Ça roule…

Preview 2022 : UAE-Team Emirates

WeSportFR vous fait patienter avant la reprise de la saison cycliste et, surtout, pour vous rendre incollable jusqu'aux premiers coups de pédales de la saison qui s'annonce. Aujourd'hui ? On démarre très fort avec la preview d'UAE-Team Emirates, la formation du double tenant vainqueur du Tour de France Tadej Pogacar.

Le coup d'oeil en arrière : Merci Pogacar

Une saison pleine voilà comment résumer la saison d'UAE Team Emirates. Avec 33 victoires dont 14 victoires en World Tour, le Team UAE a manoeuvré sa saison avec brio où elle remporté au moins une étape sur les trois Grands Tours. La saison avec très bien commencé à la maison avec les deux victoires d'étapes de Tadej Pogacar sur l'UAE Tour assortie du classement général. Le talentueux slovène sous contrat jusqu'en 2027 avec sa formation a littéralement porté cette dernière. Pogacar a remporté treize victoires cette saison soit plus de 40% des victoires de son équipe. Il a régné sans partage pour ajouter un nouveau Tour de France où il a aussi remporté trois victoires d'étapes et le classement de la montagne. Il a également rapporté deux monuments à son équipe en remportant Liège-Bastogne-Liège et le Tour de Lombardie. Bref, une saison pleine.

Irrésistible tout au long de la saison, le slovène a pu également compter sur une solide équipe. Là où en 2020 il était rapidement esseulé, Pogacar a pu compter sur de fidèles lieutenant à l'instar d'un Rafal Majka retrouvé (vainqueur d'une étape sur la Vuelta). La formation des Émirats Arabes Unis est devenu l'une des armadas du peloton au même titre qu'Ineos ou de la Jumbo-Visma.

En revanche du coté des sprinteurs cela a été plus compliqué. Si Juan Sebastian Molano a remporté 4 victoires en 2021, les deux leaders Fernando Gaviria et Alexander Kristoff sont passés à côté. Le colombien n'a signé qu'une seule victoire cette saison. Même tarif pour le norvégien qui n'a également pas pesé sur les classique flandriennes (18e du Ronde).

Tadej Pogacar, vainqueur du Tour de France 2021

Le marché de l'hiver : Un hiver mouvementé

Depuis son arrivée dans le peloton, UAE Team-Emirates a l'habitude d'être très active sur le marché des transferts. Cet intersaison n'a pas échappé à la règle. Elle a dit au revoir au vieillissant Alexander Kristoff, Maximiliano Richeze et Davide De la Cruz. Les dirigeants ont également fait le choix de se séparer de Valerio Conti, Joe Dombrowski, Sven Bystrom, Alexandr Riabushenko et Cristian Munoz. Marco Marcato est quand à lui parti à le retraite.

Le recrutement a été une nouvelle fois XXL. Pour remplacer Alexandre Kristoff, les UAE ont fait le choix de recruter Pascal Ackermann. Un des meilleurs sprinteurs des dernières saisons, l'allemand a connu une saison 2021 plus compliqué et a fait le choix de quitter la Bora-Hansgrohe. Pour l'épauler, José Alvaro Hodeg rejoint également les rangs de l'équipe (3 victoires cette année).

Afin de pouvoir jouer le classement général sur l'ensemble des Grands Tours de la saison, les dirigeants ont également signé Joao Almeida. Le portugais de 23 ans sort d'une très bonne saison avec la Deceuninck avec notamment des victoires sur le Tour de Pologne et le Tour de Luxembourg. Le Portugais a par ailleurs confirmé sa quatrième place sur le Giro 2020 en prenant la sixième place de l'épreuve italienne. En 2022, il devrait participer au Giro et à la Vuelta avec pour objectif d'aller chercher un podium au classement général.

Les dirigeants ont également eu le soin de renforcer la garde rapprochée de Tadej Pogacar avec les arrivées de George Bennett et et de Marc Soler. Les deux recrues ont d'excellentes références en haute montagne et viendront apporter leur soutien dans la quête du troisième Tour de France de Tadej Pogacar. Outre ses renforts, UAE Team-Emirates a préparé l'avenir avec les arrivées d'Alexys Brunel (23 ans), Joel Suter (23 ans) et Felix Groß (23 ans).

