Olympique Lyonnais: à la reconquête de l’Europe

0
credits: Damien LG - OL
Ligue 1

Après une campagne européenne folle, qui a mené le club jusqu’en demi-finale de Champions League à Lisbonne, l’Olympique Lyonnais revient dans l’Hexagone pour faire face à sa première saison sans coupe d’Europe en plus de deux décennies.

Les Lyonnais sortent d’une saison très compliquée, marquée par l’échec Sylvinho, de graves blessures, de nombreuses désillusions en Ligue 1 et surtout d’une septième place et une défaite en finale de Coupe de la Ligue qui leur empêche d’accéder au moins à l’Europa League. Pour mieux préparer cette saison cruciale dans le projet Aulas, qui arrive bientôt au terme de son règne, il faut tout d’abord regarder ce qui n’a pas marché durant la saison 2019/2020, mais également comment Rudi Garcia a emmené ses hommes presque sur le toit de l’Europe.

Nouveau projet, mêmes problèmes

La saison estivale 2019 fut un été de toutes les promesses : limogeage de Bruno Génésio, haït par les supporters, remplacé par Sylvinho, un ancien joueur brésilien sans expérience au poste de numéro un sur le banc, dégoté par la nouvelle figure du projet Lyonnais, Juninho. Le premier arrive avec des promesses de beau jeu et d’intensité, alors que Juni revient en tant que directeur sportif au club avec qui il a gagné sept titres de champion de France. Un nouveau cycle démarre, des joueurs prometteurs arrivent comme Jeff Rene-Adelaïde, Jean Lucas, Andersen et Koné, en plus de Thiago Mendes. Un jeu de possession se met en place, l’OL gagne ses deux premiers matchs assez largement (3-0 vs Monaco et 6-0 vs Angers), les promesses se tiennent. Malheureusement, très rapidement, le projet dégringole : aucune victoire en deux mois, qui conduit le limogeage de l’entraineur brésilien après une défaite dans le derby. Une vraie fragilité contre les petites équipes persiste depuis quelques saisons, mais en plus s’ajoutent des performances très moyenne dans les grands matchs, pourtant la spécialité lyonnaise.

Rudi Garcia, ancien entraineur de Marseille, arrive au club, sous une pluie d’insultes des supporters qui ne croient déjà plus au projet. Les recrues ne sont pas au niveau, les cadres ne sont pas là, on ne fait pas jouer les jeunes qui ont envie de se montrer et les choix tactiques sont très discutables. Cependant, Garcia arrive tout de même à qualifier le club pour les huitièmes de finale de la C1 et enchaîne 8 matchs sans défaite à cheval sur la nouvelle année. Sur cette période, le club perd Memphis Depay et Jeff Rene-Adelaïde pendant le même match avec les croisés du genou, out pour toute la saison (du moins, sur une saison habituelle…). Les leaders se cachent de plus en plus, les erreurs défensives sont plus en plus régulières et le manque de qualité de l’effectif est de plus en plus flagrant. Les supporters sont de plus en plus agacés, se prennent à Marcelo très régulièrement, la séparation entre le club et les supporters semble inéluctable.

2020, une année riche en émotions

En janvier, Juninho montre que c’est lui le patron, en laissant de moins en moins la parole à Florian Maurice, responsable du recrutement. Le brésilien va chercher le capitaine de la sélection olympique brésilienne, Bruno Guimarães, un milieu défensif avec une vraie qualité ballon au pied. Rudi Garcia l’intègre directement dans un milieu solide mais joueur avec Houssem Aouar et Lucas Tousart, et change son système en passant à trois derrière pour affronter la Juventus en Février. Match difficile, dans des conditions sanitaires compliquées, mais une victoire lyonnaise à domicile avec un but de Tousart. Un groupe commence à se former…

Quelques jours plus tard, Bruno Guimarães sort le gros jeu dans le derby, une victoire probante avec un doublé de Dembélé. Les promesses de début de saison refont surface, cette équipe excite plus d’un et rêve d’une qualification pour les quarts de finale de la C1. Malheureusement, une défaite écrasante face au PSG en Coupe de France et une autre en Ligue 1 face à Lille calment quelque peu les ardeurs lyonnaises, juste avant le confinement. Une période marquée par l’arrêt prématuré du championnat, de nombreuses déclarations du club et particulièrement du président Jean-Michel Aulas, qui s’en prend ouvertement à la Fédération, la Ligue et les autres instances et clubs français, qui ne semblent pas comprendre la gravité de la situation. Oui, il défend les intérêts de son club, bloqué à la septième place du championnat, mais également d’un championnat qui va souffrir gravement sur le plan économique post-COVID19. Le groupe se soude et attend patiemment le retour de la Champions League…

credits: Damien LG – OL

Épopée européenne, les Lyonnais rugissent à nouveau

Le club est le premier à reprendre les terrains en France pour la préparation, plus de deux semaines avant le PSG, qui sera aussi en compétition durant l’été. Les joueurs ont fait attention à eux, reviennent en meilleure forme, les blessés font leur retour, et le groupe est plus fort et soudé qu’auparavant. Lucas Tousart partit pour Berlin, Maxence Caqueret fait son entrée dans l’équipe pour affronter la Juventus à Turin début Août. Le jeune homme illumine la scène par son talent et son envie de courir de la première à la dernière minute. Les Lyonnais, grâce à une panenka de Depay, tiennent leur qualification inespérée face à un grand Ronaldo. La défense a été solide, Aouar génial et le groupe motivé pour aller toujours plus haut. Ils rejoindront la crème de la crème européenne à Lisbonne pour le Final 8, un tournois sous forme de Coupe du Monde pour décider du vainqueur de la C1.

Pep Guardiola et l’armada de Manchester City se dresse devant les Lyonnais, et là encore, Rudi Garcia emmène ses hommes toujours plus haut et sort l’ogre mancunien après une masterclass tactique, physique et technique. Les stars sont au rendez-vous, les bouc-émissaires du début de saison (Marcal, Marcelo, Cornet…) sont ultra performants, qui peut les arrêter ? Le Bayern Munich. Malheureusement, pour les Gones, les munichois sont trop fort individuellement et sortent les lyonnais, mais ils garderont la tête haute après un très beau parcours. Le Bayern ira ensuite gagner la finale face au PSG, donc pas de regrets d’avoir perdu contre les meilleurs.

Les leçons à tirer

Les jeunes Bruno Guimarães, Caqueret et Cherki ont éclos, un esprit d’équipe est né en cette fin de saison, Rudi Garcia a surement trouvé la bonne formule pour aller de l’avant et il y a des vraies promesses pour la saison prochaine, surtout avec l’expérience engrangée en Coupe d’Europe. Malheureusement, nombreux cadres vont partir et il va de nouveau reconstruire l’effectif, cette fois ci avec plus de qualité et des cadres plus performants pour aider l’éclosion d’une nouvelle génération de jeunes joueurs. Il faudra impérativement faire confiance aux jeunes qui arrivent comme Melvin Bard, rester soudé et sortir les joueurs qui ne sont pas motivé ou qui n’ont pas le niveau pour jouer dans ce club. Il y aura de nombreux chantiers durant le mercato qu’on va examiner tout de suite.

