Baseball

Preview MLB 2021 – AL East, un vent de fraîcheur venu du Nord ?

AL East

Orioles, Red Sox, Yankees, Rays et Blue Jays, ils seront cinq pour un titre de division dans l’AL East. Qui pourra succéder à Tampa Bay, sacré en 2020 ? Présentation des forces en présence dans une division où un match à 2+1 se profile.

Baltimore Orioles

Adley Rutschman, l’espoir de toute une franchise (Crédits : Orioles)

La saison 2020

Il y a eu du bon, comme une une série de six victoires début août et quelques succès larges (notamment un 14-1 contre les Braves mi-septembre), mais Baltimore est encore loin d’avoir terminé sa reconstruction. Dans une saison éclair les Orioles ont flirté avec un bilan neutre jusqu’à début septembre, mais auront finalement conclu l’exercice 2020 avec un bilan de 25-35. Si certains jeunes pourraient exploser dès cette saison, 2020 n’a été qu’une année sans réel intérêt, mais qui aura tout de même permis à la franchise du Maryland de ne pas finir dernière de l’AL East (4e) pour la première fois depuis 2016.

L’intersaison

Intersaison assez calme du côté de Baltimore, qui mise principalement sur une progression des jeunes de son farm system pour aller de l’avant. Sans agent-libre d’envergure à prolonger cette année, les Orioles ont procédé à quelques ajouts en allant notamment chercher Freddy Galvis et Yolmer Sanchez pour renforcer leur infield. Aucune coup d’éclat donc pour les hommes de Brandon Hyde, qui ont tout de même inviter le vétéran Felix Hernandez (NRI) pour le Spring Training.

La Star : Trey Mancini, OF

Si John Means sera très attendu cette saison, Trey Mancini le sera encore plus. Très bon en 2019, l’outfielder a manqué l’intégralité de la saison 2020 pour se battre contre un cancer du colon. Après d’intensives séances de chimiothérapie il devrait retrouver les terrains cette année, en espérant s’approcher du niveau qui avait fait de lui une pièce maîtresse de cet effectif des Orioles.

Le joueur à suivre : Adley Rutschman, C

Numéro un de la Draft 2019, Adley Rutschman pourrait enfin effectuer ses grands débuts dans les Ligues Majeures. À vingt-trois ans, le catcher semble prêt à faire le grand saut en cours de saison, ce qui permettrait aux Orioles de faire un énorme bon en avant dans leur reconstruction. Le renouveau de Baltimore passe par Rutschman, qui ne devrait pas laisser les habitués du Oriole Park indifférents.

La Clé : Le développement des jeunes

Ce n’est un secret pour personne, Baltimore mise énormément sur l’explosion de plusieurs joueurs venants de son farm system pour retrouver les sommets. Outre Adley Rutschman, duquel la franchise attendra beaucoup, d’autres jeunes prometteurs pourraient arriver en MLB en cours de saison comme DL Hall (P, 4e prospect des Orioles) ou tout simplement exploser, à l’image d’un Ryan Mountcastle déjà vu chez les pros l’an dernier. La reconstruction des Orioles n’est pas finie, mais une bonne évolution de leurs prospects permettrait d’accélérer le processus.

Le Prono

Baltimore progresse mais Baltimore est encore très loin de pouvoir concurrencer ses rivaux de division. Le trio Yankees/Blue Jays/Rays semble un ton au-dessus et l’objectif de la saison devrait être de ne pas retrouver la dernière place de la division tout en montrant des progrès dans le jeu. 5e de l’AL East.

