Preview MLB 2020 : NL East, une âpre lutte à quatre ?

0
NL East

Alors que les équipes MLB ont repris le chemin de l’entraînement et que le Spring Training a débuté, We Sport vous propose de faire le tour des forces en présence dans chacune des divisions. Aujourd’hui, place à la NL East, une des divisions les plus dense de la ligue où l’on retrouve le champion en titre.

Atlanta Braves :

NL East
L’objectif des Braves cette saison ? Enfin passer un tour de playoffs ! (Crédits : FOX Sports)
La Saison 2019 :

Une magnifique saison qui s’est encore terminée trop vite ; presque une copie de l’exercice 2018. Avec ses jeunes stars et ses bons frappeurs, Atlanta était armé pour conserver son titre de division, et a réussi à le faire en résistant au retour des Nationals. Ronald Acuna Jr s’est affirmé comme une star de la ligue, tandis que Josh Donaldson retrouvait la forme et que Mike Soroka impressionnait sur le monticule. Une belle saison qui s’est toutefois achevée en NLDS pour la 2e année consécutive, cette fois face aux Cardinals au terme d’une série indécise. Un nouvel échec, mais encore une belle progression pour la franchise de Géorgie.

L’Intersaison :

On retiendra principalement deux choses lors de cet intersaison chez les Braves : une grosse perte offensive et du recrutement chez les lanceurs. Parlons tout d’abord de cette perte, celle de Josh Donaldson (Twins). Le 3e base, qui s’était parfaitement relancé en Géorgie, n’a pas voulu prolonger et laisse et vide à Atlanta. Pour compenser ce départ, les dirigeants ont fait venir Marcel Ozuna de St Louis pour compenser offensivement, et Johan Camargo, plus défensif, devrait reprendre la place dans le hard corner.

L’autre information, c’est l’arrivée de deux belles recrues chez les lanceurs, un partant et un de relève. Le partant, c’est le vétéran Cole Hamels. Il apportera son expérience à un jeune bullpen notamment composé de Mike Soroka (voir plus bas) et Max Fried. L’autre grosse addition, qui est sûrement la plus belle signature de l’hiver pour les Braves, c’est celle de Will Smith. Parmi les meilleurs lanceurs de relève de la ligue, il sort de sa meilleure saison en carrière et fut même All Star, de quoi apporter des motifs d’espoir dans le bullpen des Braves. À noter également la signature de Felix Hernandez, ou encore l’arrivée de Travis d’Arnaud au poste de receveur.

Le Taulier : Ronald Acuna Jr, OF

Seulement deux saisons dans la ligue pour le vénézuélien, mais à seulement 22 ans il s’affirme déjà comme une star de la ligue. Rookie de l’année en 2018, 5e au vote du NL MVP en 2019, où est la limite pour Ronald Acuna Jr ? Figure de cette nouvelle génération talentueuse dans la franchise de Géorgie, il aura deux objectifs cette saison : faire mieux que ses 41 home runs et 37 bases volées, mais aussi permettre aux Braves d’enfin passer un tour en playoffs.

Le joueur à surveiller : Mike Soroka, SP

Alors que la rotation d’Atlanta émergeait comme le point faible de l’équipe à l’orée de la saison 2019, les Braves ont trouvé leur Ace pour un bon nombre de saisons en la personne de Mike Soroka. Pour sa première saison complète en MLB, le canadien a régalé : 2e au vote pour le rookie de l’année, 6e pour le trophée Cy Young de sa conférence, difficile de faire mieux lorsqu’on découvre les Ligues Majeures ! Cette saison il faudra confirmer ces belles promesses dans une rotation qui somme toute s’améliore.

Le Prono :

De jeunes stars, de bons frappeurs expérimentés et une rotation qui n’est plus si faible ; Atlanta est armé pour aller loin. Remporter la division est largement possible, mais l’objectif sera au-delà de ça : enfin passer un tour en playoffs après environ deux décennies maudites ! 1er en NL East.