Joao Almeida sur le Tour de Pologne

Qu'attendre 2022 ?

La saison 2022 s'annonce grande du coté d'UAE-Team Emirates. L'objectif principal sera bien entendu d'aller chercher un troisième Tour de France consécutif avec Tadej Pogacar. Le slovène sera véritablement la locomotive de l”équipe. Il devrait adopter un programme similaire à la saison dernière en reprenant sur l'UAE Tour. Cependant, il va découvrir le Tour des Flandres en avril prochain. Déjà vainqueur de deux monuments avec ses victoires sur le Tour de Lombardie et Liège-Bastogne-Liège, il ambitionne d'aller décrocher un nouveau monument. Pogacar vainqueur du Ronde ? Après tout pourquoi pas quand on voit le niveau du garçon sur les courses d'une journée. Aligner Pogacar sur les pavés représente tout de même un risque important. Découvrir les pavés sur le Ronde n'est pas forcément la chose la plus aisée surtout si la météo du Nord est capricieuse. Amateur de VTT, il a participer à quelques courses de cyclo-cross cet hiver de quoi nous rassurer quand à son habilité sur le vélo.

Outre Tadej Pogacar, la formation ambitionne également d'aller chercher un autre podium sur un Grand Tour notamment avec la nouvelle recrue Joao Almeida. L'arrivée de Pascal Ackermann devrait également permettre à l'équipe de gagner plus que les saisons précédentes surtout si l'allemand retrouve son niveau de 2019/2020. On attend également de revoir Marc Hirshi. Auteur d'une saison 2020 remarquable avec une victoire d'étape sur le Tour de France et la Flèche Wallonne. Il avait terminé troisième des championnats du monde et deuxième de Liège-Bastogne la même année. Cependant le suisse a connu une saison 2021 plus compliqué sous ses nouvelles couleurs. Il n'a gagné qu'une seule fois c'était une étape sur le Tour du Luxembourg. Grand animateur du Tour 2020, il n'a cette fois-ci pas pesé sur la course. Sa campagne des classiques ardennaises a également été compliqué (35e sur l'Amstel, DNS sur la Flèche et 6e de Liège).

On observera également Fernando Gaviria. Le colombien peine à retrouver son niveau de 2017/2018 lorsqu'il était chez la Quickstep-Floors. Il n'a remporté qu'une seule étape du Tour de Pologne cette année. Souvent placé (6 top10 sur le Giro) mais rarement gagnant, le colombien a beaucoup souffert d'un train défaillant. L'arrivée de son compatriote José Alvaro Hodeg pourrait l'aider à retrouver la confiance à moins que ce dernier ne prenne finalement sa place de sprinteur. La concurrence sera rude en 2022 pour le sprint au sein de la formation avec Ackermann-Hodeg-Gaviria, 3 coureurs capable de remporter des courses. Le début de saison sera crucial pour les trois hommes.

Le coureur à suivre : Alexys Brunel 

Le Français a pris un paris cet hiver : quitter la Groupama-FDJ pour rejoindre l'UAE-Team Emirates. Il avait besoin de changer d'air et de découvrir un nouvel environnement dans l'objectif de passer un palier. En manque de confiance chez l'équipe française, le natif de Boulogne-sur-Mer “avais surtout besoin de découvrir autre chose, envie de vivre de nouvelles expériences, une nouvelle culture”.

Quand à ses objectifs ? “Ils veulent que j’évolue tranquillement, me laissent du temps. Ils m’ont dit clairement que j’aurai ma chance. Il faudra que je la saisisse. Je suis plus libre. Je ne vais pas être catalogué. Ils ne vont pas me limiter. Je devrais faire mes premières classiques en professionnels. Ça me manquait” déclarait-il le mois dernier dans les colonnes du Quotidien du Sport. De la même génération que les Pogacar, Hirshi, McNulty il sait qu'il est temps de franchir un palier supplémentaire. Il sera sans aucun doute l'une des raisons de suivre la formation cette année. Brunel sera t-il le énième français à réussir à l'étranger ? Réponse à la fin de la saison.

À lire aussi : Davide Rebellin, papy fait de la résistance

Dernières publications

To Top