Preview Ligue 2 2019/2020 : Rodez, Chambly et Le Mans

A deux semaines du coup d’envoi de la nouvelle saison, nous continuons notre tour d’horizon des différentes formations de Domino’s Ligue 2, avec aujourd’hui un focus sur Rodez, Chambly et Le Mans, trois promus qui ne viendront pas pour de la simple figuration.

Bilan saison 2018/2019

Rodez aura été le premier pensionnaire de National 1 à décrocher son billet pour l’échelon supérieur, au terme d’une magnifique saison. Premiers avec 76 points, meilleure attaque et meilleure défense, les Ruthénois ont survolé le championnat avec 14 points d’avance sur leur dauphin,et retrouvent la Ligue 2 26 ans après l’avoir quittée. Le RAF a été suivi directement par Chambly, deuxième avec 62 points, qui s’est offert la toute première montée en Ligue 2 de sa jeune histoire (30 d’existence cette année pour le club de l’Oise).

Enfin, Le Mans a également validé son ticket pour l’antichambre de la Ligue 1, au terme de barrages dantesques face au Gazélec d’Ajaccio. En effet, les Manceaux étaient bien mal partis en concédant une défaite 1-2 sur leur pelouse au match aller, mais ont su trouver les ressources pour aller arracher la montée en Corse, et de quelle manière ! Alors que le score était de 0-0 à la mi-temps, les Sarthois se sont d’abord vus refuser un but avec l’intervention du V.A.R., puis ont ouvert le score plus tard à la 73ème minute grâce à Rémy Boissier. A un gros quart d’heure de la fin, il restait encore l’espoir d’aller chercher un deuxième but synonyme d’accession. Mais alors que l’on disputait la 94ème minute dans le temps additionnel, Le Mans concédait un penalty, manqué par Wesley Jobello (ce qui devrait le hanter pendant longtemps, quand on connaît la suite). La suite justement, c’est un fantastique retourné acrobatique de Mamadou Soro Nanga à la 97ème minute, qui libère définitivement le peuple manceau. Six ans après la liquidation du club, la formation sarthoise retrouve enfin la Ligue 2.

Les transferts au 11 juillet :

Rodez

Arrivées :
  • Corentin Jacob – Brest, libre
  • Yohan Roche – Reims, libre
  • David Douline – Clermont, libre
  • Edwin Maanane – Grenoble, libre
  • Nathanael Dieng – Grenoble, libre
  • Boris Mathis – Everton U23, libre
  • Ayoub Ouhafsa – Marseille B, libre
  • Francis Dady Ngoy – Grenoble, libre
  • Nassim Ouammou – Boulogne, libre
  • Valentin Henry – Brest, libre
Départs :
  • Loïc Coupin – Fin de contrat
  • Khaled Ayari – Fin de contrat
  • Hugo Robert – Fin de contrat
  • Florian David – Grenoble r.p. puis Chambly, libre
  • Jérémy Mellot – Guingamp, libre
  • Michel Ramon – Le-Puy-en-Velay, libre

Chambly

Arrivées :
  • Oumar Gonzalez – Metz, libre
  • Aniss El Hriti – Dudelange, prêt
  • Maxence Derrien – Red Star, libre
  • Florian David – Grenoble, libre
  • Mickaël Latour – Lusitanos St-Maur, libre
  • Killian Le Roy – St Etienne B, libre
  • Benjamin Santelli – SC Bastia, libre
  • Shaquil Delos – Chambly B
  • Junior Tallo – Sans club, libre
Départs :
  • Samuel Atrous – Beauvais, libre
  • Ottman Dadoune – Villefranche-Beaujolais, libre
  • Alexis Drouart – Amiens B, libre
  • Eduardo Rodrigo – Beauvais, libre
  • Joris Correa – Orléans, libre

Le Mans

Arrivées :
  • Stéphane Diarra – Rennes, libre
  • Enzo Ebosse – Lens B, libre
  • Pierre Patron – Clermont, libre
  • Bévic Moussiti-Oko – Le Havre, libre
  • Franck Julienne – Lyon-Duchêre, libre
  • Yann Boé-Kane – AC Ajaccio, libre
  • Harisson Manzala – Angers, prêt
  • Yohann Thuram-Ulien – Le Havre, libre
  • Youssef Maziz – Metz B, prêt
Départs :
  • Nicolas Kocik – Valenciennes, r.p.
  • Ryan Bidounga – Nancy, r.p.
  • Thibault Ferrand – Fin de carrière
  • Romain Dupont – Fin de carrière
  • Adrien Mendy – Toulon, fin de contrat (réserve)
  • Mamadou Soro Nanga – Fin de contrat
  • Victor Elissalt – Béziers, r.p.
  • Yanis Si Mohammed – Fin de contrat
  • Ali Keïta – Fin de contrat
  • Raphaël Calvet – Fin de contrat
  • Thibault Vialla – Fin de contrat
  • Bou Seka N’Cho – Fin de contrat (réserve)
  • Romain Montiel – Auxerre r.p. puis Béziers

Effectif 2019/2020

Au terme de sa belle saison, Rodez a tenu à conserver la plupart de ses joueurs majeurs, à commencer par son gardien Arthur Desmas (G, 15 clean sheets). On peut également citer les Amiran Sanaia (DC), Loïc Poujol (MDEF, une vieille connaissance puisqu’il avait notamment connu la Ligue 1 avec Sochaux), Aurélien Tertereau (MO, 4 buts), Pierre Ruffaut (MO, 5 buts) ou encore Ugo Bonnet (ATT, 9 buts). Parmi les joueurs prêtés l’an dernier dans l’Aveyron, plusieurs repartiront avec le RAF, qui a tenu à prolonger l’expérience : Yohan Roche (DC), David Douline (MEDF) et Nathanael Dieng (DC). Du côté des arrivées, les Ruthénois ont enregistré pas moins de 10 recrues jusqu’à présent, dont quelques paris comme Boris Mathis (ATT, 21 ans, ex-Everton U23) ou Ayoub Ouhafsa (ATT, 21 ans, ex-Marseille B), plus des joueurs revanchards qui n’auront pas l’opportunité de s’épanouir dans leurs clubs respectifs : Corentin Jacob (DC, ex-Brest), Valentin Henry (ARD, ex-Brest), Edwin Maanane (ATT, ex-Grenoble). En revanche, Rodez a dû laisser filer son meilleur buteur Florian David (ATT, 11 buts) chez un concurrent direct (Chambly), ainsi que Jérémy Mellot (MDEF) à Guingamp. Un effectif chamboulé par de nombreuses arrivées, mais renforcé correctement.

Concernant Chambly, la donne est relativement similaire par rapport à Rodez, à savoir que les cadres sont globalement restés, malgré quelques pertes importantes. Simon Pontdemé (G, 15 clean sheets), Thibault Jacques (DC, 7 buts), Anthony Soubervie (ARD, 3 buts), Jonathan Beaulieu (MDEF), Joachim Eickmayer (MC), Lassana Doucouré (MD, 8 buts, 2 passes décisives), Guillaume Heinry (MO, 3 buts, 3 passes décisives) feront donc partie de l’aventure, eux qui ont fait partie des artisans de la montée. En revanche, les Camblysiens ont aussi perdu leur meilleur buteur en la personne de Joris Correa (ATT, 13 buts), transféré à Orléans. Autre coup dur, le départ d’Ottman Dadoune (ATT, 6 buts), parti au FC Villefranche-Beaujolais. Avec une attaque décimée, Chambly a visé en priorité des recrues pour le secteur offensif, et s’est notamment dégoté Florian David (ATT), prêté par Grenoble à Rodez l’an passé. Les Oisiens ont également récupéré dans leurs rangs Junior Tallo (ATT, sans club), passé notamment par le SC Bastia, Lille et Amiens. La ligne défensive a été renforcée avec les arrivées d’Oumar Gonzalez (DC, ex-Metz), Maxence Derrien (DC, ex-Red Star) et Aniss El Hriti (DG, ex-Dudelange). De quoi aborder la prochaine saison avec quelques bons arguments.

Enfin Le Mans a déjà connu beaucoup de mouvements sur ce début de mercato estival. De nombreux départs, 13 si on compte quelques réservistes, liés aux fins de contrats et/ou fins de carrière. Ainsi, le sauveur des arrêts de jeu Mamadou Soro Nanga (ATT, 3 buts, 1 passe décisive) n’a pas été reconduit, tout comme Ali Keïta (ARG, 2 buts), Yanis Si Mohammed (ARG), Raphaël Calvet (DC) ou encore Thibault Vialla (MO). Les Manceaux ont aussi perdu Romain Montiel (ATT, retour de prêt à Auxerre), un joueur efficace puisqu’il a compilé 4 buts et 3 passes décisives sur l’exercice précédent. Mais là où les Sarthois se distinguent par rapport à leurs concurrents, c’est au niveau du recrutement. Le président Thierry Gomez a mis les moyens, avec plusieurs joueurs aguerris. On pense notamment à Yohann Thuram-Ulien (G, ex-Le Havre), Yann Boé-Kane (MDEF, ex-AC Ajaccio) ou encore Harisson Manzala (MD, prêté par Angers), qui compilent à eux trois 322 matchs de Ligue 2. Le Mans a aussi récupéré Bévic Moussiti-Oko (ATT) en provenance du Havre, qui a réalisé une demi-saison de prêt très convaincante à Quevilly (8 buts en 16 matchs), ainsi que Stéphane Diarra (MD), prêté dans la Sarthe la saison dernière et auteur de 3 buts, et Youssef Maziz (MO) en prêt (Metz), qui a compilé 7 buts et 1 passe décisive avec Avranches (en prêt également) l’an dernier. De quoi largement compenser les départs, avec un effectif relativement étoffé pour un promu.

Le joueur à suivre

Si l’on doit retenir un nom à suivre du côté de Rodez pour l’exercice à venir, c’est bien Boris Mathis. Arrivé en provenance d’Everton (U23), le jeune attaquant de 21 ans aura pour ambition de s’imposer en Ligue 2. Il l’a d’ailleurs déclaré lui-même, son objectif est d’atteindre les 10 buts. Ambitieux certes, mais possible s’il met à profit son expérience acquise en Angleterre, en particulier quand on connaît le caractère assez physique de notre deuxième division.

Côté Chambly, c’est évidemment Florian David qui attire particulièrement notre attention. Faisant partie des meilleurs buteurs de National 1 avec 11 réalisations, l’ex-Ruthénois aura la lourde tâche de remplacer Joris Correa (13 buts) à la pointe de l’attaque oisienne. On attend avec impatience les retrouvailles avec son ancien club Rodez.

Pour Le Mans, nous avons choisi Bévic Moussiti-Oko. Comme nous l’avons écrit plus haut, sa demi-saison en prêt à Quevilly lui a permis de s’illustrer brillamment (8 buts en 16 matchs), reste à savoir s’il pourra exister à l’échelon supérieur, sachant qu’il n’a jamais vraiment eu sa chance avec Le Havre. Là aussi, on ne cache pas notre envie d’assister aux retrouvailles avec les Ciel et Marine.

Le pronostic de la rédaction

Du point de vue de l’effectif, Le Mans est le mieux loti parmi les promus, avec plusieurs joueurs d’expérience dans ses rangs. Après il ne faudra certainement pas négliger Rodez et Chambly, qui ont réalisé une superbe saison 2018/2019, et qui ont su renforcer leurs secteurs affaiblis, notamment l’attaque avec les départs de leurs meilleurs buteurs respectifs. Mais les Manceaux ont également un avantage décisif par rapport à leurs adversaires : évoluer dans leur propre stade. En effet, Rodez devra jouer ses six premiers matchs au Stadium de Toulouse car son stade n’est pas aux normes, et Chambly jouera sa saison complète hors de ses bases : 4 rencontres à Charléty, 15 à Beauvais. Si sur le papier cela ne semble pas si important, la réalité est toute autre, car Le Mans a déjà des infrastructures adaptées à la Ligue 2. Nous voyons donc bien les Sarthois terminer dans le ventre mou, par contre il sera sûrement difficile aux Ruthénois et Camblysiens d’exister réellement, et nous ne serions pas étonnés de les voir figurer parmi les 4-5 derniers.

 

Source image : leparisien.fr

 

Poster un commentaire

non tristique Aenean venenatis, quis consequat. Lorem