Miami Marlins :

NL East
Sixto Sancchez, le rayon de soleil dans la saison des Marlins ? (Crédits : MiLB)
La Saison 2019 :

Morose, comme depuis trop souvent. Miami n’avait rien à espérer cette saison, et les Marlins ont, comme prévu, squatter les bas fonds de leur division pendant toute l’année 2019. Derniers de NL avec 105 défaites, ils n’ont pas été par une division ultra relevée (les quatre autres équipes ont terminé avec au moins 50% de victoires) et donc un calendrier très complexe. Si certains jeunes ont montré de belles choses, comme le lanceur Sandy Alcantara, l’équipe reste une des pires de la ligue.

L’Intersaison :

Stratégie spéciale des Marlins cet hiver. Alors que la priorité est souvent donnée aux jeunes lors d’une reconstruction, Miami a pris le contre-pied des habitudes en signant plusieurs joueurs d’expériences. Le roster s’est ainsi renforcé avec les arrivées de Jesus Aguilar (Rays), Corey Dickerson (Phillies), Francisco Cervelli (Braves) ou encore Matt Joyce (Braves). Toutefois, la plus grosse acquisition de l’hiver reste Jonathan Villar, transféré depuis Baltimore. À noter également le changement de la moitié des lanceurs du bullpen. À défaut d’être compétitif, Miami s’est efforcé de recruter pour ne pas être ridicule cette saison.

Le Taulier : Brian Anderson, 1B

Dans un effectif qui se dépourvoit de ses stars chaque année, Brian Anderson est aujourd’hui la figure de proue du roster. En constante progression au bâton, il doit encore faire des progrès dans ce secteur pour passer un nouveau cap. Toutefois, il reste un des meilleurs joueurs de cette équipe, et constituera une des attractions du côté du Marlins Park.

Le joueur à surveiller : Sixto Sanchez, SP

Les motifs d’espoir sont mince à Miami, mais Sixto Sanchez en est assurément un. Arrivé dans l’échange envoyant JT Realmuto à Philadelphia, le jeune lanceur dominicain est sûrement le meilleur jeune du farm system des Marlins. S’il n’a encore évolué qu’en AA, il pourrait découvrir la MLB dès cette saison, Miami étant réputé pour faire rapidement monter ses jeunes, et ainsi redonner le sourire à un Marlins Park qui en aura bien besoin.

Le Prono :

Dans une division NL East toujours aussi relevée, Miami semble toujours un ton en dessous. Les Marlins pourraient se montrer embêtants sur quelques rencontres, mais n’aurons pas les armes pour lutter avec les quatre autres équipes. 5e en NL East.

New York Mets :

NL East
Les Mets seront-ils capable d’aller chercher le titre de division ? (Crédits : CBS Sports)
La Saison 2019 :

Avec un beau recrutement à l’hiver 2018, on s’attendait à une progression du côté des Mets cette saison. Au final, c’est exactement ce dont nous avons été témoin. Les ajouts dans l’effectif ont plutôt bien fonctionné et New York a découvert un monstre en la personne de Pete Alonso. En seulement une saison au plus haut niveau, le floridien de naissance s’est affirmé comme le présent et le futur de la franchise. Si les Mets n’ont pas décroché les playoffs, il ont fait un joli bond en avant dans la NL East, et peuvent se permettre d’avoir des espoirs pour la prochaine saison.

L’Intersaison :

Intersaison relativement calme du côté de Big Apple. Si New York a perdu un lanceur de qualité en la personne de Zack Wheeler, qui plus est vers un rival de division (les Phillies), le front office a compensé en signant le AL Cy Young 2016 en la personne de Rick Porcello. Moins à son aise qu’auparavant, l’ancien des Red Sox devra faire taire certaines critiques. Par ailleurs, les Mets ont fait venir Michael Wacha des Cardinals, qui pourrait être une bonne affaire, ainsi que l’excellent lanceur de relève Dellin Betances. Le lineup a enregistré deux arrivées, celle de Jake Marisnik (Astros) et celle d’Eduardo Nunez (Red Sox).

Ce calme a toutefois été rompu avec des changements de manager. Avec la fin de l’expérience Mickey Callaway, Carlos Beltran devait reprendre le poste. Cependant, l’ancien joueur a été impliqué dans les scandales de vols de signes et a donc dû renoncer au poste. C’est finalement Luis Rojas, ancien coach de ligue mineure dans l’organigramme des Mets, qui occupera le poste cette saison.

Le Taulier : Jacob deGrom, SP

Si vous cherchez le meilleur lanceur de la ligue, il est peut-être dans cette équipe. Fort de ces deux trophées Cy Young ces deux deux dernières années, Jacob deGrom est une référence à son poste. Formant un duo impressionnant avec Noah Syndergaard, il était une des raisons de la bonne saison des Mets l’an passé. New York aura de plus grandes ambitions cette année, et devrait pouvoir compter sur son ace pour les atteindre.

Le joueur à surveiller : Pete Alonso, 1B

Le futur est déjà là à New York ! Pour son année rookie, Pete Alonso a éclaboussé les Ligues Majeures de son talent. Rookie de l’année en NL et vainqueur du Home Run Derby, il a montré un niveau de puissance déjà très impressionnant (53 HR, meilleure marque des Ligues Majeures). Il sera très attendu cette année, et devra réitérer ses exploits pour permettre aux Mets de lutter dans une des divisions les plus relevées de la MLB.

Le Prono :

Les Mets ont un effectif rempli de talent et sont capables de faire mieux qu’en 2019. La NL East sera excessivement serrée et se jouera sur des détails, mais il n’est pas utopique de croire en la bonne étoile des new-yorkais. 2e NL East.

Philadelphia Phillies :

NL East
Pas le droit au faux pas cette saison pour Bryce Harper et ses coéquipiers cette saison. (Crédits : USA Today Sports)
La Saison 2019 :

Décevant. Difficile de trouver un autre qualificatif pour parler de la saison des Phillies. Très attendu après son gros recrutement qui avait amené Andrew McClutchen, JT Realmuto et surtout Bryce Harper en Pennsylvanie, Philly n’a jamais pu lutter pour le titre de division. Souffrant de la domination des Braves puis de la fin de saison tonitruante des Nationals dans la division, les Phillies n’ont pas réussi à faire mieux qu’un bilan neutre (81W – 81L). Décevant, une nouvelle fois, pour une franchise ambitieuse qui rêvait a minima de playoffs.

L’Intersaison :

À Philadelphie, on veut gagner tout de suite. Ainsi, l’effectif a une nouvelle fois évolué dans ce sens cet hiver, tout comme le coaching staff. Gabe Kepler a été remercié, lui qui n’a jamais réussi à tenir le clubhouse, et a été remplacé par l’expérimenté Joe Girardi. Titré avec les Yankees en 2009, son image a été dépréciée avec la fin de cycle qu’a alors subi la franchise. Toutefois, le manager reste un homme d’expérience qui sait mener un groupe vers les sommets.

Au rayon des recrutements de joueurs, deux arrivées sont notables ; celle de Didi Gregorius et celle de Zack Wheeler, tout deux en provenance de New York mais de deux franchises différentes. Gregorius pourrait profiter d’évoluer sous la houlette de celui qui avait fait de lui un des tauliers des Yankees, tandis que Wheeler est un des lanceurs les plus sous-côtés de la ligue. Deux arrivées qui renforcent encore un effectif qui se doit de performer cette année.

Le Taulier : Bryce Harper, OF

Il n’a qu’une saison dans les jambes sous les couleurs des Phillies, mais Bryce Harper doit être la star de cet effectif. Recruté à prix d’or à l’hiver 2018, il a, individuellement, été au niveau de sa dernière saison à Washington. Nettement insuffisant. Figure de proue des ambitions de la franchise, il devra mener ce groupe vers le succès en avoisinant un niveau qui était celui qu’il avait lorsqu’il fut élu MVP en 2015.

Le joueur à surveiller : Didi Gregorius, SS

Signé pour une seule saison, Didi Gregorius semble être le coup parfait pour Philadelphie. Ayant besoin de se relancer, il va retrouver un manager qui l’avait fait briller avec les Yankees. Le pari est presque sans risque pour les Phillies, et pourrait s’avérer plus que payant.

Le Prono :

Philadelphie avait déjà un effectif taillé pour les joutes d’Octobre, et cette saison a renforcé ce constat. Le manager a changé afin de mener l’équipe sur cette voie, et le choix semble judicieux. Les Phillies se doivent de faire mieux que cette année mais une question subsiste : feront-ils mieux que les Braves, Mets et Nationals ? 4e en NL East.

