Cyclisme

Présentation Paris-Roubaix Femmes 2022

Paris-Roubaix

Il est difficile de croire que quelque chose puisse surpasser la première édition historique de Paris-Roubaix Femmes, remportée de façon remarquable par Lizzie Deignan qui a été couronnée reine des pavés.

L'Enfer du Nord incarne la magie des classiques de printemps en raison de son pavé rugueux et de ses courses imprévisibles. Nous n'attendons donc rien de moins que du pur spectacle pour la deuxième édition de Paris-Roubaix Femmes le samedi 16 avril, la veille du Paris-Roubaix masculin.

Après avoir été critiqués pour avoir offert 91 000 € pour les hommes contre 7 005 € pour les femmes l'année dernière, les organisateurs Amaury Sport Organisation (ASO) ont augmenté la bourse des femmes à 50 000 €. La gagnante remportera 20 000 €, contre 1 535 € pour Deignan l'année dernière, ce qui sera un changement bienvenu.

Le parcours ne comprendra pas la célèbre Trouée d'Arenberg du parcours masculin, mais les femmes parcourront un peu plus de 124 km, contre 115 km en 2021, avec un tour d'ouverture supplémentaire dans la ville de Denain.

Quant au pavé, le peloton féminin s'attaquera à 17 secteurs pour 29,2 km de pavés. Deux sont classés en difficulté cinq étoiles : Mons-en-Pévèle à 49 km et le Carrefour de l'Arbre à 17 km en route vers le vélodrome de Roubaix.

La course de l'année dernière a été rendue encore plus palpitante en raison de la pluie et des conditions météorologiques humides qui ont provoqué des flaques d'eau et des sections de boue glissantes le long du parcours. Ce samedi, on s'attend à un temps sec, partiellement ensoleillé et à une température beaucoup plus chaude de 18 degrés Celsius. Cette seule différence pourrait donner lieu à un type de course et à un résultat complètement différents.

Paris-Roubaix s'est tenue en octobre l'année dernière après des reports dus à la COVID-19, mais la course retrouve sa place traditionnelle au printemps dans le calendrier en 2022. Alors que la course clôturera les classiques du pavé, elle a échangé ses dates avec l'Amstel Gold Race qui s'est tenue le week-end dernier. Elle occupe une place inhabituelle parmi les classiques ardennaises, juste avant la Flèche Wallonne du 20 avril et Liège-Bastogne-Liège du 24 avril.

Ce changement pourrait obliger certains coureurs à choisir leurs objectifs, mais Paris-Roubaix Femmes promet toujours un peloton de premier ordre. En l'absence de Deignan, qui est actuellement en congé de maternité, la ligne de départ sera complète avec toutes les grandes prétendantes au titre de championne de l'Enfer du Nord.

Paris-Roubaix Femmes – Les favorites

La championne du monde Elisa Balsamo n'a pas eu la vie facile dans le Paris-Roubaix humide et boueux de l'année dernière. Après plusieurs chutes, glissades et dérapages alors qu'elle portait son nouveau maillot arc-en-ciel, elle a rassemblé la force et la détermination nécessaires pour terminer à la 57e place.

Elle a déclaré, en toute franchise, qu'elle n'aimait pas courir dans le froid ou l'humidité. Heureusement pour elle, ce samedi sera sec, ensoleillé et relativement chaud, ce qui fait de Balsamo l'une des favorites, surtout après sa “semaine en or” de course où elle a remporté successivement le Trofeo Alfredo Binda, Bruges-De Panne et Gand-Wevelgem.

“Je serai mieux préparée. Mon espoir est que nous puissions au moins courir dans des conditions sèches. Le reste, nous ne le découvrirons qu'au fur et à mesure de la course”, a-t-elle écrit dans une interview pour Eurosport.

Elle dispose également d'une équipe complète avec d'autres prétendantes probables, dont la troisième de l'année dernière Elisa Longo Borghini, la huitième place d'Audrey Cordon-Ragot et la championne du monde de contre-la-montre Ellen van Dijk.

Trek-Segafredo et SD Worx ont été les deux équipes les plus puissantes pendant les Classiques de printemps, chacune échangeant coup sur coup jusqu'à la fin des finales, et leurs équipes respectives devraient adopter une approche similaire à Paris-Roubaix.

SD Work s'alignera avec Chantal van den Broek-Blaak et Lotte Kopecky, deux gagnantes potentielles qui ont mis l'accent sur cette course. Kopecky en est déjà à deux sur deux dans ses objectifs, en remportant les deux Strade Bianche et le Tour des Flandres. De même, van den Broek-Blaak a montré sa force en soutenant Kopecky jusqu'à la victoire dans les Flandres, tout en terminant troisième.

Et puis il y a Marianne Vos, qui a roulé jusqu'à l'épuisement pour essayer de rattraper Deignan l'année dernière, et qui a terminé à une admirable deuxième place. La championne du monde de cyclo-cross en titre, qui court pour Jumbo-Visma, se sera sans aucun doute préparée à améliorer sa performance de l'année dernière – et cela ne laisse que de la place pour la victoire. Elle disposera également d'une équipe solide avec Coryn Labecki et Romy Kasper. Après la victoire en solitaire de Deignan sur 82 km l'année dernière, Vos ne voudra peut-être pas risquer que des écarts dangereux se creusent à nouveau en début de course, alors attendez-vous à ce qu'elle soit attentive, à moins bien sûr qu'elle ne conduise elle-même l'échappée.

En regardant de plus près le top 10 de l'année dernière, on trouve plusieurs autres prétendantes, dont Emma Norsgaard (Movistar) et Marta Bastianelli (UAE Team ADQ), et si Lisa Brennauer (Ceratizit-WNT) a été mise sur la touche en raison d'un test positif au Covid-19, Marta Cavalli (FDJ Nouvelle-Aquitaine Futuroscope) est une candidate potentielle à la victoire. Il n'a pas été surprenant de voir Cavalli lancer une attaque victorieuse dans l'entrée du Valkenburg pour remporter l'Amstel Gold Race le week-end dernier.

 Le parcours

L'attaque de Deignan de l'année dernière a eu lieu avant le tout premier secteur pavé, Hornaing à Wandignies, juste 30 km après le début de la course et, étonnamment et involontairement, elle s'est avérée être le coup gagnant du jour.

Le parcours de cette année comprend un circuit supplémentaire à Denain, pour un total de quatre tours, mais sinon le parcours reste sensiblement le même avec 17 secteurs pavés le long de la route vers Roubaix. Une fois de plus, Hornaing à Wandignies est le secteur le plus long, avec 3,7 km, et il a donc le potentiel pour créer des scissions précoces parmi le peloton.

Un bon positionnement avant les secteurs pavés sera un marqueur clé de la réussite dans cette course, mais comme pour toute édition de Paris-Roubaix – hommes ou femmes – tout peut arriver et tout le monde peut gagner. Avoir la chance de son côté est toujours un avantage.

Les deux secteurs pavés qu'ASO considère comme les plus difficiles sont situés plus tard dans la course : Mons-en-Pévèle et le Carrefour de l'Arbre. Les équipes auront eu un aperçu de la plupart des secteurs quatre et cinq étoiles les plus décisifs quelques jours avant la course afin d'évaluer la meilleure façon de les aborder et le matériel le plus efficace à utiliser.

Après le dernier secteur de pavés à travers le Roubaix-Espace Charles Crupelandt, les coureurs entreront dans le vélodrome où ils devront effectuer un tour complet avant que le champion ne soit révélé.

  • 17 – Hornaing à Wandignies (km 42,3 – 3,7 km) ****
  • 16 – Warlaing à Brillon (km 49,7 – 2,4 km) ***
  • 15 – Tilloy à Sars-et-Rosières (km 53,2 – 2,4 km) ****
  • 14 – Beuvry-la-Forêt à Orchies (km 59,6 – 1,4 km) ***
  • 13 – Orchies (km 64,6 – 1,7 km) ***
  • 12 – Auchy-lez-Orchies à Bersée (km 70,7 – 2,7 km) ****
  • 11 – Mons-en-Pévèle (km 76,2 – 3 km) *****
  • 10 – Merignies à Avelin (km 82.2 – 0.7 km) **
  • 9 – Pont-Thibault à Ennevelin (km 85,6 – 1,4 km) ***
  • 8 – Templeuve – L'Epinette (km 91 – 0,2 km) *
  • 8 – Templeuve – Moulin-de-Vertain (km 91.5 – 0.5 km) **
  • 7 – Cysoing à Bourghelles (km 97,9 – 1,3 km) ***
  • 6 – Bourghelles à Wannehain (km 100,4 – 1,1 km) ***
  • 5 – Camphin-en-Pévèle (km 104,9 – 1,8 km) ****
  • 4 – Carrefour de l'Arbre (km 107,6 – 2,1 km) *****
  • 3 – Gruson (km 109.9 – 1.1 km) **
  • 2 – Willems à Hem (km 116,6 – 1,4 km) ***
  • 1 – Roubaix-Espace Charles Crupelandt (km 123,4 – 0,3 km) *

Dernières publications

En haut