Un effectif à reconstruire

Tout d’abord avant de regarder l’effectif général, il faut noter les très probables départs de Houssem Aouar et Moussa Dembélé, les deux joueurs avec la plus grosse cote. Celui de Memphis Depay a également de fortes chances de se concrétiser. Voici l’effectif actuel, quelques jours après la sortie de la Champions League :

Gardiens : Lopes, Tatarusanu, Racioppi

Défenseurs centraux : Marcelo, Marcal, Andersen, Denayer, Ozkacar

Latéraux : Raffael, Tete, Dubois, Bard, Koné, Cornet

Milieux : Aouar, Mendes, Caqueret, Guimarães, Jean Lucas, Rene-Adélaïde, Cherki, Camillo

Ailiers : Traoré, Soumaré

Avant-centre : Depay, Dembélé, Pintor, Kadewere, Toko-Ekambi

Départs déjà actés : Terrier (Rennes), Kalulu (AC Milan), Gouiri (Nice), Tousart (Hertha Berlin), Cheik (Dijon), Solet (Salzburg), Yanga-Mbiwa (fin de contrat)

Arrivées déjà actées : Ozkacar, Kadewere, Pintor, Toko-Ekambi

Mercato mouvementé

Sans Champions League, l’effectif va beaucoup changer, surtout avec la crise de COVID19, le club doit dégraisser. Les joueurs qui vont rapporter beaucoup d’argent (Dembélé, Aouar, Depay) seront les premiers à partir, puis le poste d’arrière droit est trop fourni (Raffael ou Tete doit partir), Traoré est poussé vers la sortie, certains joueurs manque de qualité mais auront surement une deuxième chance (Jean Lucas, Koné, Mendes). Marcal et Marcelo ont surement regagné la confiance de Rudi Garcia grâce à leurs performances en C1.

Rumeurs de départs

Aouar : Manchester City, Réal Madrid, Juventus, Arsenal

Dembélé : Manchester United, Manchester City

Depay : Barcelone

Tete : Marseille

Traoré : Betis Seville, Everton, Newcastle, Leicester

Koné : Prêt en Ligue 1

Inversement, il faut refournir l’effectif qui va viser un beau parcours en Coupe de France et espérer décrocher une place en Champions League, ou Europa League au pire. Un nouveau défenseur central pourrait être recruté, un avant-centre pour remplacer Dembélé (malgré l’arrivée de Kadewere), un milieu offensif pour remplacer Aouar, un ou plusieurs ailiers et un milieu défensif pour combler le départ de Tousart. Cependant, une vraie solution à ces problèmes serait de faire confiance aux jeunes, qui pourrait être promus de l’effectif de Youth League ; il faudra cependant recruter quelques cadres pour mener cette équipe. Le club a déjà enregistré l’arrivée du jeune Ozkacar pour 1.5m€ en défense centrale et a promu Soumaré et Cherki au groupe pro. Florent Da Silva au milieu et Eli Wissa en attaque pourrait les suivre depuis la Youth League. Il faudra toute façon faire plus confiance aux jeunes après les départs chocs de Solet, Gouiri et surtout Kalulu.

Rumeurs d’arrivées : Sakho, Vida ; Cyprien, Gustavo, Bakayoko, Pellistri, Stevanovic ; Gameiro

Une saison à quitte ou double

Avec encore de nombreux départs, l’Olympique Lyonnais va encore devoir se reconstruire, comme chaque année. Cependant, cette année, il ne va pas falloir faire d’erreur et faudra aller chercher une compétition européenne pour relancer le projet et refaire venir de grands joueurs. Le joueur qu’il faudra vraiment observer cette saison, sera bien évidement Maxence Caqueret. Après des matchs de très grande classe en Champions League, avec moins de 20 matchs en pro, le jeune lyonnais a tout à prouver cette saison. Il montre de la détermination, beaucoup d’envie, un esprit combatif et une intelligence tactique et technique hors du commun. Avec le départ presque acté de Aouar, il va avoir encore plus de responsabilité, mais il a certainement l’envie et les qualités pour être un grand joueur.

Si Rudi Garcia garde le même système, que le club investit bien durant le mercato ou trouve de nouvelles pépites en interne (tout en leur faisant confiance), la saison peut être très intéressante et mener à une qualification européenne. Sans matchs en milieu de semaine, et une préparation réussie comme pour le Final 8, le club peut réussir de grandes choses. Pronostic : une place en Champions League, à gagner face à Nice, Marseille Lille et Rennes.

 

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here