertit sa seconde chance, bien servi en retrait par Gaspar (75e). L’Estadio José Alvalade est sonné, voyant de nouveau ses protégés rejoints et malmenés par une équipe de Guimaraes transcendée, mais qui n’arrivera pas à réaliser le hold-up parfait. Le Sporting abandonne définitivement la course aux places qualificatives directes pour la Champion’s League, et voit Braga lui reprendre deux points dans la course au podium.

Segunda liçao : Feu d’artifice au Dragao

FC Porto 7-0 Nacional da Madeira, Estadio do Dragao (39230 spectateurs)

 

Buteurs : Oliver (32e), Brahimi (45e+1), Soares (55e, 71e), André Silva (52e, 90e), Layun (63e)              pour Porto

 

Expulsion : Figuieredo (63e) pour Nacional

 

Dans un match qui s’annonçait totalement déséquilibré, entre un Porto on fire en championnat et un Nacional en grandes difficultés, les Azul e Branco ont pris le temps pour prendre ses aises dans ce match, avant de dérouler méchamment face à une équipe totalement résignée.

Si les premières alertes sont timides, les Portistas dominent outrageusement ce match, et il faut tout de même attendre la 32e et la reprise en force d’Oliver, du gauche, sur un centre de Telles (31e).

Le coup de massue est sévère pour des visiteurs qui espéraient atteindre la mi-temps avec un score nul et vierge ; de l’autre côté, les raz-de-marée Portista écrase tout sur son passage, et Brahimi double la mise juste avant la mi-temps sur une frappe contrée (45e+1). 2-0 à la mi-temps pour les pensionnaires du Dragao, et c’est on ne peut plus logique.

Et la deuxième mi-temps ne se résumera qu’à un long chemin de croix pour les joueurs du Nacional, qui verront André Silva et Tiquinho Soares y aller de leur doublé, Miguel Layun inscrire un coup franc remarquable aux 20 mètres, et Tobias Figueiredo prendre un carton rouge pour une manière de s’adresser à l’homme en noir un peu trop véhémente au goût de ce dernier. Porto poursuit sa série de victoires, et semble vouloir talonner les rivaux du Benfica jusqu’au bout.

→ Terceira liçao : Benfica sans briller

Feirense 0-1 Benfica, Estadio Marcolino de Castro (5449 spectateurs)

 

Buteur : Pizzi (41e)

Match compliqué pour le leader lisboète, qui se déplaçait du côté de Feirense, qui fait partie des vraies terres hostiles de cette Liga Nos 2016/2017. Pourtant, la victoire était obligatoire pour les joueurs de la capitale, toujours sous la menace du rival Portista.

Et pourtant, ce sont les locaux qui débutent la partie tambour battant, en se procurant la première occasion, puisque dès la 47e seconde le grec Tasos Karamanos récupère un ballon aux 20m ; sa frappe contrée flirte avec le poteau d’Ederson Morais. Benfica éprouve beaucoup de difficultés à mettre son jeu en place, gênés par des locaux déchaînés qui ne laissent pas un espace exploitable aux Benfiquistes.

Pourtant, peu à peu l’armure se fissure, et les occasions rouges pointent le bout de leur nez ; tout d’abord sur un contre très mal géré par Salvio (18e), ou encore sur une tête décroisée de Mitroglou (23e). Feirense boit le bouillon, mais se montre dangereux par l’intermédiaire de Machado, qui sur un centre dévié rate le cadre de façon inexplicable (29e). Un raté qui va se transformer en regret, puisque juste avant la mi-temps, Pizzi hérite du ballon dans la surface et après un dribble, crucifie Vana d’une subtile frappe du droit (42e). Benfica rentre aux vestiaires avec l’avantage au score, et ce n’est pas cher payé pour le promu, adversaire du soir.

La deuxième mi-temps reprend, à l’instar de la première, tambour battant avec une équipe locale toujours décidée à mettre des bâtons dans les roues du leader, avec une grosse occasion d’entrée, mais Babanco rate son face-à-face avec Ederson (48e). Dans la foulée, c’est Benfica qui va lui s’offrir une balle de break ; sur une erreur grotesque de Vana, Zivkovic sert un Mitroglou face au but vide, mais la frappe du meilleur buteur lisboète est contrée au dernier moment par le retour salvateur d’un défenseur adverse (57e).

