Pays de Galles – France : l’exploit ou la porte

Après l’annulation de sa quatrième et dernière rencontre de poule face à l’Angleterre, l’équipe de France va retrouver les terrains ce dimanche. Opposés au Pays de Galles (09h15), vainqueur du dernier Tournoi des 6 Nations, les Bleus devront sortir un match référence s’ils veulent avoir une chance de passer cet obstacle.

 

Des Bleus sans réelles garanties

Ce dimanche, le rapport de force sera déséquilibré. En difficultés depuis plusieurs années déjà, le XV de France s’est certes assuré une qualification pour les quarts de finale en battant les Tonga il y a deux semaines, mais il a été loin de rassurer son monde à l’aube de la phase finale. En effet, après une entame de match satisfaisante, les coéquipiers de Camille Chat -une des rares satisfactions de cette rencontre- sont retombés dans leurs travers. En difficulté au niveau de la ligne d’avants face à la densité physique imposée par les tongiens, comme cela avait déjà pu être le cas face aux Etats-Unis, les Bleus ont une nouvelle fois pennés à remettre de l’avancée lorsqu’ils connaissaient un temps faible. Cela avait d’ailleurs déjà failli leur porter préjudice lors du match inaugural face à l’Argentine, où les Français s’étaient écroulés après la pause, ne passant qu’à une petite pénalité argentine de repartir bredouilles de cette Coupe du monde.

Alors que le schéma interne au niveau du staff (tandem Galthié-Brunel) est toujours aussi flou, cette équipe peine à trouver un style de jeu cohérent et qui lui est propre. En effet, difficile de passer en un claquement de doigts à un jeu de mouvement (complexe à mettre en place) lorsque ce n’était plus le cas depuis de nombreuses années. En clair, compliqué de dégager une réelle identité de jeu, bien que le groupe France comporte sur le papier un gros potentiel, avec des joueurs comme Damian Penaud, Antoine Dupont ou encore Grégory Alldritt pour ne citer qu’eux.

Par ailleurs, l’annulation de la rencontre face aux Anglais ne nous a finalement pas permis de voir ce que la France pouvait proposer face à une nation de ce standing, ce qui ne nous donne pas plus de garanties concernant cette équipe.

 

Des Gallois sûrs de leurs forces

A l’inverse, les Gallois avancent eux de façon souveraine dans leur Mondial. Malgré des rencontres parfois sous le signe des montagnes russes au niveau de la constance, les hommes de Warren Gatland ont terminé à la première place de leur groupe, avec quatre victoires en autant de rencontres, battant notamment l’Australie (29-25) et les Fidji (29-17).

Dans leur style caractéristique, les Gallois proposent un rugby solide, et imposent un réel défi physique à leurs adversaires. Après une phase de poule réussie et un dernier succès anecdotique face à l’Uruguay dimanche dernier, les coéquipiers d’Alun Wyn Jones se projettent désormais sur la rencontre face à la France dans le costume du favori. Vainqueur des deux dernières confrontations, et même de six des sept derniers affrontements entre les deux nations, le Pays de Galles a les armes pour disposer de Français qui feraient bien de s’inspirer du modèle gallois s’ils veulent espérer se reconstruire en vue de la Coupe du monde 2023 sur leurs terres.

Avec une ligne d’avant plus forte, et une équipe qui a l’habitude de jouer ensemble et dont les automatismes sont évidents à tous les étages, l’opposition galloise sera un obstacle de taille pour les Bleus. Les coéquipiers de Guilhem Guirado devront se montrer intraitables sur les fondamentaux, et bien défendre, face à une ligne arrière adverse très en vue, notamment lors du match face aux Fidji (lors duquel Josh Adams s’est distingué en inscrivant un triplé).

Alors motif d’espoir pour la bande de Jacques Brunel ? Les rencontres entre les deux équipes sont généralement serrées, les Bleus connaissent bien leurs adversaires, et le XV du Poireau peut parfois avoir la fâcheuse habitude de se mettre au niveau de ses adversaires du jour. Pour le reste, on peut noter la potentielle faiblesse des Gallois au niveau de leur demi d’ouverture Dan Biggar, qui a déjà subi deux commotions depuis le début du Mondial, mais sinon, on repassera, il n’y a pas vraiment de quoi être optimiste.

 

Des compositions sans aucune surprise

La composition de la France : Médard – Penaud, Vakatawa, Fickou, Huget – Ntamack, Dupont – Ollivon, Alldritt, Lauret – Vahaamahina, Leroux – Slimani, Guirado (cap), Poirot.

Remplaçants : Chat, Baille, Setiano, Gabrillagues, Picamoles, Serin, Lopez, Rattez

La composition du Pays de Galles : L. Williams – North, J. Davies, Parkes, J. Adams – (o) Biggar, (m) G. Davies – Tipuric, Navidi, Wainwright – A.W. Jones (cap.), Ball – Francis, Owens, W. Jones. Remplaçants : Dee, Smith, Lewis, Shingler, Moriarty, T. Williams, Patchell, Halfpenny.

 

Plus cohérent, plus puissant et plus expérimenté que l’équipe de France, le XV du Poireau devrait selon nous s’imposer face à un XV du coq en manque de repères, et qui a déjà obtenu ce qu’il voulait lors de cette Coupe du monde. Cependant, même si ça a moins été le cas sur les derniers mois, on sait que le XV de France n’est jamais aussi fort que lorsqu’il n’est pas attendu. Impossible n’est pas français.

 

Crédit photo de l’image en Une : Actu.fr

 

Grégoire ALLAIN

A propos de l'auteur

Surnommé l'électron libre. Fan de Rafa, et heureusement car ce n'est ni l'OL ni le Stade Français qui satisfont mon capital victoires chaque week-ends. Bon sinon, je réussis quand même à être objectif dans mes articles, sauf quand il s'agit d'écrire sur pourquoi le PSG peut-il un jour gagner la Ligue des Champions.

Commentaires

  • Avatar
    Chico
    20 octobre 2019

    Vraiment dommage de perdre de cette façon .

Poster un commentaire

venenatis, libero Aenean leo. commodo Curabitur tristique mattis at porta. ut adipiscing