Cyclisme

Présentation Critérium du Dauphiné 2022 : Parcours, Favoris, Horaires …

Primoz Roglic

Ineos Grenadiers a remporté sept des onze dernières éditions du Critérium du Dauphiné, mais Jumbo-Visma semble être la force dominante cette année, avec Primož Roglič comme grand favori pour la victoire.

Cette course par étapes d'une semaine dans la région Rhône-Alpes de la France est l'une des principales courses de préparation avant le Tour de France. Elle débute le dimanche et se termine 8 étapes plus tard, un peu moins de trois semaines avant le Grand Départ du Tour à Copenhague.

Les favoris 

La course a peut-être perdu un peu de son statut de course de préparation au Tour. Tadej Pogačar, vainqueur des deux derniers Tours, a une fois de plus choisi de courir le Tour de Slovénie dans son pays d'origine. Le trio de tête probable de l'équipe Ineos pour le mois de juillet – Adam Yates, Dani Martinez, et Geraint Thomas – sont tous en action au Tour de Suisse, qui se chevauche d'un jour, laissant Ineos avec une sorte d'équipe B au Dauphiné.

Jumbo-Visma, cependant, y va à fond. Ils n'emmènent pas seulement Roglič, mais aussi ce qui semble être un groupe presque complet pour le Tour de France, y compris le co-leader Jonas Vingegaard, qui a impressionné en se classant deuxième au classement général du Tour l'année dernière. Wout van Aert sera également présent, le champion belge n'étant pas seulement un soutien de luxe mais aussi un prétendant possible pour une variété d'étapes, notamment le contre-la-montre de mi-course.

Steven Kruijswijk et Tiesj Benoot complètent le groupe. Jumbo-Visma a indiqué qu'il y a trois noms confirmés sur leur liste de Tour – Roglič, Vingegaard, Van Aert – mais les quatre autres sont tous sur la longue liste. À eux deux, Roglič et Van Aert pourraient se battre pour la plupart des étapes de la plupart des courses. Il est certainement moins montagneux que ces dernières années, l'accent étant mis sur le terrain vallonné. Il n'y a que deux véritables étapes de montagne, ce qui rend le long contre-la-montre de mi-course encore plus important. Roglič, le champion olympique du contre-la-montre et un coureur capable non seulement de gagner des étapes en montagne, mais aussi de prendre des secondes de bonus tout au long de la course, va en prendre pour son grade.

Pour ce qui est de la concurrence, il n'y a pas de Pogačar, mais l'équipe UAE Team Emirates alignera néanmoins une équipe solide, emmenée par Brandon McNulty, qui a bien commencé sa troisième année en tant que professionnel. Comme Roglič, il sera probablement très performant dans le contre-la-montre et y gagnera du temps sur les purs grimpeurs. Deux autres des principaux lieutenants de Pogačar – Rafal Majka et George Bennett – seront également présents, tout comme le prodige espagnol Juan Ayuso.

Les Ineos Grenadiers, quant à eux, sont menés par Tao Geoghegan Hart, vainqueur du Giro d'Italia 2020. Le Britannique est cependant loin d'être certain de figurer sur la liste des coureurs du Tour et, après une saison relativement discrète jusqu'à présent, il aura à cœur de saisir une rare occasion de prendre le leadership. Filippo Ganna est une valeur sûre pour le Tour et sera présent au Dauphiné pour affiner ses compétences en contre-la-montre lors de la quatrième étape avant le premier TT du Tour, tandis que Dylan van Baarle est un autre équipier probable pour le Tour, mais qui devrait passer chez Jumbo-Visma la saison prochaine. Le coureur Ineos le plus actif pourrait s'avérer être Ethan Hayter, un talent en pleine ascension qui trouvera la richesse des étapes modérément vallonnées bien adaptée à son arrivée rapide sur un terrain difficile.

Enric Mas (Movistar) est le prochain grand nom des prétendants au Tour de France, tandis que David Gaudu mène Groupama-FDJ aux côtés de Michael Storer, tandis que Thibaut Pinot vise le Tour de Suisse. Gaudu est un grimpeur hors pair, doté d'un coup de pied rapide à l'arrivée, mais sa candidature au classement général est compliquée en raison de ses performances dans le contre-la-montre.

Les deux Australiens Ben O'Connor (AG2R Citroën) et Jack Haig (Bahrain Victorious) seront encouragés par la récente victoire de leur compatriote Jai Hindley au Giro d'Italia, alors qu'ils tenteront d'établir leurs références au Tour de France. Par ailleurs, la liste des partants n'est pas encore complète, mais elle comprend des coureurs comme le triple vainqueur du Dauphiné Chris Froome (Israël-Premier Tech) et quelques coureurs qui cherchent à profiter de leur forme post-Giro, comme Wilco Kelderman (Bora-Hansgrohe).

Le parcours du Dauphiné 2022

Le Dauphiné 2022 comprend huit étapes, les plus cruciales du point de vue du classement général étant le contre-la-montre de la quatrième étape et les arrivées au sommet des deux derniers jours. Il n'y a pas beaucoup de terrain plat, ce qui explique pourquoi il n'y a qu'un seul sprinter – Dylan Groenewegen (BikeExchange-Jayco) – sur la liste de départ provisoire initiale. La course s'ouvre sur deux étapes dans la région vallonnée de l'Ardèche, qui se prêtent peut-être davantage à des sprints groupés réduits de la part des grimpeurs les plus forts, ou à des échappées potentielles réussies.

L'étape d'ouverture est une étape de 192 km de La Voulte-sur-Rhône à Beauchastel, avec un circuit final qui contient une montée à 30 km de l'arrivée, où les sprinters devront se battre pour rester dans le coup. La deuxième étape vers Brives-Charensac comprend une longue montée de catégorie 2 avant une descente et plusieurs autres ondulations sur le parcours d'arrivée. La première arrivée en côte aura lieu dans la région du Puy-de-Dôme, à Chastreix-Sancy, lors de la troisième étape, une autre étape vallonnée qui culmine avec une montée finale de 6,2 km à 5,6 %.

La quatrième étape est le contre-la-montre – non seulement une étape clé dans la course au classement général, mais aussi un test important avant le Tour de France. Avec 31,9 km, c'est une épreuve longue qui déterminera de manière significative le classement et l'action à suivre dans les montagnes. Partant de Montbrison, l'arrivée à La Bâtie d'Urfé est située plein nord, mais il y a plusieurs virages, bien que le terrain soit en grande partie plat.

La course se dirige ensuite vers les Alpes via deux autres étapes vallonnées. La première étape se dirige vers Chaintré, au nord de Lyon, et, malgré quelques coups de pouce tardifs, est la plus susceptible de se terminer par un sprint du peloton. L'étape suivante vers Gap semble être un terrain fertile pour une échappée, avec deux ascensions de catégorie 2 et un parcours vallonné.

Le dernier week-end est celui où l'on retrouve la course sur un terrain pour lequel le Dauphiné est plus connu : les Alpes. Cette année, l'action en montagne est condensée en deux jours, mais ils sont tous deux courts et potentiellement explosifs. La première part de Saint-Chaffrey et se dirige directement vers le Col du Galibier (du côté le plus facile) à 2642 mètres d'altitude, avant une longue descente dans la vallée et une ascension du douloureux Col de la Croix de Fer. Ces deux ascensions hors-catégorie n'ont rien à envier à l'arrivée au sommet, une ascension relativement rapide de 5,7 km (7,2 %) jusqu'à la station de ski de Vaujany. Le dernier jour commence également par une montée difficile – le col de Plainpalais (catégorie 1) – avant un passage plus doux et ensuite le col de la Colombière (catégorie 1). Cette fois, l'arrivée au sommet est une bête : 11,3 km à 9,2 % jusqu'au Plateau de Solaison, où Jakob Fuglsang a radicalement renversé Richie Porte le dernier jour de l'édition 2017.

Dernières publications

En haut