Preview Ligue 2 2019/2020 : ES Troyes AC

0
Source : gettyimages.fr
Ligue 1

Suite de nos previews des clubs de Domino’s Ligue 2 pour la saison à venir, avec aujourd’hui un focus sur Troyes. Après une fin de championnat 2019 très animée, l’ESTAC a fait peau neuve lors du mercato d’été en chamboulant à nouveau son effectif. Un nouveau projet, qui devra rester en accord avec les ambitions du club.

Bilan saison 2018/2019

Relégué de Ligue 1 à l’aube de la saison 2018/2019, Troyes avait connu un été 2018 très mouvementé au niveau des transferts. A tel point que cela avait mis en péril son début de championnat, puisque l’effectif n’étant pas suffisamment étoffé et devant s’habituer au nouveau coach Rui Almeida, les résultats du mois d’août avaient été catastrophiques. Cinq défaites en cinq matchs, un désastre pour une formation qui voulait bien débuter. Les dirigeants troyens avaient donc dû s’activer sur les dernières journées du mercato pour se renforcer, et c’est vraiment à partir de mi-septembre que tout est reparti sur de bons rails.

Du moins sur le plan des résultats, car l’ESTAC est petit à petit remontée au classement. Alors qu’elle pointait à l’avant-dernière place au soir du 31 août, la situation s’est complètement inversée, avec une année 2019 de folie. Car entre le 15 février et le 17 mai (soit la fin du championnat), les Aubois ont enchaîné 14 rencontres sans défaites, avec notamment une série de 8 victoires consécutives. Cette folle série a eu pour conséquence la révision à la hausse des ambitions, puisque Troyes s’est mêlé à la lutte pour les playoffs, voire même pour la montée. La formation champenoise a finalement terminé troisième, avec six points d’avance sur son premier poursuivant le Paris FC, et à seulement trois points de Brest. Un total de 71 points, qui habituellement permet d’accéder directement en Ligue 1.

Qualifiés pour les playoffs, les Troyens ont ensuite échoué face à Lens (défaite 1-2 après prolongation), brisant ainsi leurs espoirs de défier Dijon en barrages pour rêver à une hypothétique accession. Une désillusion, en particulier dans le jeu où les Aubois n’ont jamais su exister face à des Lensois prenables qui sortaient déjà d’une prolongation trois jours avant. Reste qu’après un faux départ, le club champenois a effectué une belle saison sur le papier. Car même si les résultats ont été au rendez-vous, l’ESTAC version Rui Almeida n’a absolument pas convaincu, en pratiquant un jeu très défensif qui reposait sur un réalisme offensif assassin. Les victoires, mais souvent sans la manière : un bon résumé de l’exercice 2018/2019 des pensionnaires du Stade de l’Aube.

Kévin Fortuné désabusé, l’ESTAC ne verra pas les barrages cette annéeSource : gettyimages.fr

Les transferts au 24 juillet

Arrivées :
  • Gauthier Gallon – Gardien, Nîmes
  • Ryan Bouallak – Gardien, Reims B
  • Yoann Salmier – Défenseur, Strasbourg
  • Oualid El Hajjam – Défenseur, Amiens
  • Terence Baya – Défenseur, Avranches
  • Rui Pires – Milieu, Porto B
  • Eden Massouema – Milieu, Dijon
  • Maxime Barthelmé – Milieu, Châteauroux
  • Florian Tardieu – Milieu, Zulte Waregem
  • Dylan Chambost – Milieu, St Etienne B
  • Laurent Batlles – Entraîneur, St Etienne B
Départs :
  • Mamadou Samassa – Gardien, Sivasspor
  • Alexandre Letellier – Gardien, retour de prêt à Angers puis Sarpsborg
  • Yehvann Diouf – Gardien, Reims
  • Jérémy Cordoval – Défenseur, Châteauroux
  • Johann Obiang – Défenseur, sans club (fin de contrat)
  • Yohan Tavarès – Défenseur, Tondela
  • Mory Koné – Défenseur, sans club (fin de contrat)
  • Morgan Poaty – Défenseur, retour de prêt à Montpellier puis Guingamp
  • Oswaldo Vizcarrondo – Défenseur, sans club (fin de contrat)
  • Abdel Hakim Abdallah – Défenseur, Grenoble
  • Benjamin Nivet – Milieu, retraite
  • Randi Goteni – Milieu, Dunkerque
  • Christopher Martins Pereira – Milieu, retour de prêt à Lyon puis Young Boys Berne
  • Chaouki Ben Saada – Milieu, sans club (fin de contrat)
  • Claude Gonçalves – Milieu, Gil Vicente
  • Bryan Pelé – Milieu, Guingamp
  • Vincent Marcel – Milieu, retour de prêt à Nice
  • Jonathan Tinhan – Attaquant, Grenoble
  • Rui Almeida – Entraîneur, Caen