Le match s’emballe, et si Mitroglou rate par deux fois l’occasion de mettre les siens définitivement à l’abri (59e, 65e), c’est Feirense qui se procure la plus grosse occasion de la seconde période, lorsque Karamanos reprend un corner parfaitement distillé par Babanco, sorti miraculeusement par Ederson (69e).

Benfica n’arrive toujours pas à se mettre à l’abri, et tremblera jusqu’au bout, et notamment suite à un contact litigieux dans la surface entre Etembe et Lindelof, face auquel Monsieur Soares restera de marbre (87e). Et finalement, sur un énième dégagement de la défense rouge, l’homme en noir siffle la fin du match. Rui Vitoria peut souffler, Benfica reste leader au terme de cette 24e journée.

→ Extra-time : L’heure est à la relance pour Braga.

Braga 3-1 Arouca, Estadio Municipal de Braga (8191 spectateurs)

 

Buteurs : Rui Fonte (12e, 69e), Rodrigo Battaglia (73e) pour Braga ; Mateus (16e) pour Arouca

 

Enfin une victoire pour les hommes de Jorge Simao, qui n’avaient plus retrouvé l’allégresse des trois points depuis plus d’un mois, enchaînant match nul sur match nul depuis la fin du mois de janvier. La réception d’un Arouca en perdition depuis le départ de Lito Vidigal semblait toute indiquée pour permettre aux Arsenalistas de reprendre leur marche en avant, espérant jusqu’au bout faire douter le Sporting dans la course à la troisième place.

Volontaires et appliqués, les pensionnaires du feu Estadio Axa mettent très vite à mal l’organisation défensive d’Arouca, et trouve la faille dès la douzième minute, grâce à la 7e réalisation de Rui Fonte, servi sur un plateau par Pedro Santos (12e). Cependant, symptomatique des problèmes existants dans cette équipe, l’égalisation de Mateus vient punir un relâchement mal venu des locaux (16e). Très vite, les joueurs de Braga reprennent le match en main, offrant par séquences de très belles combinaisons, sans résultat toutefois.

Paradoxalement, c’est au cœur d’une deuxième mi-temps bien moins maîtrisée que le Sporting Braga va faire la différence, grâce au doublé de Rui Fonte, bien servi par le latéral gauche Djavan (69e), avant de définitivement plier le match suite à la première réalisation du milieu de terrain Rodrigo Battaglia (73e). Jorge Simao peut exulter, son Braga relève la tête. Un retour en force à confirmer dans les semaines à venir tant Arouca n’a offert qu’une faible opposition dans ce match.

→ L’homme du week-end : Claudio Ramos (Tondela)

Paços Ferreira 0-0 Tondela, Estadio da Capital do Movel (2258 spectateurs)

 

Imbattable. Infranchissable. Inaltérable. Autant de qualificatifs dont aurait pu être crédité le portier de Tondela, Claudio Ramos, lors du déplacement de son équipe, englué dans la zone de relégation, du côté d’un Paços qui traverse ce championnat comme un fantôme, sans plus vraiment d’objectifs. Et pour cause, le gardien formé à Guimaraes a littéralement écœuré les attaquants adverses, et notamment l’homme en forme Welthon, qui n’aura jamais trouvé la faille d’un gardien sur un nuage, en témoigne notamment la claquette monstrueuse de Ramos sur un coup de tête à bout portant de Gege sur corner, en plein cœur de la deuxième mi-temps. Une prestation cinq étoiles qui permet à Tondela de prendre un bon point sur un terrain toujours compliqué, et de continuer à croire en son destin, eux qui ne pointent « seulement » qu’à quatre points de Moreirense et d’Estoril Praia.

Les autres résultats du week-end :

Moreirense 0-0 Boavista

Belenenses 2-1 Chaves (Maurides 71e, Caiero 90e+1 pour Belenenses, Tiba 45e pour Chaves)

Maritimo 1-0 Setubal (Fransergio, 21e)

Estoril 0-2 Rio Ave (Guedes 19e, Gil Dias 90e+1)

Maxence DURAND.

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here