Boston Red Sox

À l’image de Chris Sale, 2021 sera l’année du rebond ou de la fin de cycle pour Boston (Crédits : Billie Weiss/Getty Images)

La saison 2020

Si 2019 avait laissé plané un doute sur la situation de Boston dans les années à venir, 2020 a clairement fait office de saison de transition vers une reconstruction qui semble presque inéluctable. Sans Mookie Betts, transféré chez les Dodgers juste avant ce nouvel exercice, les Red Sox ont squatté les bas fonds de leur division toute la saison. En négatif après seulement deux matchs, la franchise du Massachusetts terminera finalement dernière de l’AL East avec un bilan de 24-36, soit le pire pourcentage de victoire (.400%) de Boston depuis 1965. S’il est difficile de comparer cette saison écourtée avec les précédentes qui dépassaient allègrement les cent matchs, il n’est en revanche pas difficile de dire que les Red Sox ont vécu un exercice compliqué, notamment au niveau de la rotation qui a totalement plombé la franchise.

L’intersaison

L’équipe du sacre de 2018 s’éloigne de plus en plus de Boston. Après Mookie Betts, c’est Andrew Benintendi qui a été transféré au cours de l’intersaison, ce dernier rejoignant les Royals. Dernier membre de l’outfield du titre, Jackie Bradley Jr est lui agent-libre et pourrait également quitter la franchise, tournant une page pour Boston. Au rayon des arrivées, les Red Sox ont d’abord compensé les départs dans son champ extérieur en signant Hunter Renfroe et Franchy Cordero, tout en ajoutant Enrique Hernandez dans l’infield. Du côté des lanceurs Garrett Richards renforcera la rotation tandis que plusieurs joueurs viendront renforcer un bullpen en difficulté l’an dernier. Des mouvements intelligents mais qui ne modifieront pas fondamentalement la dynamique de Boston pour l’exercice à venir.

À noter également la retraite de Dustin Pedroia, signe qu’une page est bel et bien en train de se tourner dans le Massachusetts même si Alex Cora, suspendu l’an passé, sera de retour dans la dugout pour les Red Sox.

La Star : Rafael Devers, 3B

À seulement vingt-quatre ans, Rafael Devers incarne le futur et le présent à Boston. Membre de l’équipe titrée en 2018, il est aujourd’hui l’un des leaders d’une franchise en pleine transition. Installé dans le hard corner, il est assurément un motif d’espoir pour une franchise qui navigue en eaux troubles et devra s’affirmer comme un leader dès cette saison pour devenir la nouvelle star des Red Sox parmi les joueurs de position. Bon offensivement, sa prise de pouvoir passera par plus de régularité défensivement pour devenir le leader des chaussettes rouges.

Le joueur à suivre : Chris Sale, P

On aurait évidemment pu parler de Bobby Dalbec, excellent lors de ses vingt-trois matchs disputés en 2020 et joueur prometteur dans une franchise en manque de repères pour le futur, mais comment ne pas parler de Chris Sale ? Considéré comme l’un des meilleurs Ace de la ligue il y a quelques années, le gaucher a enchaîné les problèmes physiques et vient à nouveau d’être placé sur l’Injured Reserve pour soixante jours. Pourra-t-il rebondir à trente-deux ans, lui qui est sous contrat jusqu’en 2025 ? C’est tout ce qu’on souhaite à Boston, qui doit encore lui verser 115 M de $ et ne peut pas le transférer avant 2024.

La Clé : renforcer le farm system

Alors que Boston semble se diriger vers une nouvelle saison difficile, la reconstruction semble peut-être enfin d’actualité. Néanmoins, les Red Sox ne sont pas encore en mesure de s’appuyer sur un farm system dense pour miser sur leurs jeunes dans le futur. À l’image de ce qui a été fait lors du transfert de Mookie Betts, Boston doit récupérer des jeunes prometteurs à développer, quitte à vivre une nouvelle saison dans les bas-fonds de la ligue.

Le Prono

Qu’il est loin le temps où Boston jouxtait pour rejoindre les World Series et aller chercher le titre. Aujourd’hui, les Red Sox semblent partis pour finir une nouvelle fois dans la deuxième partie du classement de sa division, surtout que Toronto s’est grandement renforcé et qu’une cassure s’est créé entre le groupe de tête et Boston. L’objectif sera de retrouver de l’espoir et, sur le plan sportif, de terminer devant les Orioles. 4e de l’AL East.