Effectif 2019/2020

Tout comme lors de l’été 2018, les mouvements ont été nombreux dans l’Aube pendant l’intersaison. D’abord dans le sens des départs, avec presque une vingtaine de joueurs partis. Plusieurs titulaires ont quitté le navire : Mamadou Samassa (G, Sivasspor), Jérémy Cordoval (ARD, Châteauroux), Johann Obiang (ARG, sans club), Yohan Tavarès (DC, Tondela), Morgan Poaty (ARG, r.p. Montpellier), Christopher Martins Pereira (MDEF, r.p. Lyon) ou encore Bryan Pelé (MG, Guingamp). On ajoutera à cette liste l’emblématique Benjamin Nivet (MO), qui a décidé de raccrocher les crampons à l’âge de 42 ans, ainsi que d’autres joueurs de rotation (Tinhan, Ben Saada, Letellier…) ou écartés (Vizcarrondo, Marcel…). Une bonne partie de l’effectif donc, et ce n’est peut-être pas encore terminé, puisque la pépite du club Bryan Mbeumo (AC) fait l’objet de convoitises (Ligue 1, Bundesliga…), lui qui a inscrit 10 buts et délivré 3 passes décisives en Ligue 2 la saison passée (à seulement 19 ans).

Arrivé à Troyes l’an dernier, le coach Rui Almeida a également fait ses valises. Avec un bilan largement en sa faveur, le technicien portugais s’est attiré les faveurs de Caen, qui cherchait à remplacer le duo Mercadal/Courbis après la descente du club en fin de championnat. Le chantier était donc immense pour le président Daniel Masoni cet été, afin de rebâtir une équipe compétitive avec un entraîneur plus en accord avec la philosophie de beau jeu prônée par le club. Des idées qui ont convaincu Laurent Batlles, nouveau coach arrivé en provenance de la réserve de St Etienne. L’ancien joueur professionnel s’offre un beau challenge en Champagne, lui qui a toujours entraîné en jeunes.

Première expérience au coaching avec un club pro pour Laurent BatllesSource : gettyimages.fr

Repartir de zéro avec un nouveau projet et de nouvelles ambitions, tels étaient les mots d’ordre au mois de juin. Avec plusieurs cadres encore présents, notamment Jimmy Giraudon (DC), Rayan Raveloson (MDEF), Bryan Mbeumo (AC), Yoann Touzghar (AC) et Kévin Fortuné (AC), l’ESTAC disposait déjà d’une base solide, à laquelle il fallait ajouter bon nombre d’éléments pour la compléter. En ce 24 juillet, on peut dire que le recrutement est bon, mais encore un peu juste.

En pénurie au poste de gardien, Troyes a recruté Gauthier Gallon, un profil idéal pour remplacer Samassa puisqu’il a déjà l’expérience de la Ligue 2 (prêté par Nîmes à Orléans l’an dernier). Pour la caution expérience, Oualid El Hajjam (ex-Amiens), Maxime Barthelmé (ex-Châteauroux) et Florian Tardieu (ex-Zulte Waregem) sont venus renforcer le milieu et la défense. Prêté la saison dernière par Strasbourg, Yoann Salmier a signé définitivement dans l’Aube, lui qui forme une charnière centrale complémentaire avec Giraudon. Arrivé au mercato d’hiver, Kiki Kouyaté (DC) sera aussi candidat à une place de titulaire dans l’axe, lui qui a toujours été convaincant lors de ses quelques matchs.

L’ESTAC a surtout misé sur l’avenir lors de ce mercato, en s’attachant les services de plusieurs jeunes prometteurs : Dylan Chambost (MO, 21 ans, ex-St Etienne B), Rui Pires (MDEF, 21 ans, ex-Porto B), Eden Massouema (MDEF, 22 ans, ex-Dijon) et Terence Baya (ARG, 21 ans, ex-Avranches). Une volonté de s’appuyer sur le jeunesse qui est en partie due à Laurent Batlles, qui s’appuiera également sur le centre de formation en intégrant les néo-pros Benrandy Abdallah (ARD), Stone Mambo (DC), Calvin Bombo (MDEF) et Yanis Merah (DC).

Ajoutés à cela des joueurs revanchards comme Warren Tchimbembe (MD), produit de la formation troyenne qui n’avait pas vraiment eu sa chance l’an passé, et Demba Camara (AC), pas franchement convaincant sur ses rares apparitions avec Troyes l’an dernier et prêté au Red Star à la mi-saison, et l’effectif est vraiment correct. Quelques renforts supplémentaires ne seront néanmoins pas de trop, surtout en cas de départ de Mbeumo qui laisserait un vide à combler.

Le 11-type pronostiqué par la rédaction : Gallon – El Hajjam, Giraudon, Salmier, Baya – Raveloson, Tardieu, Barthelmé – Fortuné, Touzghar, Mbeumo

Le joueur à suivre : Dylan Chambost

S’imposer en professionnel, tel est le défi de Dylan Chambost à TroyesSource : gettyimages.fr

Le choix a été difficile, car Rui Pires était un candidat crédible, lui qui est décrit comme un jeune à fort potentiel, mais nous avons préféré miser sur Dylan Chambost comme joueur à suivre cette saison. Milieu offensif qui a fait ses classes à St Etienne, Chambost faisait partie des tauliers de la réserve des Verts l’an passé, avec 25 matchs disputés en tant que titulaire, pour quatre buts inscrits. Apparu a quelques reprises en pro lors de rencontres de Coupe de France, il a rejoint le projet troyen avec pour ambition de percer au haut niveau. Le fait qu’il retrouve son ancien entraîneur Laurent Batlles a dû jouer dans sa décision, et leur bonne relation sera l’une des clés de sa réussite éventuelle. On a en tout cas hâte de le voir au sein du milieu aubois, lui qui s’est déjà distingué en amicaux en marquant deux coup-francs directs.

Le pronostic de la rédaction

Les années se suivent et se ressemblent à Troyes. Lors de l’été 2018 le projet était de remonter en deux ans avec Rui Almeida, mais les Troyens ont bien failli s’offrir une montée en fin de saison, ce qui a bouleversé les plans des dirigeants, qui ont dû laisser partir leur coach et plusieurs de leurs cadres. Retour à la case départ donc cette année, avec des ambitions similaires sur la durée concernant la Ligue 1. Laurent Batlles paraît être le coach idéal pour concilier joueurs d’expérience et jeunes pousses, et sa vision de jeu a déjà séduit les supporters. Néanmoins il manque encore deux à trois recrues, notamment un vrai gardien numéro 2, et un arrière-gauche de métier, qu’il faudra vite signer et intégrer sous peine de lâcher à nouveau des points précieux dès le mois d’août. Le départ probable de la pépite Bryan Mbeumo est aussi à prendre en compte dans l’équation, car bien qu’il puisse rapporter une jolie somme, il avait un apport considérable en attaque qui devra impérativement être remplacé. L’ESTAC avance donc avec plusieurs certitudes, mais quelques zones d’ombre également. Si la mayonnaise prend avec Batlles, nous voyons bien les Aubois terminé aux alentours de la 6e/7e place, voire peut-être même en playoffs si la réussite est au rendez-vous.

Source image : gettyimages.fr

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here