NJPW – 47th Anniversary Event, un quarante-septième anniversaire en grandes pompes.

C’était il y a quarante-sept ans que le légendaire Antonio Inoki fondait la New Japan Pro-Wrestling. Elle a connu des très hauts comme des très bas mais elle est toujours là. Aujourd’hui, la promotion nippone a présenté son show pour célébrer cette quarante-septième bougie avec en tête d’affiche un affrontement au sommet entre le champion IWGP poids-lourd Jay White et le champion NEVER Openweight Will Ospreay. Sans oublier la légende Jyushin Thunder Liger qui combattait le champion Junior Heavyweight Taiji Ishimori et les ingouvernables BUSHI et Shingo Takagi qui défendaient leurs titres par équipe Junior contre la paire SHO & YOH.

BAGARRES EN PAGAILLE

Nous ouvrons l’événement par un bon gros cinq contre cinq des familles où les jeunes Ren Narita, Ayato Yoshida et Shota Umino épaulés par les vétérans Toru Yano et Togi Makabe posaient leur grappin sur les fieffés coquins de Bullet Club que sont Bad Luck Fale, Chase Owens et les samoans Tama Tonga, Tanga Loa et HIKUELO. Un opener bien vivant pour raviver la foule où Chase Owens plante Ayato Yoshida d’un Piledriver pour la victoire.

C’est ensuite Yuji Nagata et Toa Henare qui combattaient YOSHI-HASHI et la Grande Muraille du Japon Tomohiro Ishii. Si si il y’a bien une Grande Muraille aussi au Japon. Un combat qui a permis de construire le premier tour de la New Japan Cup entre Nagata et Ishii, qui se sont mis de frappes de darons comme pas possible, ce qui nous hype grandement pour leur mano a mano d’après-demain. Finalement, c’est ce bon YOSHI qui éclate Henare pour le compte de trois.

A nouveau un cinq contre cinq dans cette soirée : Ryusuke Taguchi et sa bande composée de Dragon Lee, Tiger Mask, Tomoaki Homna et Satoshi Kojima affrontait la bande de Minoru Suzuki composée de Taichi, Yoshinobu Kanemaru, TAKA Michinoku et El Desperado. Ce second cinq contre cinq a lui posé des bases pour la New Japan et c’est encore deux darons du ring Satoshi Kojima et Minoru Suzuki qui se sont claqués le beignet bien comme il faut en vue de leur match lundi prochain, nous sommes la hype. Sinon c’est Ryusuke Taguchi qui donne la victoire à son équipe après sa bonne vieille Dodon sur TAKA Michinkoku.

Minoru Suzuki avec des cheveux, mon dieu.

UN TROISIÈME RÈGNE POUR LES 3K ET ISHIMORI ÉTEINT LE FEU DE LA LÉGENDE

Les choses sérieuses commencent. Les ingouvernables BUSHI et Shingo Takagi défendaient leur titres Junior par équipe pour la seconde fois face au Roppongi 3K, SHO & YOH. Une véritable tuerie de plus de quinze minutes où les aspirants aux titres ont défait les champions pour s’adjuger pour la troisième de leur existence les titres Junior par équipe. Un combat qui confirme véritablement le statut de futures stars pour SHO & YOH.

Beaux mecs.

 

C’est ensuite le champion Junior Heavyweight Taiji Ishimori après avoir provoqué le légendaire Jyushin Thunder Liger lors de New Beginning is Osaka et ponctué d’excellents matchs en équipe il y a deux semaines lors de Honor Rising : Japan, allait enfin affronter la légende en personne. Et Jyushin Liger confirme qu’à 54 ans physiquement il en a encore 20 dans la tête où ses nearfalls ont fait sué toute la salle et son énorme charisme a pu élever le match comme il le fallait où Ishimori se mangeait la heat de sa vie. Malgré cela, il n’est pas parvenu à défaire Taiji Ishimori qui le soumettra d’un Crossface, on pleure.

Mais c’est pas finit, à la fin du match, le champion provoque toujours et demande un aspirant au titre et c’est Dragon Lee qui apparaît. Un combat acté pour le G1 Supercard au Madison Square Garden pour le 6 avril prochain. Cette fois-ci tu nous blesse pas le champion Dragon Lee, merci.

UN CHAOS INGOUVERNABLE

Un affrontement à 10 000 de workrate : Kazuchika Okada, Hiroshi Tanahashi et Hirooki Goto affrontaient nuls autres que Tetsuya Naito et ses fidèles lieutenants EVIL & SANADA, un combat qui promet.

Ça a fusé de partout pendant plus de dix minutes où l’on constate qu’à part le Mexique, seul la New Japan Pro-Wrestling à l’art du match à six où chacun brille de mille feux comme Kazuchika Okada et sa fluidité hallucinante.

Finalement c’est les stars de la promotion qui s’imposent grâce à Hirooki Goto qui plante SANADA pour le compte de trois, serait-ce la fin des claquettes-chaussettes pour Hirooki Goto ?

LE COUTEAU ASSASSIN 

Concluons cette belle soirée par la meilleure part du gâteau, un duel de champions entre le champion IWGP poids lourd Jay White et le champion NEVER Will Ospreay, sur le papier c’est déjà monstrueux.

Et ça l’a été, une bagarre de trente minutes où l’on constate que Jay White s’améliore toujours et encore, ça en est même incroyable. Jay White, c’est l’avenir. #JayWhite2022

Malheureusement pour Will Ospreay, qui malgré un public acquis à sa cause n’est pas parvenu à battre le champion suprême Jay White. Un combat extraordinaire de deux jeunes hommes de moins de 30 ans, ça laisse énormément de belles perspectives d’avenir, réellement.

On vous laisse cette magnifique séquence à retrouver sur la page Twitter de la New Japan Pro-Wrestling

 

La New Japan Cup approche à très grands pas. Le tournoi commence vendredi 8 mars et la hype est ultra présente avec un tournoi à trente-deux hommes au lieu de seize, une compétition qui va dérouiller sévère. Soyez fiers d’être fans de catch, comme toujours.

A propos de l'auteur

Huit ans de passion pour des combats d'hommes en slips parfois fluo. Une passion inébranlable.

Poster un commentaire

quis, facilisis eget venenatis, elementum elit. Lorem mattis