Les 30 moments marquants de 2019 : PSG – Manchester United : Remontada, tome II

Il y a 19 ans maintenant, Nelson Mandela disait “Sport has the power to change the world !”. Impossible de le contredire après tout ce que les amateurs de sport et de sensations fortes ont vécu cette année. A l’instant même où vous êtes en train de lire cette phrase, Trent Alexander-Arnold s’apprête sans doute à tirer un corner et Julian Alaphilippe a sûrement eu le temps de se glisser dans une échappée. Mais qu’importe votre sport de prédilection, la rédaction de WeSportFr a fait de la place à tous et revient sur les 30 évènements sportifs qui ont fait 2019. Aujourd’hui, retour sur le huitième de finale retour de Ligue des Champions entre le PSG et Manchester United.

 

Le contexte : le PSG en position “trop” favorable ?

Après une phase de poule difficile mais bien négociée avec Liverpool et Naples, le Paris Saint-Germain avait fini premier de son groupe. C’était donc logiquement qu’ils devaient affronter un 2ème de groupe le huitième. Le jour du tirage, le PSG était plutôt satisfait d’avoir tiré le Manchester United malade de Jose Mourinho. Mais le lendemain, le club anglais annonçait que le Portugais quittait le club “avec effet immédiat”. Largué en championnat, The Special One n’aura pas survécu malgré la qualification en C1. Dans le communiqué, le club précisait qu’un entraineur intérimaire serait nommé jusqu’à la fin de la saison. L’élu est Ole Gunnar Solskjaer, inconnu du grand public. Très vite, l’alchimie revient et une bonne dynamique s’installe chez les Reds. Le premier match de la rencontre se joue donc à Old Trafford. Privé de Neymar et Cavani, les Parisiens comptent sur Mbappé pour animer l’attaque. Mais c’est Presnel Kimpembe qui ouvre le score à l’heure de jeu. Le natif de Bondy double la mise pour donner encore plus de relief à la victoire parisienne à l’extérieure.

 

L’histoire : les démons ne doivent pas resurgirent

Après ce premier match gagné 2 buts à 0, le PSG est en bonne position pour se qualifier en quart de finale. Inévitablement, 2 ans après la catastrophe du Camp Nou, certains se méfient d’une nouvelle Remontada. Mais pour d’autres, à l’image de Kilian Mbappé le premier, il ne faut pas céder à la panique générale et à la peur. En effet, de nouveaux joueurs sont arrivés pour renforcer l’effectif, Thomas Tuchel semble amener un plus à son équipe et surtout les Parisiens évolueront devant leur public. Argument de plus pour ne pas croire en cette Remontada, le fait que les Reds doivent présenter une équipe plus que bis. La suspension de Paul Pogba ajoutée aux blessures de Martial, Herrera, Matip, Mata, Sanchez, obligent Solskjaer a titulariser de nombreux jeunes expérimentés.

 

Le match : un scénario catastrophe du début à la fin

Les Parisiens pour se mettre définitivement à l’abri et passer à l’abri voulaient marquer tôt dans le match, pour forcer les Mancuniens à inscrire 4 buts. Mais plus que tout, il ne fallait pas encaisser l’ouverture du score sous peine de donner confiance aux Red Devils. La soirée cauchemardesque à pourtant commencé dès la 2ème minute de jeu. Sur une incompréhension avec Thiago Silva, Thilo Kherer manque sa passe en retrait, lançant Romelu Lukaku en profondeur. Le Belge n’a pas eu à trop forcer son talent pour dribbler Gianluigi Buffon puis marquer dans le but vide. Mais à la 12ème minute, les Parisiens ont bien réagi avec Kilian Mbappé, seul membre de la MCN, a bien centrer pour Juan Bernat. L’Espagnol a ainsi redonné un peu d’air aux hommes de Thomas Tuchel. Un petit seulement puisqu’à la demi-heure de jeu, Marcus Rashford a réalisé une frappe lointaine et puissante. Un tir que Buffon aurait dû capter sans trop de difficultés. Mais le portier italien, recruté pour son expérience dans les grands matchs, a relâché le ballon et a permis à Lukaku de s’offrir le doublé. Manchester United n’était alors qu’à un petit but de la qualification. Et une situation dans le temps additionnel a fait basculer la soirée dans l’inimaginable. Sur une nouvelle frappe des Anglais, Presnel Kimpembe se tourne pour la contrer. Sauf que le défenseur français, situé exactement sur la ligne de surface de but, dévie la balle du bras. Une situation très litigieuse puisque Kimpembe ne regarde pas le ballon, n’agrandit pas la surface de son corps et se situe sur la ligne. Toujours est-il que l’arbitre de la rencontre siffle pénalty et offre la balle de la qualification à Marcus Rashford. L’attaquant de tremble pas et élimine le PSG au bout de la nuit.

 

Cette saison, le PSG tentera de faire mentir la formule “jamais deux sans trois”. Après cet épisode plutôt triste pour le football français, celui de demain reviendra sur le nouveau titre en Top 14 pour le Stade Toulousain. Alors à demain, 17h sur WeSportFr.

Poster un commentaire

lectus nec libero leo risus. massa adipiscing dolor.