Coupe du Monde

Qualifs Mondial 2022 : la Suisse redescend de son nuage

Crédit photo : Keystone

On avait quitté la Nati bienheureuse, forte de son bel Euro 2020. Après avoir éliminé la France en huitièmes de finale, la compétition de nos voisins transalpins était déjà réussie. Si la marche face à l’Espagne était trop haute, on a enfin pu voir les hommes de Vladimir Petković briller dans un grand rendez-vous. Depuis, le sélectionneur a changé et, pour sa rentrée, Murat Yakın n’a pu faire mieux que deux nuls vierges de tout but.

Un bon point contre l’Italie

Forcément, lorsqu’on tombe dans le groupe du champion d’Europe en titre, la tache s’annonce délicate. Pourtant, c’est une Nati en forme que l’on a pu voir évoluer face à l’Italie. La partie, disputée au Parc Saint-Jacques de Bâle, a délivré une belle copie. Chaque équipe a eu ses temps forts et ses temps faibles, mais la Squadra Azzurra aurait bien pu l’emporter sans un grand Yann Sommer. Le portier du Borussia Mönchengladbach a une nouvelle fois brillé, arrêtant un penalty de Jorginho (53e), pourtant spécialiste en la matière. Auparavant, Ricardo Rodríguez avait fait faute dans la surface sur Domenico Berardi. En délicatesse sur ce match, il n’a pas non plus fait beaucoup mieux contre l’Irlande du Nord trois jours plus tard.

Score nul et vierge donc face à l’Italie, qui sonnait cependant comme une bonne première pour Murat Yakın à la tête de la Nati. Vladimir Petković, en poste depuis plus de 7 ans, avait donc quitté le navire pour tenter l’aventure en France, du côté des Girondins de Bordeaux. À ce moment-là, la Suisse pointait à 4 points des Italiens, avec 7 points en 3 matchs de poule. À la fin du match, Yann Sommer était presque étonné du résultat : “Quelque part, ce n’est pas normal que nous ayons réussi une telle performance après une semaine chaotique. C’est incroyable que nous ayons réussi à avoir une telle possession de la balle avec une équipe si inhabituelle.” Drôle d’ambiance au sein de la sélection suisse.

Un mauvais point contre l’Irlande du Nord

Si une fois de plus la Suisse a fait un nul, c’est dans un autre contexte qu’il a été reçu par les Helvètes. L’Irlande du Nord n’est certainement pas une grande nation de football, et même si le match se déroulait au Windsor Park de Belfast, le score reste très décevant. Après l’arrêt de Yann Sommer sur Jorginho, c’est cette fois-ci la parade de Bailey Peacock-Farrell sur Haris Seferović qui a maintenu la situation cadenassée. Un match terne marqué par les absences de Xherdan Shaqiri, de Granit Xhaka et de Breel Embolo.

La Suisse, diminuée, pointe toujours à la deuxième place de son groupe de qualification pour le Mondial 2022 au Qatar. Son adversaire d’hier n’est en revanche qu’à trois longueurs derrière, tout comme la Bulgarie. Mais, plus que le bilan comptable, c’est surtout l’animation offensive qui inquiète, à l’approche des dernières échéances. L’absence de la Suisse au Mondial serait un cruel échec pour Murat Yakın et l’Association Suisse de Football. Que de passes ratées, de contrôles manqués ou d’imprécisions à l’abord de la surface ! Que de pauvreté dans la création et dans l’intensité physique. La Suisse doit se reprendre, et très vite. Le match contre la France aurait du servir de référence, mais aujourd’hui on dirait que la Nati a tout oublié en un été.

Objectif Qatar 2022

Avec un système de qualification toujours plus alambiqué, la Suisse n’est pour autant pas assurée d’être qualifiée en étant deuxième, loin de là. Si l’Italie est presque promise à la première place, la Nati ferait mieux de regarder en arrière. Avec des matchs contre l’Irlande du Nord et la Bulgarie à domicile, deux victoires sont impératives pour se mettre à l’abri. Tout faux pas contre la Lituanie pourrait également être préjudiciable.

Si elle parvient à se classer 2e, la Suisse devra ensuite affronter sur deux matchs un autre deuxième ou une nation sortie vainqueur de la voie de la Ligue des Nations. Un tableau toujours plus compliqué qui pourrait voir les Helvètes se coltiner la France, la Belgique, ou encore la Pologne pour ne citer qu’elles. La route est encore longue pour se rendre au Qatar, et elle est pour le moins tortueuse.

Le prochain match de la Suisse se déroulera donc à domicile, pour le compte de la 7e journée des qualifications au Mondial 2022. Une affiche face à l’Irlande du Nord qui sonne déjà comme une première finale. Il faudra espérer un aussi grand Yann Sommer, et les retours de Shaqiri et de Xhaka. Enfin, gageons que Murat Yakın aura trouvé la plupart des solutions aux problèmes de la Nati et que Ricardo Rodríguez saura hausser son niveau de jeu.

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire