Cyclisme

Présentation – Dwars door Vlaanderen

Dwars door Vlaanderen

La Dwars door Vlaanderen de mercredi verra Mathieu Van der Poel et Tadej Pogačar faire leur entrée dans les classiques pavés et préparer le terrain pour le dimanche des dimanches, le Tour des Flandres.

Alors que le compte à rebours pour De Ronde commence vraiment, la grande question qui plane encore dans l'air flamand est de savoir si Wout van Aert et Jumbo-Visma peuvent être arrêtés. Alors que Van Aert se pavanait ces derniers jours, Pogačar et Van der Poel étaient occupés à autre chose, mais les “trois grands” sont maintenant prêt à s'affronter en même temps. L'affrontement direct devra attendre les Flandres dimanche, Van Aert se reposant après ses exploits à l'E3 et à Gand-Wevelgem, même si la Dwars door Vlaanderen reste l'une des courses idéales pour préparer le Tour des Flandres. Van Aert s'est distingué ce printemps flamand, en remportant l'Omloop Het Nieuwsblad, puis en imposant son autorité à l'E3, où la force de son équipe Jumbo-Visma a été soulignée non seulement par un doublé mais aussi par la présence de quatre coureurs dans le top 12. Ils ont été déçus à Gent-Wevelgem, mais Van Aert a quand même dépassé tout le monde au Kemmelberg et Laporte s'est faufilé pour prendre la deuxième place, battu par Biniam Girmay au sprint.

Avec Girmay qui retourne en Érythrée, Tom Pidcock qui n'est toujours pas au mieux de sa forme et Julian Alaphilippe qui évite les pavés, il y a une place vacante pour le rôle qui consiste à mener la bataille contre l'équipe et le coureur qui semblent être plusieurs niveaux au-dessus du reste. C'est le cas de Pogačar et Van der Poel.

Van der Poel n'est pas étranger à ces courses. En effet, il a remporté Dwars door Vlaanderen au printemps 2019, et il a enchaîné avec le titre du Tour des Flandres l'année suivante. Son hiver et sa pré-saison ont été gâchés par une blessure persistante au dos, mais il a fait un retour sensationnel à Milan-San Remo il y a un peu plus d'une semaine, se classant troisième après ne pas avoir couru sur route pendant six mois et après avoir décidé de rouler seulement quelques jours avant la course. Sa victoire d'étape au Coppi e Bartali la semaine dernière a confirmé qu'il ne s'agissait pas d'un cas isolé, et le court bloc de course n'aura fait qu'améliorer sa forme. Il est un candidat sûr pour mercredi, ce qui nous permettra de savoir s'il est un candidat sûr pour dimanche.

Quant à Pogačar, il y a plus de points d'interrogation étant donné qu'il n'a jamais couru sur des pavés, mais là encore, les points d'interrogation sont vite lever Slovène. Vainqueur de deux Tours de France, Liège-Bastogne-Liège, Il Lombardia, et Strade Bianche, il peut, semble-t-il, faire tout ce qu'il veut, et il semble vouloir gagner les cinq Monuments de sa carrière. À ce stade, il serait sans doute plus surprenant qu'il ne le fasse pas.

À ce titre, tous les clichés sur les classiques pavées et l'importance de l'expérience, déjà déboulonnés par Girmay, semblent encore plus redondants lorsqu'on parle de Pogačar. Pourtant, sa participation à Dwars est une sorte d'échauffement et de tremplin vers dimanche – une chance de se familiariser avec les bosses et les rythmes des Ardennes flamandes avant le grand jour. 173 autres coureurs figurent sur la liste de départ de mercredi, mais aucun ne sera observé et scruté avec autant d'intérêt et d'excitation que Pogačar et Van der Poel.

Le parcours 

Il y a quelques années, la Dwars door Vlaanderen a supprimé les Trois Jours de La Panne pour permettre à l'organisation des Flanders Classics de s'emparer du créneau pré-Flandres en milieu de semaine. Depuis lors, la course est devenue plus vallonnée et pavée pour imiter De Ronde mais, pour ne pas décourager les favoris si près du dimanche, elle s'est réduite à un format plus compact, avec 184 km cette année.