New York Yankees

Les Yankees seront-ils enfin épargnés par les blessures cette année ? (Crédits : Mike Stobe/Getty Images)

La saison 2020

Encore et toujours la même rengaine. Pour la quatrième saison consécutive, les Yankees sont allés en playoffs (en passant par les Wild Cards pour la troisième fois). Toutefois, pour la quatrième saison consécutive, les Yankees ont également manqué les World Series. Dans une saison où New York a connu des hauts et des bas, démarrant et finissant la saison fort mais connaissant un milieu d’exercice très compliqué, la franchise a été surclassé par les Rays à deux reprises. En effet, Tampa Bay a subtilisé le titre de division de New York puis éliminé les Yankees en ALDS. Une double peine qui fait mal à une franchise qui doit trouver la clé avant que sa fenêtre ne se referme.

L’intersaison

On prend les mêmes et on recommence ? Lorsque l’effectif est en bonne santé, New York possède un lineup de qualité et, par conséquent, aucune ajustement n’a réellement été fait dans ce secteur de jeu. En revanche, plus de stabilité a été apportée à une rotation où les lanceurs étaient trop souvent blessés ces dernières années avec les arrivées du vétéran Corey Kluber et de Jameson Taillon. Darren O’Day et Justin Wilson sont eux venus renforcer le bullpen. Pas de coup d’éclat pour les Yankees donc, mais des retouches bien pensées.

La Star : DJ LeMahieu, 2B

Si la véritable star des Bronx Bombers est sûrement Aaron Judge, les problèmes de santé de ce dernier ont révélé un autre leader dans l’effectif, le sous-estimé DJ LeMahieu. New-yorkais depuis deux ans, le deuxième base est sur un nuage et a réalise deux saisons de très haute volée, terminant lors de chacune d’elle dans le Top 5 (3e en 2020) pour l’élection du MVP en AL. Leader dans cette même AL à l’OBS, l’OPS et au Batting Percentage, il est une pièce maîtresse de l’attaque qui sera encore cruciale dans la chasse aux World Series que compte entreprendre sa franchise.

Le joueur à suivre : Gerrit Cole/Gary Sanchez, P/C

Ce n’est pas un joueur mais plutôt un duo qu’il faudra surveiller à New York en 2021. Arrivé dans la Grosse Pomme l’an dernier contre un gros chèque, Gerrit Cole a eu beaucoup de mal à mettre en place sa connexion avec son catcheur, le renommé Gary Sanchez. Après des moments difficiles les deux hommes doivent absolument rebondir pour permettre à l’Ace des Yankees d’être dans les meilleurs dispositions possibles et terroriser un peu plus les frappeurs qui croiseront son chemin.

La Clé : la santé

Si être épargné par les blessures est une donnée bateau qui revient souvent pour parler des conditions de réussite d’une franchise, cela est d’autant plus vrai pour New York. Aaron Judge, Gleyber Torres ou encore Luis Severino, plusieurs cadres ont manqué trop de rencontres l’an dernier. Cela est même devenu une constante dans la franchise ces dernières saisons, Aaron Judge étant régulièrement absent et la rotation devant souvent composer sans être au complet. Avec un effectif au complet, les Yankees sont des candidats au titre ; minés par les blessures, ces mêmes Yankees auront du mal à remporter leur division.

Le Prono

Depuis 2017 New York semble en mesure de remporter sa division et d’aller chercher l’AL Pennant, et cette saison ne devrait pas déroger à la règle. Forts d’un effectif complet et d’une rotation théoriquement stabilisée, les Yankees ont les armes pour jouer les premiers rôles en MLB cette saison. Toutefois, il faudra espérer que les blessures restent loin du Yankee Stadium et que la franchise arrive enfin à passer ce pallier qui l’empêche de regoûter aux World Series prêt de douze ans après leur dernière apparition. 1er de l’AL East

Tampa Bay Rays

Randy Arozarena et Wander Franco, le futur (et le présent ?) radieux des Rays (Crédits : Will Vragovic / Rays)

La saison 2020

Comment ne pas qualifier la saison des Rays d’exceptionnelle ? Après une année 2019 convaincante, embellie par une qualification et une victoire en playoffs pour la première fois depuis six ans, Tampa Bay a explosé en 2020. Dans une saison certes raccourcie, les floridiens ont été dominants, ne laissant presque pas place au doute quant à leur capacité à remporter l’AL East. Grâce à un lineup complet, les Rays finirent même avec le meilleur bilan de la Ligue Américaine, faisant des playoffs leur véritable juge de paix.

Les playoffs, ce fut d’abord une histoire de rivalité pour Tampa Bay. Opposés coup sur coup aux Blue Jays puis aux Yankees, ils en font parler par deux fois leur statut de champion de division (non sans peine contre New York) pour rejoindre les ALCS. Face à des Astros qui montaient en puissance Tampa Bay s’est fait très peur, passant d’une avance de 3-0 à 3-3 , mais remporta finalement le Game 7 pour accéder aux World Series pour la deuxième fois de leur histoire. Malheureusement, comme en 2008, les Rays ne purent rien faire contre leurs adversaires (Dodgers) et durent se contenter d’un AL Pennant venant déjà couronner une saison exceptionnelle.

L’intersaison

Du mouvement oui, mais avec modération. Fort d’un lineup de qualité, les Rays n’ont effectué presque aucune retouche dans leur alignement. En effet, le seul départ notable est celui d’Hunter Renfroe, parti du côté de Boston, qui ne semblait plus dans les plans de la franchise après l’explosion de Randy Arozarena (voir plus bas). En revanche, cela a beaucoup bougé dans la rotation. Exit Blake Snell et Charlie Morton, qui étaient pourtant les têtes d’affiches chez les lanceurs, et bonjour à Rich Hill, convaincant avec les Twins, et à Michael Wacha, qui cherchera à se relancer après une campagne difficile à New York. Deux joueurs d’expérience qui seront également accompagnés par un revenant, un certain Chris Archer qui avait quitté la franchise en 2018 dans un échange qui avait notamment permis aux Rays d’obtenir Tyler Glasnow.

La Star : Tyler Glasnow, P

Blake Snell transféré du côté de San Diego, Tyler Glasnow est désormais le patron de la rotation des Rays. Ace désigné pour 2021, il va devoir montrer qu’il a les épaules pour assumer ce statut et livrer une saison digne de ce nom pour que les siens puissent prétendre à un nouvel AL Pennant.

Le joueur à suivre : Randy Arozarena, LF

En seulement vingt-trois matchs de saison régulière et une campagne de playoffs, Randy Arozarena a déjà éclaboussé la ligue de son talent. Frappeur d’exception, le Cubain a soigné ses débuts en étant MVP des ALCS et en décrochant quelques records sur les Home Runs, de quoi déjà faire de lui une pièce maîtresse de l’alignement des Rays. Favori pour le titre de rookie de l’année auquel il est encore éligible, il devra confirmer ses excellents début sur une saison bien plus longue.

À suivre également les débuts très attendus de Wander Franco (SS, Prospect n°1 MLB) qui devrait rejoindre les Ligues Majeures en cours de saison et devrait faire beaucoup de bruit.

La Clé : la continuité

Dire que tout le monde attendait Tampa Bay en World Series serait un mensonge difficilement recevable. Après une saison de très haute volée où les floridiens ont surpris de nombreux observateurs, les Rays vont devoir réussir à faire quelque chose qu’il est souvent compliqué de faire : enchaîner. Avec un lineup presque intact, Tama Bay a joué la carte de la continuité et espérera que ce choix soit payant pour, a minima, conserver son titre de division.

Le Prono

Les Rays sortent d’une saison euphorique, mais seront-ils capables de récidiver ? Forts d’un lineup rempli de joueurs de talent et avec un Randy Arozarena déjà prêt à devenir une star, Tampa Bay a des arguments pour se mêler à la lutte à sa propre succession en American League. Néanmoins, la rotation pose quelques questions, tout comme le nombre de match prévus cette année au calendrier qui devra pousser les Rays à être plus réguliers que l’an dernier où la saison ressemblait à un sprint final. 3e de l’AL East.

Toronto Blue Jays

Avec l’arrivée de George Springer, Toronto espérera passer un nouveau palier cette saison (Crédits : ESPN)

La saison 2020

Progresser encore et toujours, tel était l’objectif des Blue Jays pour l’exercice 2020. Après trois saisons engluées à la quatrième place de sa division, Toronto s’est fait violence cette saison et a profité de cette année raccourcie et d’un élargissement des places qualificatives en playoffs pour retrouver les joies de la postseason. Encore trop courte et trop jeune, la franchise sortira en Wild Cards face aux Rays mais une progression a bien été visible dans un des effectifs les plus prometteurs des Ligues Majeures.

L’intersaison

Après avoir fait confiance à ses jeunes pendant de nombreuses saisons, Toronto a décidé de mettre les bouchées doubles cet hiver en apportant plus d’expérience et de talent dans ses rangs. Dans un lineup assez jeune, la direction a décidé d’injecter George Springer et Marcus Semien, deux trentenaires excellents au bâton qui devront permettre aux Blue Jays de passer un cap. Même son de cloche chez les lanceurs ou des ajouts ont été faits pour apporter plus de stabilité, que ce soit dans la rotatiin (Matz) ou dans le bullpen (Chatwood, Phelps, Yates).

La Star : Vladimir Guerrero Jr, 1B

Vingt-deux ans et déjà un taulier. Joueur le plus attendu et le plus scruté dans la franchise canadienne depuis son arrivée dans les Ligues Majeures en 2019, Vladimir Guerrero Jr est la pièce maîtresse de l’alignement des Blue Jays. Mieux entouré que les années précédentes, il devra passer un nouveau cap si les canadiens veulent rêver de playoffs ou d’un titre de division.

Le joueur à suivre : George Springer, CF

Signé à prix d’or cet hiver, George Springer doit permettre à Toronto de passer un cap. Dans une franchise jeune et ambitieuse, l’outfielder devra apporter sa science du bâton mais aussi son expérience des playoffs, lui qui a fait partie des différents runs des Astros ces dernières années et qui fut élu MVP de World Series en 2017.

La Clé : les recrues

Présentés comme une équipe en développement depuis plusieurs saisons, les Blue Jays doivent passer un cap cette saison. Dans cette optique, le Front Office n’a pas hésité à sortir le chéquier pour attirer des joueurs convoités sur le marché (Springer et Semien notamment). Si Toronto veut passer un cap et retrouver les playoffs, il faudra impérativement que ces dernières montrent la voie aux plus jeunes comme a pu le faire Hyun-Jin Ryu l’an passé. Les canadiens ont les armes, mais encore faut-il que tout clique pour que cela fonctionne.

Le Prono

Toronto s’est renforcé dans l’optique de concurrencer le tandem Yankees/Rays et cel apourrait porter ses fruits dès cette année. L’objectif semble clair pour les canadiens, retourner en playoffs, mais il faudra être solide toute la saison car il faudra sûrement faire mieux que l’an dernier et subtiliser la deuxième place de la division à l’une de ces deux franchises. Ambitieux mais loin d’être impossible. 2e de l’AL East.

Après le sacre des Rays en 2020, qui sera capable de succéder à Tampa Bay dans cette AL East ? Yankees et Rays font office de favoris, mais les Blue Jays ne seront pas non plus à sous-estimer. Derrière, Red Sox et Orioles semblent un ton plus bas et sur des dynamiques différentes, même si ces deux franchises devraient se battre pour éviter la dernière place de la division.

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire