Cyclisme

Présentation – Tour des Flandres 2022

Tour des Flandres

Van der Poel est le favori pour le Tour des Flandres 2022, la participation de Van Aert est remise en question depuis un tweet de son équipe qui l'a annoncé souffrant. Découvrez tout ce qu'il faut savoir avant la grande messe du cyclisme.

C'était censé être l'année de Wout van Aert. Sur les pavés cette saison, le champion belge a eu plusieurs longueurs d'avance sur les autres. Une victoire en solo à l'Omloop Het Nieuwsblad a été suivie d'une démonstration de force de la Jumbo-Visma à la E3 Saxo Bank Classic. Une autre attaque sur le Kemmelberg à Gent-Wevelgem n'a fait que renforcer son statut de favori pour le Tour des Flandres.

En revanche, son ancien sparring-partner Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix) était à la peine. Une blessure avait ruiné sa saison de cyclo-cross et on se demandait si le Néerlandais allait participer aux Classiques. Même lorsque Van der Poel a refait surface de façon surprenante pour se classer troisième à Milan-San Remo, on se demandait encore s'il pouvait vraiment espérer défier Van Aert dans les Ardennes flamandes. La victoire à Dwars door Vlaanderen a apaisé ces doutes, et maintenant, de façon improbable, il part d'Anvers comme l'homme le plus susceptible de gagner le Ronde.

Au début de la Dwars door Vlaanderen, mercredi, un directeur sportif d'Israël – Premier Tech a tenté de prendre à la légère l'effectif réduit de sa propre équipe et ses perspectives limitées pour le Ronde. “Peut-être que Van Aert tombera malade avant dimanche aussi, eh, on ne sait jamais”, a-t-il dit. C'était un exercice d'humour potache plutôt qu'un vœu pieux, mais 24 heures plus tard, Jumbo-Visma annonçait que Van Aert avait manqué la reconnaissance du Tour des Flandres pour cause de maladie et que sa participation à la course était “improbable”. Ce vendredi la formation néerlandaise a confirmé l'absence de son champion belge, touché par le Covid.

Au cours des premières semaines de la saison, les coureurs et les équipes du peloton ont été frappés par la maladie, mais pour Van Aert et Jumbo-Visma, le rythme a continué malgré tout. La domination du champion belge à l'Omloop et à l'Harelbeke ne souffrait d'aucune contestation et tout son printemps avait été construit autour de l'atteinte de son pic pour le Tour des Flandres. Maintenant, tout est remis en cause.

Van Aert n'est pas le premier favori à être retiré de la course à la dernière minute. Fabian Cancellara et Tom Boonen ont abandonné en début de course en 2012 et 2013, respectivement.

Si l'absence de Van Aert modifiera l'attribution des cinq étoiles par les journaux belges avant la course, elle ne laissera aucune astérisque sur le tableau d'honneur après. Au lieu de cela, Van der Poel prend le rôle de favori grâce à sa victoire étincelante à Dwars door Vlaanderen, qui a semblé confirmer son affirmation contre-intuitive selon laquelle sa préparation aux Classiques, entachée de blessures, avait été sa meilleure jusqu'à présent. Malgré cela, le vainqueur du Tour des Flandres 2020 n'est pas tout à fait irréprochable en ce qui concerne les Monuments. Lors de la Ronde de l'année dernière, il a été étonnamment battu par Kasper Asgreen (QuickStep-AlphaVinyl) dans un sprint à deux, et il a également été battu par Sonny Colbrelli (Bahrain Victorious) à Paris-Roubaix en octobre.

L'habituel déluge d'attaques de Van der Poel peut souvent submerger ses adversaires, mais il lui arrive de s'épuiser dans les courses les plus disputées, se laissant ainsi exposé à un coup de grâce dans le final. Ses rivaux en auront pris note. Rien n'est jamais acquis d'avance au Tour des Flandres, surtout dans une saison comme celle-ci.

Les favoris du Tour des Flandres 2022

Même sans Van Aert, Jumbo-Visma reste le collectif le plus fort dans la course, et ils peuvent encore dicter les termes de l'engagement dans les Ardennes flamandes. Christophe Laporte et Tiesj Benoot s'attendaient à servir d'équipier à Van Aert, mais maintenant ils pourraient se retrouver dans un rôle de leader. Aucun des deux hommes n'a un sprint aussi rapide que celui de Van Aert, bien sûr, ce qui signifie que Jumbo-Visma devra être inventif s'ils veulent affronter Van der Poel.

Ils pourraient trouver un allié de circonstance en la personne de Tadej Pogačar (UAE Team Emirates), qui a goûté pour la première fois aux pavés de la Dwars door Vlaanderen. Comme toujours, la force du Slovène était frappante, mais il a été mis hors course par une erreur de positionnement devant le Berg Ten Houte. Il a appris que la poursuite de la course est une tâche laborieuse dans le Nord. En Flandres, il est payant d'être le premier à répliquer. S'il assimile rapidement cette leçon, il sera une véritable menace dimanche, alors qu'il tentera de remporter une troisième victoire dans un Monument en moins de douze mois.

Après que la maladie ait ruiné son défi de Milan-San Remo, Tom Pidcock (Ineos Grenadiers) s'est discrètement positionné parmi les principaux prétendants ici. Il s'est montré très bon en se classant troisième à Dwars door Vlaanderen, et il est soutenu par une équipe Ineos qui allie l'intrépidité de Ben Turner et l'expérience de Dylan van Baarle.

La baisse de puissance de QuickStep-AlphaVinyl a été l'un des principaux sujets d'actualité du printemps, car la combinaison d'une récente série de maladies et d'un recrutement moins performant a épuisé leur unité pour les classiques. Malgré tout, le groupe possède un trésor d'expérience, et le champion en titre Kasper Asgreen a roulé beaucoup plus fort que ce que ses résultats pourraient laisser croire. Le Danois pédalait en effet très bien à l'E3 Harelbeke la semaine dernière, mais il a été gêné par son isolement relatif dans les derniers kilomètres. Peu de coureurs, cependant, supportent l'heure supplémentaire d'un Monument aussi bien qu'Asgreen, et ce trait devrait lui être favorable ici.

Le vainqueur de Milan-San Remo, Matej Mohorič (Bahrain Victorious), possède des capacités d'endurance similaires, tandis que Stefan Küng (Groupama-FDJ) a fait un bond en avant sur les pavés cette saison et constitue un homme dangereux ici. Victor Campenaerts (Lotto Soudal) sera certainement un élément à suivre, tandis que le tandem Trek-Segafredo de Mads Pedersen et Jasper Stuyven devrait également figurer dans le final.

TotalEnergies comptera sur Anthony Turgis en l'absence de Peter Sagan et Dries Van Gestel. Greg Van Avermaet, Oliver Naesen (tous deux AG2R-Citroën) et le vainqueur de 2019 Alberto Bettiol (EF Education-EasyPost) semblent quelque peu en retrait.

Les prévisions météorologiques, quant à elles, annoncent des températures glaciales dimanche, ce qui a suscité des comparaisons avec les célèbres conditions misérables de 1985, lorsque seuls 25 coureurs ont atteint l'arrivée d'une course remportée par le champion belge Eric Vanderaerden. Plus tôt dans la semaine, la domination de Van Aert semblait inéluctable. Aujourd'hui, l'image est un peu moins certaine.

Le parcours

Le parcours de la 106e édition du Tour des Flandres suit le format qui est maintenant bien établi depuis 2012, avec l'Oude Kwaremont au centre de la scène et faisant à nouveau équipe avec le Paterberg. Le Kwaremont, abordé trois fois au total est une longue et pénible montée de 2,2 km de long, tandis que le Paterberg est son compagnon le plus difficile, d'à peine 400 mètres mais avec une pente moyenne de près de 20%.

Ils sont utilisés deux fois en combinaison, la deuxième fois étant la finale de la course, avec seulement 13 km à parcourir pour rejoindre l'arrivée. Entre les deux enchainements du Kwaremont-Paterberg se trouve un quatuor de côtes pavées comprenant le Koppenberg ainsi que de vieux classiques comme le Taaienberg, Kruisberg, et Steenbekdries. Cette section de 40 km, qui serpente à travers les Ardennes flamandes, est le cœur absolu de la course.

Cependant, cela ne veut pas dire que c'est là que nous verrons toute l'action. Même lors d'une année normale, la course sur ce parcours flamand peut être ouverte à tous. Cette année avec l'absence du favori Wout Van Aert mais la présence de Mathieu van der Poel et Tadej Pogacar, tous les ingrédients sont réunis pour une course rapide et difficile.

Berg Ten Houte – le point d'orgue de la Dwars door Vlaanderen de mercredi – apparaît à 75 km de l'arrivée et est rapidement suivi par le Kanarieberg. Avant cela, le Molenberg, la Marlboroguhstraat, le Berendries et le Valkenberg verront certainement quelques favoris de l'ombre entrer en action.

Au total, le parcours mesure 272,5 km et comporte 18 hellingen (montées), pour la plupart pavés. Le départ est donné à la Grote Markt d'Anvers et les coureurs rejoindront l'arrivée à Audenarde près de sept heures plus tard. Les 100 premiers kilomètres sont en grande partie un préambule à la longue traversée des Ardennes flamandes. Une échappée de coureurs se formera, et le peloton sera secoué par les secteurs pavés plats de Lippenhovestraat et Paddestraat, bien qu'il reste encore 33 km avant que la montée ne commence.

La première montée est l'Oude Kwaremont, la première des trois fois où les hordes de fans dans les tentes VIP en bord de route pourront regarder la course passer. Il y aura encore 135 km jusqu'à l'arrivée, mais il y aura toujours une lutte pour les positions avant la montée, et une grande atmosphère sur celle-ci.

Les coureurs sortiront du Kwaremont et descendront directement vers le Kortekeer, dans ce qui est un quatuor de montées consécutives. L'Achterberg est nouveau sur le parcours et est suivi des pavés du Holleweg, puis de la montée du Wolvenberg.

Les pavés de Kerkgate et Jagerij rendent les choses plus difficiles avant la prochaine série de montées : Molenberg, Marlboroguhstraat, Berendries et Valkenberg. La course aura avancé dans les 100 derniers kilomètres, et les choses devraient vraiment commencer à bouger. Il y a un bref répit mais ensuite le Berg Ten Houte et le Kanarieberg forment un duo où une équipe forte peut décider de faire exploser le peloton.

Les coureurs feront ensuite une boucle et descendront au pied de l'Oude Kwaremont. Le Paterberg suit, puis c'est tout droit vers le Koppenberg, le Steenbekdries, le Taaienberg et le Kruisberg, dans lequel se trouve le Hotond. Ils prennent à nouveau la route vers le Kwaremont et cette fois, ce sera la folie. La course sera en morceaux au sommet – si ce n'est déjà fait – et ils émergeront sur la route principale avec son énorme creux au milieu qui est devenu l'un des clichés emblématiques de la Flandre. De là, c'est le traditionnel virage à gauche pour revenir sur d'étroites routes de campagne qui serpentent jusqu'au pied du Paterberg. Un virage serré à droite, et les pavés arrivent instantanément et la pente s'accentue rapidement. Les coureurs se hissent sur la pente finale et tournent à gauche au sommet, pour descendre la courte descente avant les 13 km d'arrivée à Audenarde.

Dernières publications

En haut