Paris-Troyes (1.2) : Jeremy Cabot confirme son bon début de saison

Dans des conditions météorologiques tumultueuses, c’est finalement Jeremy Cabot (SCO Dijon-Team Materiel-velo.com) qui l’emporte au sprint devant Tony Hurel (St-Michel Auber 93) et Milan Menten (Sport Vlaanderen-Baloise).

Les coureurs engagés dans cette 61è édition du Paris-Troyes auront tout connu : le vent, la pluie, la grêle, rien ne leur aura été épargné !

C’est pourtant une course animée à laquelle on a pu assister entre Nogent-sur-Seine et Troyes ! Tout au long des 187 kilomètres de course, et des 16 ascensions consécutives des côtes de l’escargot de côtes de Macey, ça n’aura été qu’une succession d’attaques, de contres et de regroupements souvent au gré des conditions climatiques.

Dans les dernier kilomètres, un groupe de six coureurs semblait pouvoir résister au retour d’un peloton coupé en deux. Composé de Julien Van den Brande, Jan Maas, Elias Van Breussegem, Pierre Idjouadienne, Ole Forfang et Alexys Brunel, c’est finalement ce dernier qui va prendre sa chance en solitaire. Il faut dire que l’écart, passé sous les 15 secondes entre ce groupe de fuyards et le premier peloton, devenait rédhibitoire pour qui voulait s’adjuger la victoire finale.

Il n’y aura malheureusement pas eu de miracle pour le coureur de la formation Groupama-FDJ Continental qui sera, à son tour, repris par un groupe de 26 costauds bien décidés à en découdre groupés. Paul Ourselin, de la formation française Direct-Energie n’a pas bataillé longtemps non plus malgré une attaque en solitaire à 19 kilomètres de l’arrivée.

C’est donc le coureur de la formation bourguignonne Jeremy Cabot qui l’emporte et vient confirmer un très beau début de saison. On se rappelle qu’il avait raflé la mise dans le Circuit des Commune de la Vallée du Bédat, et dans la troisième étape des Boucles du Haut-Var.

Crédit photo : Twitter – Thomas Malheux

A propos de l'auteur

Fan de foot mais aussi de Serie A, je prends autant de plaisir à voir jouer Gilles Simon qu'à attendre une arrivée au sprint entre les Alpes et les Pyrénées. Talking Heads et Panetonne.

Poster un commentaire

Phasellus Aliquam mattis et, commodo id ipsum id consectetur felis