Washington Nationals :

NL East
Les Nationals pourront-ils surfer sur la dynamique de leur titre ? (Crédits : Deadline)
La Saison 2019 :

Était-il possible de rêver meilleure saison pour les Nationals ? Alors qu’énormément de spécialistes enterraient la franchise après une première saison difficile, les joueurs de Dave Martinez ont fait mentir les observateurs. Non seulement la franchise s’est reprise, mais elle a fini la saison en trombe pour décrocher la 2e place de la NL East (à quatre petits matchs des Braves) et une qualification en playoffs !

Ces playoffs ont été tout aussi impressionnants que leur fin de saison. Tout d’abord, les Nationals ont éliminé les Brewers en Wild Card sur le fil, à la suite d’une erreur d’un défenseur de Milwaukee. Washington s’est ensuite défait de la meilleure équipe de sa conférence, les Dodgers, en cinq manches, avant de sweeper les Cardinals en NLCS. Washington se qualifiait ainsi pour les premières World Series de son histoire ! Opposés aux Astros, les Nationals vont livrer des finales de grande qualité et aller chercher le 1er titre de la franchise au terme d’une série en sept matchs qui aura tenu toutes ses promesses.

L’Intersaison :

Washington entamait l’intersaison avec deux de ses meilleurs joueurs libres de tout contrat : Stephen Strasburg et Anthony Rendon. Si le premier a signé une longue et lucrative prolongation, le second a lui décidé de poser ses valises à Los Angeles, laissant un énorme vide dans l’infield des champions en titre. L’infield a d’ailleurs été le chantier de l’hiver pour les Nationals. Au départ de Rendon se sont en effet ajoutés ceux de Matt Adams et Brian Dozier, obligeant la franchise à renouveler entièrement ce secteur de jeu. Starlin Castro (Marlins) et Eric Thames (Brewers) ont ainsi été recrutés et devraient être associés au jeune Carter Kieboom, qui aura la lourde tâche de reprendre le rôle laissé par Anthony Rendon. Le reste de l’effectif n’a pas changé, hormis l’arrivée du lanceur de relève Will Harris en provenance des Astros.

Le Taulier : Stephen Strasburg, SP

Si Washington a bien un énorme point fort, c’est sa rotation. Avec Max Scherzer / Stephen Strasburg / Patrick Corbin, les Nationals ont le meilleur trio de lanceur de la ligue. Concentrons nous toutefois sur Stephen Strasburg. MVP des World Series 2019 et grand artisan de ce chemin vers le titre, il a été prolongé à prix d’or cet hiver. Washington a privilégié son lanceur à Anthony Rendon et le 1er choix de la draft 2009 devra montrer à ses dirigeants qu’ils n’ont pas fait le mauvais choix.

Le joueur à surveiller : Carter Kieboom, 3B

Classé n°1 parmi les prospects du farm system des Nationals, Carter Kieboom devrait faire ses débuts en Ligues Majeures cette saison. Problème, il joue à la même position qu’Anthony Rendon et devra faire oublier l’un des grands artisans du titre de l’an passé. Une pression monstre pourrait donc se poser sur ses épaules, mais ce joueur talentueux pourrait bien surprendre.

Le Prono :

Washington est champion en titre et il ne faut jamais sous-estimer le cœur d’un champion. Toutefois, la perte d’Anthony Rendon est un véritable coup dur et le parcours de l’an dernier peut s’apparenter à un one shot. L’effectif est solide, mais dans une division aussi relevée il sera difficile de s’accrocher. 3e en NL East.

La NL East sera une division extrêmement serrée, et son classement devrait se jouer sur des détails. Quatre équipes sont en mesure de remporter la division, ou a minima d’être dans la course en playoffs. Atlanta semble toutefois favori mais chaque équipe à ses arguments. Wahsington est champion en titre, les Mets sont en pleine progression et Philadelphie a encore effectué un recrutement qui devrait permettre à la franchise de jouer la gagne. Seuls les Marlins seront hors course, eux qui lutteront pour éviter le ridicule.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here