Paris-Nice 1998 : Frank Vandenbroucke met fin à la suprématie de Jaja

0
Ligue 1

La 56e édition de Paris-Nice s’est déroulé du 8 au 15 mars 1998. Le grand favori est bien sûr Laurent Jalabert, triple vainqueur vainqueur sortant mais qui est tombé malade pendant sa préparation. La formation Festina est venue fortement armée avec Richard Virenque et les Suisses Alex Zülle – lauréat en 1993 – et Laurent Dufaux. Enfin, le retour d’un certain Lance Armstrong a attiré l’attention des suiveurs après son cancer.

D’abord, la première étape a été un contre-la-montre individuel dans les Hauts-de-Seine dans Suresnes sur une distance de 10 kilomètres 300. Dès cette première journée, Frank Vandenbroucke – parti avec le dossard 27 – a imposé sa classe à Laurent Jalabert sur un tracé mouillé par les averses. Le jeune prodige Belge a profité d’un parcours mêlant longue ligne droite et une petite bosse bien sévère – le Mont Valérien – pour battre de 7 secondes le temps du leader de la ONCE. Le troisième Bruno Boscardin est pointé déjà à vingt secondes alors que son leader Zülle a déjà perdu vingt et une secondes.

Ensuite, direction la Bourgogne et Sens sous le soleil. Vandenbroucke en a profité pour prendre quelques secondes des de bonifications face à son rival. Après une échappée de Gilles Bouvard de l’équipe Casino-AG2R, le jeune puncheur Espagnol de la ONCE David Etxebarria a pris le meilleur sur Lauri Aus (Casino-AG2R) sur un circuit final exigeant à faire 4 fois avec la côte du Paron et ses passages à 12 %. Vandenbroucke a complété le podium à 5 secondes. Enfin, les bordures du début d’étape ont fait une victime : Armstrong, qui a abandonné.

Par la suite, deux arrivées massives ont attendu les coureurs. La première a eu lieu à Nevers. Après quelques batailles entre Jalabert et Vandenbroucke pour grappiller des secondes et un peloton emmené route la journée par la Mapei, le champion de Belgique Tom Steels a battu Frédéric Moncassin.

Le lendemain, l’étape a débuté sous la pluie et le froid en direction de Vichy avant de retrouver une route sèche dans le final. Dans un premier temps, cette étape a été marquée par l’échappée du champion de France Stéphane Barthe et une offensive de l’équipe Festina avec Alex Zülle rapidement neutralisée par le leader de la course en personne. Finalement, Tom Steels a doublé la mise facilement au sprint devant Andreï Tchmil.

La cinquième étape a été raccourcie entre Cusset et le Col de la République à cause des conditions hivernales. Le col du Beau-Louis était impraticable à cause du verglas dont le départ a été reporté au kilomètre 44. Dans la montée finale, Vandenbroucke a fait exploser la concurrence et seulement le grimpeur Marcelino García a résisté un instant au Belge avant de lâcher prise sur le haut du col. Alex Zülle a pris la troisième place à 22 secondes. Pourtant dès le pied du col final, Heras et Garcia ont été les premiers à attaquer. Massi et Zülle ont suivi cette offensive. Mais, au milieu du col, VDB a accéléré pour ensuite déborder le quatuor de tête et s’imposer avec autorité. Jaja a fini derrière Zülle et Massi et son rêve de quatrième victoire de suite a commencé à sérieusement prendre du plomb dans l’aile.

Puis, le peloton de Paris-Nice a pris la direction de Sisteron pour la 6e étape tout en retrouvant le soleil et un peu douceur. La formation ONCE a profité des difficultés du parcours avec le col de l’Homme-Mort pour tenter à nouveau d’isoler Vandenbroucke. Mais, ce dernier a recollé. Jaja a même tenté sa chance en descente mais en vain. Finalement, après plusieurs attaques notamment de Bobby Julich (Cofidis), Andreï Tchmil s’est imposé avec quelques mètres d’avance sur le peloton. Il a devancé deux coureurs de la Banesto : Francisco Mancebo et José Luis Arrieta. Le naturalisé Belge a fait le coup du kilomètre comme

Pour la veille de l’arrivée, les organisateurs avaient proposé une étape vallonnée vers Cannes. Encore une fois Andreï Tchmil s’est montré le plus rapide au sprint devant le champion de France Stéphane Barthe et de Laurent Jalabert.

Enfin, la dernière étape en ligne autour de Nice a permis à Christophe Capelle de sauver l’honneur des coureurs français au tableau des victoires d’étape. Le tricolore a battu sur la promenade des Anglais Tom Steels et Jay Sweet de la Big-Mat Auber 93.

Au classement général, Frank Vandenbroucke s’est finalement imposé de 40 secondes sur Jalabert et de 48 secondes sur Garcia. Alex Zülle (4e à 59 secondes) et Rodolfo Massi (5e en 1’11”) ont complété le top 5.

Photo : Paris-Nice

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here