L'édition 2022 présente un aspect familier, avec un départ de Roulers, une arrivée à 15 km de là, à Waregem, et une plongée dans les Ardennes flamandes entre les deux. Cependant, il y a une touche de nouveauté puisque les organisateurs ont décidé d'éviter une série de montées bien connues au profit de nouvelles montées, sans oublier quelques secteurs pavés supplémentaires.

Après une introduction plate de 50 km, la “zone de collines” est condensée dans le triangle Ronse-Brakel-Oudenaard. Il n'y a pas de Kruisberg, Kluisberg, Taaienberg ou Steenbekdries cette fois-ci, remplacés par les moins connus Zeelstraat, Stooktestraat et Ladeuze. Le Knokteberg (alias Côte de Trieu) conserve toutefois son statut central.

Il y a également un changement dans le final, avec l'introduction d'une boucle d'arrivée autour de Waregem. Auparavant, la dernière ascension était le Knokereberg, à un peu plus de 10 km de l'arrivée. Désormais, les coureurs effectueront l'ancien run-in, franchiront la ligne, puis repartiront pour une boucle de 15 km comprenant l'ascension finale de la Holstraat.

Après le départ de Roeselare, la montée commence un peu plus tôt cette année, avec le Nieuwe Kwaremont qui arrive après 62 km et qui marque le véritable début de l'action. La Zeelstraat, le Knokteberg, la Stooktestraat, le Hotond et le Kortekeer suivent dans un ordre relativement court pour couronner les 100 premiers kilomètres. Après ce bref répit, le Berg Ten Houte et le Kanarieberg se succèdent rapidement, où la course pourrait vraiment démarrer.

Si ce n'est pas le cas, la deuxième visite au Knokteberg devrait faire l'affaire, suivie cette fois-ci immédiatement par le Hotond. Ensuite, c'est la descente sur les pavés de la Marieborrestraat, puis la remontée de Ladeuze. Les coureurs se dirigent ensuite d'Audenarde vers le Knokereberg en passant par les pavés de Doorn, puis se dirigent vers Waregem avant de sortir pour le final par la Holstraat.

Les favoris

Parmi les autres prétendants, tous les yeux seront tournés vers QuickStep-AlphaVinyl, qui cherche à changer le cours d'un printemps désastreux. Yves Lampaert a dépassé les attentes à Gent-Wevelgem lors de sa première course de retour de maladie et ce serait un coup d'éclat important pour lui avant le Ronde. Kasper Asgreen, le seul coureur qui a performé pour l'équipe belge jusqu'à présent, fera une pause, tout comme Florian Sénéchal, mais des réponses sont nécessaires de la part de Zdenek Stybar et Davide Ballerini. Fabio Jakobsen est aligné, et il a pris une précieuse victoire à Kuurne-Brussel-Kuurne qui pourrait sauver leur printemps.

Les Ineos Grenadiers s'alignent avec le champion en titre Dylan van Baarle, qui a semblé solide ce printemps, tandis que Tom Pidcock s'aligne à nouveau en quête de forme et dans l'espoir que ses problèmes d'estomac disparaissent. Jhonatan Narvaez reste sur la touche après sa chute de dimanche, mais Magnus Sheffield revient et Elia Viviani est là au cas où il y aurait un sprint du peloton.

Jumbo-Visma n'a pas encore confirmé sa composition mais devrait laisser au repos non seulement Van Aert mais tous ses grands noms. Mads Pedersen porte le drapeau de Trek-Segafredo alors que Jasper Stuyven, fatigué et quelque peu déprimé, fait une pause après sa quatrième place à Gand-Wevelgem. Matej Mohoric (Bahrain Victorious) est un autre absent de la liste des grands favoris pour les Flandres. Stefan Küng (Groupama-FDJ) a paru impressionnant et sera à la recherche d'un résultat et d'une course ouverte, tandis qu'Anthony Turgis (TotalEnergies) – deux fois sur le podium ici – et Soren Kragh Andersen (DSM) font partie des prétendants. De nombreux coureurs doivent montrer des signes de vie mercredi, notamment le contingent belge composé de Victor Campenaerts (Lotto Soudal), Sep Vanmarcke (Israël-Premier Tech) et le duo AG2R de Greg Van Avermaet et Oliver Naesen.

Dernières publications

En haut