Champions League

Ligue des champions (J6) : le PSG étrille Başakşehir et s’offre la première place du groupe H

Au lendemain des incidents racistes ayant entraîné la suspension du match, les Parisiens ont facilement disposé des Stambouliotes grâce à des buts de Neymar et Mbappé. Avec 12 points, les hommes de Thomas Tuchel s’offrent la première place de leur groupe.

 

Il n’y avait pas photo ce soir entre les champions de France et l’Istanbul Başakşehir. Porté par un très grand Neymar, le PSG a plié l’affaire en première période avant de gérer tranquillement la fin de rencontre.

 

Le film du match

Dix minutes. C’est le temps qu’aura duré le suspense dans cette dernière rencontre du groupe H. Pourtant, le PSG n’était pas revenu idéalement sur sa pelouse après l’interruption du match hier soir. Trop attentistes, les Parisiens laissent s’échapper Gulbrandsen qui amène un premier frisson sur la cage de Navas (15e). Une minute plus tard, Enzo Crivelli récupère un ballon dangereux suite à une passe mal assurée de Bakker, qui se heurte à son tour au portier Costaricien.

Mais l’espoir ne sera que de courte durée. A la 21e minute, Neymar hérite du ballon à trente mètres des cages de Günok, glisse son ballon entre les jambes de Ponck avant d’envoyer une enroulée somptueuse dans le petit filet turc. Derrière, les vice-champions d’Europe déroulent. Le Brésilien double la mise à la 38e minute, puis offre un pénalty à Mbappé quelques minutes plus tard (42e). 3-0, à la mi-temps, l’essentiel est assuré. Neymar (50e) puis Mbappé (62e) s’offriront respectivement un triplé et un doublé en seconde période. Topal (57e) inscrira le seul but de la rencontre côté Stambouliote.

 

Les joueurs : Neymar virevoltant, Verratti omniprésent

Si le PSG a eu la tâche facile ce soir, il le doit en grande partie à la prestation XXL de son numéro 10, qui s’offre son premier triplé en Ligue des champions pour le club de la capitale. Au-delà des buts et des exploits individuels, Neymar a aussi montré un visage qu’on lui connaît de plus en plus cette saison : celui du patron. Car le Brésilien ne s’est pas contenté de faire reluire ses statistiques ce soir. Il a été le maître à jouer de l’attaque Parisienne, en multipliant les caviars – pas toujours bien exploités – vers Mbappé, et en montrant une implication irréprochable dans les efforts collectifs. S’il maintient un tel niveau pour la suite de la compétition, le Paris Saint-Germain sera sans doute très difficile à battre.

Ce succès, le PSG le doit aussi à un Marco Verratti époustouflant depuis son retour de blessure. Ce soir encore, le milieu Italien était partout. Sa capacité à récupérer et à conserver le ballon a apporté le liant qui manquait dans l’effectif Parisien en début de saison. Très propre techniquement, il a fait beaucoup de bien à ses coéquipiers dans la relance, et s’offre même une passe décisive sur le premier but. Bref, c’est vraiment lui le poumon de cette équipe.

 

Non au racisme

Racisme : genoux à terre et poings levés avant PSG - Basaksehir

Crédit photo : La Voix du Nord

C’est l’image de la soirée. Après les incidents survenus la veille, le football a fini par reprendre ses droits au Parc des Princes, et c’est tant mieux. Mais cette rencontre restera tout de même durablement marquée par la solidarité affichée par les deux équipes, qui avaient choisi la veille de ne pas reprendre le match pour dénoncer les propos à caractère raciste du quatrième arbitre. Avant de reprendre la partie ce soir, les 22 acteurs, associés au corps arbitral, se sont agenouillés poing levé dans le rond central, en signe de protestation contre ce fléau qui n’épargne malheureusement pas le sport.

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire