MLB

Preview MLB 2021 : NL Central, la division la plus homogène ?

NL Central

Cubs, Reds, Brewers, Pirates et Cardinals, ils seront cinq pour un titre de division dans la NL Central. Qui pourra succéder à Chicago, sacré en 2020 ? Présentation des forces en présence dans une division qui semble déjà indécise.

Chicago Cubs

Les stars de l'infield des Cubs seront attendues au tournant en 2021 (Crédits : The Athletic)

La saison 2020

Une saison surprise avec une fin tragique, voilà comment résumer l’exercice 2020 de Chicago. Absolument pas attendus par les observateurs, les Cubs vont faire déjouer les pronostics dès le début de saison. Enchaînant les victoires, la franchise de l’Illinois se place parmi les meilleurs bilans de la MLB grâce notamment à une rotation qui excelle derrière Kyle Hendricks et surtout Yu Darvish. Malheureusement, Chicago finira par craquer en fin de saison. Pénalisés par un infield en grande difficulté au bâton, les Cubs commencent à perdre des matchs mais réussissent néanmoins à décrocher la NL Central pour la première fois depuis 2017. Le rêve est alors permis lorsque les Marlins se dressent sur leur chemin en Wild Cards, mais Miami sweepera Chicago pour mettre un terme à la saison des Cubs. Une année en deux temps, avec des satisfactions mais également beaucoup de frustration.

L’intersaison

Intersaison mouvementée à Chicago. Après une année plutôt réussie, les Cubs ont vu de nombreux joueurs quitter l’effectif, notamment dans la rotation où Jon Lester (Nationals) et Yu Darvish (Padres) ont plié bagages. Ces derniers ont été remplacés par les arrivées de Zach Davies, impliqué dans le trade avec les Padres pour Darvish, Trevor Williams et lé vétéran Jake Arrieta : des signatures intéressantes mais qui marquent tout de même une baisse de niveau dans l’un des points forts de l’effectif. Dans le lineup certains joueurs sont également partis (Almora Jr, Schwarber, …) mais cela a largement été compensé par l’arrivée de Joc Pederson, recrue phare de l’intersaison, et celle de Jake Marisnick, améliorant sur le papier le niveau au bâton de l’effectif.

La Star : Javier Baez, SS

Décevant en 2020, Javier Baez va devoir rebondir dès le prochain exercice. Très loin de ses standards, El Mago sera attendu au tournant en 2021 pour montrer qu’à vingt-huit ans, il est toujours la star et le leader d’une franchise qui voudra à nouveau déjouer les pronostics.

Le joueur à suivre : Joc Pedersen, LF

Dans une franchise qui était en manque de valeurs sûres au bâton, Joc Pederson fait office de fit parfait. Champion avec les Dodgers l’an passé, le Californien doit s’affirmer comme un leader offensivement dans une franchise en manque de repères dans ce secteur de jeu l’an passé.

La Clé : le retour en grâce de l’infield

Kris Bryant, Anthony Rizzo et Javier Baez, trois joueurs qui forment un infield théoriquement terrifiant mais qui ont grandement déçu l’an passé. Habituels cadres chez les Cubs, ces trois là n’auront pas le droit de se rater une deuxième saison consécutive et seront très attendus pour permettre aux Cubs de jouer un vrai rôle en NL Central cette saison. En cas de nouvelle saison ratée, l’infield pourrait subir quelques retouches à l’issue du prochain exercice.

Le Prono

Tenant du titre dans la division, Chicago devra batailler pour conserver son bien dans une division qui a envoyé quatre franchises en playoffs l’an passé. Si la rotation a perdu en qualité, les Cubs peuvent espérer se mêler à la course pour les playoffs si les stars de son infield retrouvent leur niveau. Encore faut-il que cela suffise pour aller chercher une première place en NL Central qui semble être le seul moyen d’aller en postseason. 3e NL Central.

Cincinnati Reds

La rotation des Reds pourra-t-elle porter la franchise sans Trevor Bauer ? (Crédits : Gregory Shamus/Getty Images)

La saison 2020

Après un recrutement assez ambitieux (Castellanos, Moustakas, …) pour passer un cap, Cincinnati a réalisé une saison aboutie en profitant de la densité de la NL Central pour accrocher la première Wild Card de la National League. Pourtant, les satisfactions ne sont pas venues du lineup mais bien des lanceurs qui ont brillé en 2020. Derrière un Trevor Bauer de gala, lauréat du NL Cy Young, le reste de la rotation a porté la franchise, tout comme un bullpen inspiré avec quelques joueurs très en vue. Cela aura donc permis aux Reds de compenser une attaque affreusement inconstante, qui termina l’année avec la deuxième pire moyenne de frappe (.212) de l’histoire de la MLB ! Malgré le niveau de la rotation, les problèmes dans l’alignement auront fini par coûter trop cher à Cincinnati qui ne fit que de la figuration en playoffs, se faisant balayer par Atlanta en Wild Cards pour mettre un terme à cette année.

L’intersaison

Intersaison difficile pour Cincinnati, qui a vu ses principaux joueurs libres s’envoler loin de l’Ohio. En tête de liste le Cy Young en titre et star de l’effectif, Trevor Bauer, qui a décidé de retrouver sa Californie natale en s’engageant avec les Dodgers, obtenant un gros chèque que les Reds n’étaient pas en mesure de lui donner. À noter également les départs de Raisel Iglesias ou encore Anthony DeSclafani, qui viennent affaiblir un pitching staff qui était le point fort de l’effectif l’an passé. Du côté des arrivées peu de choses à signaler mis à part la signature de Sean Doolittle qui tentera de relancer sa carrière, ou encore l’arrivée du speedster Dee Gordon pour densifier le banc chez les joueurs de champ. Aucun coup flashy donc et un effectif qui semble s’être affaibli par rapport à l’an dernier.

La Star : Luis Castillo, SP

Malgré le départ de Trevor Bauer, la rotation reste LE point fort des Reds pour l’exercice à venir avec Luis Castillo qui devrait récupérer le statut d’Ace. Performant depuis son arrivée dans les Ligues Majeures en 2017, le Dominicain sort de sa saison la plus aboutie en carrière et devra, aux côtés de Sonny Gray notamment, maintenir Cincinnati à flots malgré des problèmes offensifs qui s’annoncent à nouveau.

Le joueur à suivre : Joey Votto, 2B

Star de l’effectif, Joey Votto est plus proche de la fin de carrière que de ses plus belles années. Néanmoins, le Canadien va devoir rebondir après un exercice 2020 décevant s’il veut que sa francise reste compétitive et ait une chance de disputer les playoffs.

La Clé : retrouver de l’allant en attaque

À l’image de Joey Votto, l’attaque des Reds a fortement déçu l’année passée. En 2021, les frappeurs de Cincinnati vont devoir montrer un bien meilleur visage s’ils veulent que la franchise évolue au premier plan dans une division homogène. Si l’attaque tourne bien Cincinnati aura une chance de jouer le titre de division, mais si elle cale à nouveau les Reds pourraient ne devancer que les Pirates au classement final dans la NL Central.

Le Prono

Une attaque qui pose encore des questions, un pitching staff qui semble avoir perdu en qualité mais une division toujours très homogène, la saison 2021 des Reds sera une véritable énigme. Même si la franchise de l’Ohio ne devrait pas être loin du groupe de tête, les problèmes offensifs qui devraient gêner la franchise pourraient être trop coûteux sur un exercice beaucoup plus long qu’en 2020. 4e NL Central.

Milwaukee Brewers

Christian Yelich sera-t-il de retour à son meilleur niveau en 2021 ? (Crédits : Getty Images)

La saison 2020

Après trois saisons à jouer les premiers rôles dans la NL Central, Milwaukee est rentré dans le rang au cours d’une saison 2020 que les Brewers ont difficilement négocié. Jamais en positif, la franchise du Wisconsin a flirté avec le bilan neutre toute l’année pour finalement échouer à une petite victoire des trente succès (29-31) pour se retrouver quatrième de sa division. Au final Milwaukee aura réussi à décrocher une Wild Card, mais n’aura fait qu’illusion contre des Dodgers intouchables et lancés vers le titre. À retenir dans cette saison assez morose le niveau inquiétant du lineup qui, à l’image de Christian Yelich, a déçu en attaque, mais aussi l’inconstance de la rotation. Néanmoins il y a bien eu quelques satisfactions pour le manager Craig Counsell comme l’explosion de Devin Williams dans le bullpen, lui qui fut élu rookie de l’année en National League, mais aussi la solidité de Corbin Burnes et les bonnes performances de Brandon Woodruff chez les lanceurs partants. Pour le reste, il faudra corriger le tir dès la saison prochaine.

L’intersaison

Critiqué l’an dernier, le lineup des Brewers a été le seul secteur à connaître des ajustements au cours de l’hiver. Avec le repositionnement du jeune Keston Hiura en première base, la franchise s’est libérée un spot en deuxième base qu’ils ont confié à l’expérimenté Kolten Wong. Réputé pour ses qualités défensives, il apportera plus de stabilité à l’infield. Même son de cloche dans le champ extérieur avec l’arrivée de Jackie Bradley Jr, ancien membre de l’outfield du titre des Red Sox. Pour le reste aucune signature notable, mis à part le retour de Travis Shaw après une expérience peu concluante à Toronto, et une inactivité notable sur le marché des lanceurs.

La Star : Christian Yelich, LF

2020 a été une année compliquée pour Christian Yelich, qui a semblé bien loin de ses standards des deux années précédentes où il était assurément l’un des trois meilleurs joueurs de la ligue. Après cet exercice spécial et difficile, la star du Wisconsin devra retrouver son niveau au cours de cette nouvelle saison pour montrer la voie à sa franchise qui sera également en quête de rebond.

Le joueur à suivre : Devin Williams, RP

Rookie de l’année en National League en 2020, Devin Williams a été le rayon de soleil dans le brouillard du Wisconsin pour les Brewers. Déjà considéré comme l’un des meilleurs à son poste dans la ligue, il formera un duo tonitruant avec Josh Hader pour tenir l’avantage en fin de rencontre. Une donnée qui risque d’être importante au regard du relatif manque d’impact offensif dans le lineup.

La Clé : trouver des solutions offensivement

L’an dernier, les principaux maux de la franchise venaient de l’alignement et du niveau des Brewers en attaque. En 2021, il va falloir corriger tout cela pour profiter de la relative faiblesse de la NL Central. En bricolant et en espérant une explosion de Keston Hiura et un retour en état de grâce de Christian Yelich, Milwaukee pourrait tirer son épingle du jeu et aller chercher une qualification en playoffs. Tout cela est loin d’être impossible, même si l’hypothèse d’une saison 2020 bis est également plausible.

Le Prono

Dans une NL Central où quatre franchises seront en course pour le titre de division, les Brewers n’auront pas vraiment le droit à l’erreur. Le retour en forme de Christian Yelich devrait faire énormément de bien à Milwaukee, mais sera-ce suffisant pour monter sur le trône ? Pas impossible, mais cela risque d’être une tâche très ardue. 2e NL Central.

Pittsburgh Pirates

Ke'Bryan Hayes, le rayon de soleil dans le futur marasme de Pittsburgh (Crédits : Ron Schwane/AP)

La saison 2020

Peut-on faire pire que les Pirates en 2020 ? Enregistrant leur pire pourcentage de victoire depuis la saison 1952 lors de cet exercice raccourci, Pittsburgh a vécu une année qui ne restera pas dans les mémoires. Dans une division très relevée, ce qui n’a pas aidé la franchise de Pennsylvanie à obtenir des victoires, les Pirates ont vite déchanté et ont occupé les bas-fonds du classement toute l’année. Si la rotation a fait de son mieux et qu’une lueur d’espoir est venu du jeune Mitch Keller, l’attaque a rapidement montré ses limites, limites rédhibitoires pour espérer batailler dans la NL Central. Pittsburgh est en reconstruction, et cet exercice 2020 où les Pirates ont terminé avec le pire bilan des Ligues Majeures (19W-41L) en est la parfaite illustration.

L’intersaison

On prend les mêmes et on recommence ? Presque, mais avec encore plus de tanking. Éléments les plus intéressants et les plus valuable de la franchise, Josh Bell (Nationals), Jameson Taillon (Yankees) et Joe Musgrove (Padres) ont tous été transférés pour apporter des talents à développer au farm system des Pirates. Place aux jeunes à Pittsburgh donc, qui ne semble absolument pas dans l’optique de remporter des matchs en 2021. Bien au contraire.

La Star : Gregory Polanco, RF

Peut-on vraiment mettre star et Pirates dans la même phrase en 2021 ? Dans un effectif rajeuni où l’objectif est clairement d’exploiter le talent de jeunes prospects pour le futur, difficile de trouver un véritable taulier à même de prendre le statut de star. Gregory Polanco fait tout de même office de joueur avec le plus de valeur parmi les « vétérans », ce qui pourrait d’ailleurs pousser sa franchise à l’échanger en cours de saison pour récupérer encore plus de jeunes joueurs.

Le joueur à suivre : Ke’Bryan Hayes, 3B

Et si c’était lui la future star et le futur visage de Pittsburgh ? À tout juste vingt-quatre ans et avec seulement vingt-quatre rencontres en MLB dans les jambes, Ke’Bryan Hayes semble bien être le futur de la franchise. Prospect n°1 des Pirates, le troisième base a été convaincant pour sa première année et devra poursuivre sa progression dans une équipe qui n’aura pas la pression des résultats. Avant d’exploser en 2022 et de prétendre au statut de star ?

La Clé : allier défaites et progression

Ce n’est un secret pour personne, Pittsburgh sera en mode tanking en 2021. Objectif ? Remporter le moins de matchs possibles pour obtenir le premier choix de la Draft 2022 (Pittsburgh possède déjà le Pick 1 en 2021). La clé sera donc de réussir ce tanking presque annoncé tout en permettant à ses jeunes de progresser et de s’affirmer comme des joueurs solides en MLB. À défaut de résultats, le PNC Park pourrait donc voir éclore quelques pépites.

Le Prono

Pittsburgh ne visera pas les premières places de la division en 2021 et ne semble de toute façon pas en mesure de rivaliser avec qui que ce soit dans la NL Central. La dernière place leur semble promise (tout comme celle des Ligues Majeures ?) et, finalement, cela ne devrait pas déplaire au Front Office. 5e de la NL Central.

St Louis Cardinals

Nolan Arenado, nouvelle star des Cardinals (Crédits : MLB.com)

La saison 2020

Dans la division la plus homogène de la MLB en 2020, les Cardinals ont réussi à tirer leur épingle du jeu pour décrocher un billet pour les playoffs. Pourtant, tout n’a pas été parfait pour St Louis lors du précédent exercice, loin de là. Malgré une attaque en grande délicatesse et une puissance absolument cataclysmique, la franchise du Missouri a réussi à s’appuyer sur une rotation et plus globalement un pitching staff évoluant à un excellent niveau. Kwang Hyun Kim aura notamment été excellent, compensant les difficultés d’un Jack Flaherty incapable de confirmer dans cet exercice raccourci. Du bon et du moins bon donc pour les Cardinals, qui après avoir terminé deuxième de leur division sortiront dès les Wild Cards contre les Padres, notamment à cause d'une défaite renversante lors du deuxième match de la série.

L’intersaison

L’intersaison a été calme du côté de St Louis. Enfin, presque. Outre la prolongation des vétérans Yadier Molina et Adam Wainwright, c’est surtout la venue de l’excellent Nolan Arenado par transfert qui aura fait grand bruit. Réputé comme étant le meilleur défenseur de la ligue, il n’aura finalement pas coûté un prix démesuré pour l’extorquer à des Rockies qui semblaient presque résignés. Ce blockbuster trade est le seul mouvement d’envergure dans l’hiver des Cardinals, qui ont par ailleurs laisser filer Kolten Wong et Brad Miller.

La Star : Nolan Arenado, 3B

Une nouvelle star arrive en ville ! Multiple Platinium Glove et star des Rockies depuis son arrivée dans les Ligues Majeures, Nolan Arenado vient renforcer un effectif qui avait besoin d’un joueur de son calibre au bâton. Considéré comme le meilleur joueur à son poste, celui qui est surnommé Nado va devoir montrer qu’il peut être le leader d’une franchise qui joue le titre et qui aura de grandes ambitions.

Le joueur à suivre : Dylan Carlson, OF

Classé 13e prospect MLB, Dylan Carlson n’avait pas convaincu pour ses débuts chez les professionnels. Après une saison au rythme compliqué, ce qui n’a pas aidé le tout jeune joueur (22 ans) à s’acclimater à ce nouvel environnement, l’outfielder va avoir une saison complète pour exposer son talent et rappeler pourquoi il avait été choisi au premier tour de la Draft 2016.

La Clé : profiter du niveau de la division

Comme l’an passé, la NL Central sera l’une des divisions les plus indécises en MLB avec de nombreuses franchises en mesure de viser le titre de division. Avec un infield qui est peut-être le meilleur des Ligues Majeures et une rotation très solide, les Cardinals ont des arguments pour dominer une division qu’ils avaient remporté en 2019. L’inactivité des autres membres de la division lors de l’intersaison a permis à St Louis de prendre une longueur d’avance, et il va falloir concrétiser tout cela.

Le Prono

La division sera indécise, mais les Cardinals partiront sûrement avec le statut de favori. Le trade de Nolan Arenado a fait de St Louis un véritable contender, et la franchise aura sûrement un supplément d’âme pour ce qui s’apparente à la dernière saison de Yadier Molina. Les Wild Cards semblent destinées aux deuxièmes des deux autres divisions de la National League, et les Cardinals n’auront donc pas le droit à l’erreur. 1er NL Central.

Après le sacre des Cubs en 2020, qui sera en mesure de succéder à Chicago dans cette NL Central ? Dans une division très dense, seuls les Pirates semblent totalement hors course et devraient terminer à la dernière place de la division. Derrière, Cincinnati pourrait avoir du mal à suivre le rythme, tout comme les Cubs qui auront tout de même une carte à jouer pour conserver leur bien. Au final, les Cardinals pourraient profiter de l'homogénéité du groupe de tête pour tirer leur épingle du jeu, même si les Brewers seront également à surveiller en cas de retour au top de Christian Yelich.

Dernières publications

En haut